Une ancêtre parmi d’autres, Marguerite DURANT (1621-1685), Sainte-Gemmes-sur-Loire (49)

Voici la vie de l’une de mes ancêtres. Elle passa toute sa vie à Sainte-Gemmes-sur-Loire : elle y a été baptisée, elle s’y est mariée, ses enfants y sont nés et enfin elle y a été enterrée. Comme bien d’autres de mes ancêtres, son univers ne s’est sans doute guère élargi au-delà de quelques kilomètres… Pourtant il y a toujours tant à dire : une incroyable inhumation, le passage de la peste, de jeunes hommes fauchés par la guerre… Sa vie ne fut peut-être pas si monotone qu’on eût pu le croire…

Marguerite DURANT (1621-1685), Sainte-Gemmes-sur-Loire

Ce que je sais d’elle…

Beaucoup de choses – je possède les fameux trois actes : baptême, mariage, sépulture – et pourtant si peu… J’ai identifié récemment son ascendance. Elle fut baptisée le 6 janvier 1621 en l’église de Sainte-Gemmes-sur-Loire et ne put jamais connaître son père puisque celui-ci, René DURANT, mourut avant sa naissance, le 15 août 1620 alors que sa mère, Jeanne PLANCHENAULT, était enceinte d’environ trois mois.

Deux filles et un garçon étaient déjà nés avant Marguerite. L’aînée de la fratrie avait été baptisée en 1611 et l’on peut donc supposer que les parents de Marguerite s’étaient mariés vers 1610. (Les mariages de Sainte-Gemmes-sur-Loire commencent en 1612…).

Acte de baptême (1621)
durand_marguerite-b-6-01-1621-ste-gemmes-sur-loire
Acte de baptême de Marguerite DURAND, 6 janvier 1621, Sainte-Gemmes-sur-Loire – (AD49 – B-1612-1643, vue 61/171)

Marguerite fille de deffunct René DURANT et de Jehanne PLANCHENAULT fuct baptizée sur les fons de baptesme par Missire Challe PICQUET prêtre de l’église de seant et fuct parain René DAUVESSE et marrainne Jehanne DURANT, lesquelz parain et marainne ont dict ne savoir signer, faict ce mardy sixiesme janvier mil six cens vingtz et un.

René DAUVESSE, son parrain, a très certainement un lien de parenté avec la grand-mère de Marguerite, Perrine DAUVESSE, encore vivante au moment de sa naissance. Le mari de Perrine DAUVESSE, donc le grand-père de Marguerite, est également encore en vie ; il s’agit de René DURANT dit l’ainé, qui mourut soi-disant âgé de cent ans et dont j’ai parlé précédemment [1]… Sa marraine est Jeanne DURAND, sa tante paternelle, épouse de Laurent LANCELOT.

 

Acte de mariage (1640)
lebenier-francois-et-durant-marguerite-m-26-11-1640
Acte de mariage de Marguerite DURANT avec François LEBENIER, 26 novembre 1640, Sainte-Gemmes-sur-Loire-(AD49)

Le vingt et sixiesme jour de novembre mil six cent quarante ont recu la bénédiction nuptialle dans l’église de Sainte Gemme sur Loyre François LE BENIER et Margueritte DURAND tous deux demeurant en ceste parroisse en présence de Pierre LE BENIER oncle dudit BENIER demeurant St Augustin, René DAUVESSE curateur de ladite DURAND, Jullien et Marc les PLANCHENAULT, Pierre BEAUCHESNE, Marin BEZIAU, Macé DAVY, Jehan LE BENIER, présant Messire Charles DAUVESSE prestre, lesdites parties et tesmoings ont dict ne sçavoir signer fors ledit DAUVESSE, fait par moy chappellain soubzsigné.

