G comme GUERRE ou les baptêmes pendant le siège d’Angers (1652)

Capture8Les baptêmes pendant le siège d’Angers aux alentours de février 1652 

En février 1652, le Duc de Rohan, gouverneur de l’Anjou, prend fait et cause pour le prince de Condé (surnommé le Grand Condé) en lutte contre le roi de France. Louis XIV et Mazarin envoient l’armée royale, parmi laquelle se trouvent des mercenaires allemands et polonais, assiéger Angers. Le Duc de Rohan capitule et évite le sac de la ville en signant un traité de paix.

Dans presque tous les registres des paroisses situées aux alentours d’Angers, on trouve des traces de cet épisode belliqueux. Des « gens de guerre » et des soldats sillonnent les campagnes angevines, terrorisent les habitants – qui se réfugient au château de leur seigneur – et commettent ici ou là un grand nombre d’exactions. La vie sociale est désorganisée. Certaines paroisses se retrouvent sans curé. Il faut pourtant bien baptiser les nouveaux-nés et enterrer les morts. Alors on s’adresse souvent à la paroisse voisine…

Voici quelques traces du passage de ces gens de guerre.

 Un baptême mouvementé

16 février 1652, Le Plessis-Grammoire

J’ai évoqué précédemment l’attaque dont fut l’objet le presbytère du Plessis-Grammoire le 14 février 1652 (Voir C comme CLOQUET).

Deux jours plus tard, le 16 février, eut lieu un baptême qui faillit tourner mal.

Au cours des cérémonies de ce baptême, celui de Pierre CARRÉ, fils d’Urbain CARRÉ et de Françoise LAISNÉ, « il arriva grande quantité de soldats qui leur causèrent grande frayeur ».

La cérémonie s’acheva brutalement et tous les participants durent s’enfuir, tant et si bien que le baptême ne fut pas enregistré, obligeant Pierre CARRÉ à demander, quelques années plus tard, une rectification de son baptême, dont voici un extrait :

Baptesme de Pierre CARRÉ pensant le siège d-Angers-fév1652
Extrait du jugement de rectification de baptême de Pierre CARRÉ, 9 avril 1676 – (AD49- Le Plessis-Grammoire – BMS – 1544-1675, vue 932-933/964)

« …raportent que lors dudit baptesme, le siège d’Angers avoit esté formé et que lorsque l’on estoit à faire les cérémonyes dudit baptesme, il arriva grand quantité de soldatz qui leur causèrent grande froyeur et pour cela s’enfuirent tous sans faire enrigistrer ledit baptesme… »

 

Des baptêmes à l’abri du château du Verger

Seiches-sur-le-Loir, Château du Verger, février et mars 1652

En temps de guerre, lorsque c’est possible, on se réfugie au château du seigneur. C’est ainsi que de nombreux baptêmes ont eu lieu, en février et mars 1652, au Château du Verger, dont il ne reste aujourd’hui pas grand chose, puisqu’il fut quasiment entièrement démantelé au 18ème siècle, mais qui était à l’époque, paraît-il, l’un des plus beaux châteaux de France !

C’est ainsi qu’à Pellouailles, le 8 mars 1652, le curé qui transcrit l’acte de baptême de Madelaine DUPONT, fille de Pierre DUPONT, notaire Royal à Saint-Sylvain-D’Anjou, et d’Antoinette DESBOYS, précise que le baptême a eu lieu « en la chapelle du château du Verger et en temps de guerre ». (AD49-Pellouailles-BM-1643-1668, vue 31/91)

Château du verger
Château du Verger (Photo – Flickr, Guillaume Singer, 2008)

C’est également au Château du Verger que Marie DESTRICHÉ, l’une des mes ancêtres, fille de Macé DESTRICHÉ et de Gillette FERRÉ, est baptisée en février 1652, « en raison des inconvénients de la guerre« . (AD49-Seiches-sur-le-Loir-B-1605-1687, vue 304/410)

Il en est de même pour Louise PINARD, fille de paroissiens de Saint Michel du Tertre à Angers, baptisée à Seiches « en raison des gens de guerre qui sont en la province d’Anjou » (AD49-Seiches-sur-le-Loir-B-1605-1687, vue 304/410) et pour quelques autres encore, dont les parents se sont tous réfugiés au Château du Verger « à cause de la guerre qui est dans le pays« .

