Une femme en 1832 – Heurs et Malheurs de Françoise THOMAS (1796-~1860)

#52Ancestors – Semaine 9 – #Geneatheme – 1832

L’année 1832 est surtout pour mes ancêtres l’année de la cinquième guerre de Vendée aussi appelée la cinquième chouannerie, soulèvement légitimiste lancé par la duchesse de Berry pour renverser la monarchie de Juillet. L’insurrection touche la Bretagne, le Maine, l’Anjou et le Poitou, mais elle échoue rapidement en raison d’une mobilisation locale assez faible. Cette année-là est aussi l’année du mariage de Françoise THOMAS, l’une de mes ancêtres.

Une déclaration tardive

Tout commence par un acte de naissance bien compliqué! Françoise THOMAS [sosa 43] est déclarée sur les registres de naissance de Joué-Etiau le quatorze floréal de l’An VII, c’est-à-dire le 3 mai 1799, alors qu’elle est née le 19 prairial de l’An IV, soit le 7 juin 1796, trois ans auparavant. Ce décalage s’explique sans doute par un « oubli » du père de Françoise, Pierre THOMAS, ancien soldat vendéen1, qui d’ailleurs en profite pour déclarer en même temps la petite sœur de Françoise, Perrine, née quant à elle en 1798. L’officier d’état-civil – notons au passage son orthographe particulièrement défectueuse – ne fait aucune allusion à ce retard et n’en donne aucune explication. Les déclarations tardives sont néanmoins assez fréquentes. (Voir ici par exemple)

Extrait de l’acte de naissance de « l’enfant de Pierre THOMAS », Joué-Etiau, An VII – (AD49)

Françoise est la fille de Pierre THOMAS et de Renée HAMON, tous deux originaires de Chanzeaux. Elle est la troisième enfant d’une famille qui en comptait cinq, trois filles et deux garçons.

Deux mariages… Un seul enfant

Françoise THOMAS se marie le 25 janvier 1825 avec Jean FENETEAU. Elle a « coiffée Sainte Catherine » depuis quelques années déjà, puisqu’elle a 28 ans. D’ailleurs on se marie assez tard dans la famille, surtout les filles ; en effet, sa sœur aînée, Renée, a convolé également à 28 ans et sa petite sœur, Perrine, ne s’est mariée qu’à l’âge de 34 ans !

Le premier mariage de Françoise THOMAS est-il heureux? Il reste en tout cas stérile. Jean FENETEAU meurt en 1830 sans que Françoise n’ait eu d’enfant. En 1832, elle se remarie et épouse Jean HUMEAU, un cultivateur de Gonnord, fils d’un ancien soldat vendéen, veuf comme elle.

Extrait du second mariage de Françoise THOMAS en 1832 à Gonnord – (AD49)

En l’épousant, elle « épouse » également les quatre enfants issus du premier mariage de son mari, à savoir : Jean, 8 ans, Perrine, 5 ans, Jeanne Rose, 3 ans et le petit Louis Marie, tout juste un an. Ce n’est qu’en 1835, le 21 décembre, qu’elle devient enfin maman à part entière ; ce jour-là naît en effet, Rosalie HUMEAU2, qui restera sa seule et unique enfant.

Drame à Passavant

Malheureusement, son bonheur sera, encore une fois, de courte durée. Son second mari, Jean HUMEAU meurt subitement dans une auberge à Passavant-sur-Layon. Ce village se trouve environ à une vingtaine de kilomètres de Joué-Etiau. Jean HUMEAU y était, semble-t-il, chez son ami, le sieur FRAPPEAU, aubergiste de son état.

Acte de décès de Jean HUMEAU, mort dans une auberge, 27 septembre 1840 – (AD49)

Devant nous Armand Louis RABOUIN maire et officier de l’Etat civil de la commune de Passavant, canton de Vihiers, arrondissement de Saumur, Département du Maine et Loire, Sont comparus THOMAS François, âgé de cinquante deux ans, cultivateur et domicilié au village de St Ambroise, commune de Chanzeau, beau frère du défunt et FRAPREAU René, âgé de quarante sept ans, aubergiste et domicilié à Passavant, ami du défunt, Lesquels nous ont déclaré que le présent mois, vingt sept, à onze heures du soir, HUMEAU Jean, âgé de quarante trois ans, journalier, domicilié à Saint Pierre à Champ, département des Deux Sèvres, marié, fils de Jean HUMEAU et de Perrine PELTIER, domiciliée avant leur décès à St Gonnord, département de Maine et Loire, est décédé au domicile du sieur FRAPREAU, situé dite ville de Passavant, ainsi que nous nous en sommes assuré, et les déclarants ont déclaré ne savoir signer après qu’il leur a été fait lecture.

Plusieurs questions se posent. Que faisait Jean HUMEAU dans cette auberge ? Rendait-il simplement visite à son ami ? Y était-il venu pour une foire ? – Selon Célestin Port, il y avait une foire à Passavant le 29 septembre, or, Jean HUMEAU y décède le 27. Reste également la curieuse mention du domicile de Jean HUMEAU à Saint-Pierre-à-Champ, dans les Deux-Sèvres. Ce lieu, bien que très proche de Passavant, est assez surprenant et si les parents de Jean HUMEAU et son beau-frère n’avaient pas été cités dans son acte de décès, j’aurais cru avoir affaire à un homonyme…

Françoise THOMAS ne se remariera pas. En 1859, quand sa fille unique, Rosalie, épouse Auguste MARTINEAU, elle est, semble-t-il, encore vivante, mais son acte de décès demeure introuvable… Je redoute néanmoins, que veuve et sans ressources, elle ait fini ses jours dans un hospice quelconque… à moins qu’elle ne soit morte à Saint-Pierre-à-Champ !


Notes

1-Je n’ai malheureusement pas retrouvé trace du dossier de pension de Pierre THOMAS dit « pensionné de l’Etat » en 1825.

2-Rose, Rosalie et Compagnie.

Vignette – La Duchesse de Berry en Vendée, 1832, gravure anonyme.

Publicité

6 réflexions sur “Une femme en 1832 – Heurs et Malheurs de Françoise THOMAS (1796-~1860)

  1. Merci pour ce récit de la maman de Rosalie, que j’affectionne particulièrement.
    Curieuse période que celle du début du XIXe.
    Je pense que les femmes se mariaient tard c’est qu’il n’y avait plus de jeunes hommes sans doute, après les guerres de Vendée.
    Pour moi, cette fin de septembre, notre Pépé Jean Jumeau, journalier, faisait les vendanges dans ce pays du Layon. Et passait la soirée à l’auberge, ça va de soi…

    Aimé par 1 personne

  2. St-Pierre à Champ : mes grands-parents paternels se disputaient -d’après ma mère qui vécut longtemps avec eux – moi je suis de Gonnord non tu es de St-Pierre-à-champ… C’est grâce à ce souvenir que j’ai pu remonter et depuis St-Pierre à Champ et que j’ai pu revenir en Anjou… pour les autres ancêtres…

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.