Ce mariage n’est pas filiatif et il m’a fallu arpenter en long, en large et en travers les registres de Sainte-Gemmes-sur-Loire (qui remontent à 1583 !) afin d’y voir plus clair. Le patronyme DURANT étant, vous vous en doutez, extrêmement fréquent, plusieurs Marguerite DURANT baptisées à Sainte-Gemmes pouvaient convenir ; sans oublier la possibilité que, peut-être, aucun de ces baptêmes ne soit le sien…

Cependant, la chance m’a souri. Une Renée DURANT – qui se révélera être sa sœur – s’était mariée à Sainte-Gemmes quatre ans auparavant avec Marin BEZIAU. Ce dernier, comme on peut le voir ci-dessus, est présent au mariage de Marguerite, qui est donc sa belle-soeur. Qui plus est, Renée DURANT, tout comme Marguerite, est accompagnée du même curateur, René DAUVESSE, et des mêmes « inséparables », Julien et Marc les PLANCHENAULT. Je n’ai pas encore identifié clairement les liens de parenté de ces personnages avec Marguerite, mais ils sont parents, d’une manière ou d’une autre, car toujours présents aux grands événements de sa vie. (René DAUVESSE était déjà, par exemple,  le parrain de Marguerite.)

Acte de sépulture
durant-marguerite-s-24-fevrier-1685
Acte de sépulture de Marguerite DURANT, 24 février 1685-(AD49)

Le vingtquatriesme jour de febvrier mil six cent quatre vingt cinq nous soussigné avons enterré le corps de deffuncte Marguerite DURAND veufve de François LE BANIER agée de soixante cinq ans ou environ.

Que reste-t-il de Marguerite DURANT au bout de soixante cinq ans ? Elle avait eu huit enfants, dont deux moururent en bas-âge. Des six autres, deux restent introuvables et quatre d’entre eux se sont mariés, à Sainte-Gemmes ou à Angers, parmi lesquels Perrine LEBANNIER, sa dernière fille, dont je descends.

Pendant sa vie…

Quelques événements se déroulèrent à Sainte-Gemmes-sur-Loire pendant que mon ancêtre était encore en vie :

  • L’inhumation de François LASNIER, Seigneur de Sainte-Gemmes, qui eut lieu le 21 juin 1639 en compagnie de 8000 personnes !

Peu avant son mariage, le 21 juin 1639, Marguerite assista peut-être à l’inhumation de François LASNIER, Seigneur de Saint-Gemmes. Celui-ci mourut à minuit et fut conduit en procession jusqu’à sa Chapelle située en l’église de Saint-Michel-du-tertre. Selon le vicaire de Sainte-Gemmes-sur-Loire, pas moins de huit mille personnes assistèrent à cette cérémonie ! Des représentants des quatre ordres mendiants accompagnèrent également le défunt à sa dernière demeure.

Sur les registres de Saint-Michel-du-Tertre, paroisse où il fut inhumé, se trouve son acte de sépulture, l’un des plus élogieux que j’ai pu lire jusqu’à aujourd’hui ! Le prêtre décrit en effet le défunt comme, je cite, un « rare personnage, de grand sens, jugement, mémoire, savoir et expérience, qui était comme une tête d’or dans le corps de sa patrie ». Il était connu comme « intelligent, infatigable » et « animait avec un bel ordre et faisait mouvoir dans une agréable harmonie tous les membres et les parties de l’état ». Qui plus est, bien qu’âgé de soixante-cinq ans, il était en cet âge « si robuste et dispos qu’il promettait de faire un siècle entier. »

François LASNIER ( ou LANIER), fils de Guy LANIER et de Charlotte LELIEVRE,  fut tour à tour, procureur du roi, lieutenant général du sénéchal d’Anjou, délégué aux Etats-Généraux en 1614, maire d’Angers de 1619 à 1623, échevin perpétuel, président au Présidial et conseiller des Conseils d’Etat et privé.

Et j’ai même trouvé son portrait !

lanier-francois-maire-dangers
François Lanier – Gravure sur cuivre (Illustres d’Anjou) – Arch. mun., 3 Fi 92
  • La contagion en 1640.