Un baptême de réfugiés

Joué-Etiau, quatre février 1652
Pour terminer, voici un acte de baptême qui montre que le Château du Verger ne fut pas un cas isolé et que l’Anjou comptait de nombreux réfugiés pendant les événements de 1652.
Joseph GRELET voit le jour à Joué-Etiau, dans la Maison Noble d’Argonnes, où ses parents, résidant habituellement à Thouarcé, se sont réfugiés.
GRELET Joseph - B - 4-02-1652-Joué-Etiau-212
Acte de baptême de GRELET Joseph, 4 février 1652 – (AD49-BMS-1597-1679, vue 212/379)
« Le quatriesme jour de fevrier audit an fut baptizé par moy curé de Joué soubzsigné Joseph filz de Jean GRELET et Perrine GODIN ses père et mère de la paroisse de Thouarcé estant à présent réfugiés en la Maison Noble d’Argonnes à cause de la guerre d’Angers, a esté parin Charles DU BOIS escuyer, filz de Joseph du Bois escuyer, seigneur dudit Argonnes et maraine honorable feme Jeanne VIMON feme d’honorable homme Anthoine MUSSAULT sieur de la Giraudière. »
(Perrine GODIN est très certainement affiliée à la famille GODIN de Joué-Etiau dont je descends.)

Sources, Notes et Liens

C comme CLOQUET (Les annotations du curé du Plessis-Grammoire au sujet de l’attaque dont fut l’objet son presbytère en février 1652).
– Jugement de rectification du baptême de Pierre CARRÉ, daté du dimanche 9 avril 1676, jour de la Quasimodo – AD49 – Le Plessis-Grammoire – BMS 1544-1675, vue 932-933/964.
-Illustration (Vignette) – Le Château d’Angers, Tancrède Abraham. Eau-forte extraite de l’ouvrage La Bretagne pittoresque. Elle figure dans l’ouvrage Angers et ses environs »par Tancrède Abraham, album de gravures à l’eau-forte, Château-Gontier, J.B. Bezier, éditeur, 1876. (AD49-Collection iconographique).
Advertisements

19 réflexions sur “G comme GUERRE ou les baptêmes pendant le siège d’Angers (1652)

    1. Merci… Cependant, Littré donne pour « sac » le sens suivant « Pillage entier d’une ville » et propose les exemples suivants :

      « L’avarice s’assouvit au sac de Persépolis », [Vaugelas, Q. C. V, 6]
      « On a de lui [le peintre Aristide] cet admirable tableau (c’est toujours Pline qui parle), où dans le sac d’une ville est représentée une mère qui expire d’un coup de poignard qu’elle a reçu dans le sein, et un enfant qui se traîne jusqu’à la mamelle pour la teter », [Rollin, Hist. anc. t. XI, 1re part. p. 186, dans POUGENS]
      « Le sac de Panama en 1670 par le pirate anglais Jean Morgan », [Raynal, Hist. phil. VII, 32]
      « Polygnote avait figuré sur les murs du temple de Delphes le sac de Troie », [Chateaubriand, Génie, III, I, 4]

      Alors je le laisse, même si cela semble un peu « vieilli » en effet…

      Aimé par 1 personne

  1. -Un baptême qui a du rester dans la mémoire familiale …
    -Urbain Carré, époux de Françoise Laisné sont aussi mes ancêtres à la 12 ème génération.
    Macé Destriché est fils de Macé Destriché et de Saincte Busson, également miens…
    .

    Aimé par 1 personne

  2. Article vraiment passionnant (comme les autres d’ailleurs 😊) qui m’a doublement intéressé en tant qu’angevine ! Très belle illustration du château que j’ai la chance de voir plusieurs fois par jour ! Bonne continuation.

    J'aime

    1. Quelle chance en effet ! Salue ce beau château de ma part demain…
      Je fais également de belles découvertes sur Saumur, que je connais moins bien, en lisant ton blog…

      J'aime

  3. Après avoir rédigé l’histoire d’Etiau, je rédige actuellement celle de Joué, et je voulais savoir s’il était possible d’y indiquer le baptême de Joseph GRELET en Février 1652 au château d’Argonne de Joué-Etiau. Merci.

    Aimé par 1 personne

    1. Oh oui bien sûr ! Avec plaisir ! Ce baptême ne m’appartient pas… même si je l’ai trouvé et transcrit. En revanche, votre histoire d’Etiau, et celle de Joué à venir m’intéresseraient sûrement beaucoup : peut-on se les procurer quelque part ?

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s