« Le lundi 2 juillet 1640, jour de la Fête de la Visitation Notre-Dame, obiit honnête homme Martin NAU, lequel décéda de contagion ». C’est le seul cas noté clairement par le prêtre de cette manière, mais l’on peut observer un grand nombre de décès au cours des mois suivants et des familles entières, comme à l’accoutumée, décimées. Sainte-Gemmes-sur-Loire, à l’instar de nombreuses autres paroisses en Anjou, ne fut donc pas épargnée par la contagion. Selon les historiens, ce sont même deux épidémies, l’une de peste, l’autre de dysenterie qui se déclarent de manière quasiment simultanée en 1639. Voir également cet autre article dans lequel je citai François LEBRUN :

…la peste reparaît en juillet 1639, à Angers et un peu partout dans la province. Cette nouvelle manifestation, considérée désormais par les Angevins comme une fatalité liée au retour de la belle saison, n’est ni plus ni moins meurtrières que celle des années précédentes. Mais dans les premiers jours d’octobre, une terrible épidémie de dysenterie frappe de nombreuses paroisses de l’Anjou, avec une simultanéité et une brutalité étonnantes. »(Les Hommes et la Mort en Anjou au XVIIe et XVIIIe siècles, p.227)

  • Le siège d’Angers en 1652.

Les traces de cet épisode belliqueux se font sentir dans de nombreuses paroisses angevines. (Voir cet article). Ici, c’est l’inhumation d’un soldat, Urbain CAMUS, qui nous dévoile un petit morceau de cette tragédie.

Le huictiesme jour de mars mil six cent cinquante et deux fut inhumé et enterré au grand cimetière de ceans, le corps de deffunct Urbain CAMUS, qui a esté blessé de plusieurs coups mortels, au siège des Pont de Cée et pris prisonnier par l’anseigne de Monsieur d’Ardainne, capitaine d’une des compaignie des dragons de Monsieur de Manicamps, fils de déffunt Mathurin CAMUS et de deffuncte Jacquinne MAIENNE, ses pere et mere, paroissien de la paroisse de Masé. Le dict deffunct aagé de trente et cinq ans ou environ. La présente sépulture a esté faictte en présense de André PLANCHENAULT. » (AD49- MS-1602-1667, vue 254/330)

J’ai retrouvé Mathurin CAMUS et Jacquine MAIENNE sur Geneanet. L’un de leurs fils, Urbain CAMUS, serait né le 30 mars 1616  à Mazé et avait donc effectivement 36 ans lorsqu’il fut tué, peut-être par un mercenaire « allemand », c’est-à-dire alsacien. (Je pense que ce Monsieur de Manicamp est le même que celui qui fut gouverneur de la Haute Alsace…).

———————-

sainte-gemmes-sur-loire-eglise
Eglise de Sainte-Gemmes-sur-Loire, dans laquelle fut baptisée Marguerite, où elle se maria et où se déroula également son enterrement -(AD49)
Dans ma généalogie

Marguerite DURANT occupe à la génération 13, la place 7871. Elle est une ascendante lointaine de ma grand-mère maternelle, Berthilde CHAIGNON.

Descendance de marguerite DURAND

Marguerite DURAN1621-1685
|
Perrine LE BANNIER 1660-?
|
Perrine DENIAU †/1747
|
Anne GASNIER ca 1718-1785
|
Anne BESNARD ca 1749-1789
|
Marie HOUTIN 1774-1836
|
Pierre BRIBARD 1794-1838
|
Antoinette BRIBARD 1831-1903
|
Jean CROCHET 1853-1940
|
Marie Louise Berthe CROCHET 1891-1933
|
Berthilde Jeanne Henriette CHAIGNON 1914-2011

 

Comme on peut le voir, quelques zones d’ombre demeurent aux alentours des années 1700, pour la fille et la petite fille de Marguerite DURANT… Je vais m’employer maintenant à essayer d’y remédier !


Notes, sources et liens

Le siège d’Angers (1652)

La peste en Anjou

Advertisements

5 réflexions sur “Une ancêtre parmi d’autres, Marguerite DURANT (1621-1685), Sainte-Gemmes-sur-Loire (49)

    1. Incroyable ! J’y ai découvert pour ma part quelques ancêtres, mais beaucoup plus lointains, comme tu peux le voir. Merci pour ta proposition que je garde en mémoire au cas où. ..

      J'aime

  1. Bonjour,

    Belle évocation…merci !

    J’ai des Le Camus dans les paroisses de Seiches, Marcé, etc…

    Vous mentionnez que François Lasnier est fils de Guy et Charlotte Lelievre. Selon quelles sources ?

    Cordialement

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s