B comme BOMBE ou Marie MORTIER (1769-1818)

Où l’on découvre la vie de Marie MORTIER et en particulier les vicissitudes de son nom et quelques précisions dans son ascendance…

Aujourd’hui c’est la lettre B. Notre alphabet parle de BOMBE, mais je n’ai pas de BOMBE dans mon arbre ! Ni d’OBUS non plus, mais en revanche beaucoup de MORTIER… Par exemple Marie MORTIER sur laquelle je possède quelques informations mais très incomplètes…


Ascendance agnatique de Marie MORTIER

Voici donc l’ascendance agnatique (par les hommes) de Marie MORTIER, telle qu’elle était au début de cet article et que je me propose d’étoffer quelque peu. Il me manque un certain nombre d’éléments que je peux peut-être retrouver, si je ne m’égare pas en chemin….

René MORTIER ca 1555-/1615
|
René MORTIER ca 1585-1645/
|
Jacques MORTIER †1677/
|
Guillaume (Gilles) MORTIER 1647-/1700
|
Nicolas MORTIER 1675-/1736
|
René MORTIER ca 1708-
|
René MORTIER ca 1739-/1779
|
Marie MORTIER 1769-/1836


Marie MORTIER, MORQUIÉ, MORQUÉ ou MERCIER…

Marie MORTIER est baptisée à Jarzé le 20 novembre 1769. Mais, alors que son nom apparaît pour la première fois, elle est nommée MORQUIÉ.

Le vingt novembre mil sept cent soixante neuf a esté baptizée par nous sousigné Marie née du jour, fille de René MORQUIÉ closier et de Françoise THOURAULT son épouse, ont étés parain René THOURAULT et maraine Marie THOURAUT, oncle et tante de l’enfant qui ne scavent signer.

Son père est donc closier. Il meurt avant qu’elle n’ait dix ans et sa mère se remarie en 1779 avec Pierre Jean BIDAULT, un cultivateur de Cheviré-le-Rouge.

Lorsque la Révolution Française éclate, Marie a tout juste 20 ans. Est-ce la raison pour laquelle elle ne se marie que six ans plus tard ? Elle a en effet  presque 26 ans quand, en 1795, elle épouse Louis RAVENEAU, un cultivateur de Fougeré qui est beaucoup plus vieux qu’elle, il a en effet cinquante deux ans. Sept mois plus tard, elle met au monde une fille, Jeanne… Ceci explique peut-être cela… Nous sommes désormais dans les registres républicains. L’officier d’état-civil écorche aussi son nom : il écrit « Marie MORQUÉ a accouché d’une fille »…

Sur son acte de décès, que je finis par dénicher et qui a été rédigé le 21 mars 1818 à Fougeré, son nom est pour une fois bien orthographié. Hélas !  Il a été reporté MERCIER dans les tables annuelles et cette erreur a été reconduite dans les tables décennales… C’est sans doute la raison pour laquelle je l’ai cherché si longtemps…


Nouvelle ascendance de Marie MORTIER 

En rouge les améliorations

René MORTIER ca 1555-/1615
|
René MORTIER ca 1585-1645/
|
Jacques MORTIER †1677/
|
Guillaume (Gilles) MORTIER 1647-/1700
|
Nicolas MORTIER 1675-/1736
|
René MORTIER ca 1708-1788
|
René MORTIER 17381774
|
Marie MORTIER 1769-/1818

 

 

Publicités

6 réflexions sur “B comme BOMBE ou Marie MORTIER (1769-1818)

  1. Je ne suis pas surprise du mariage à 26 ans : elle est tout à fait dans la moyenne française au XVIIIe siècle ; c’est même une spécificité française cet âge « tardif » au mariage. Par contre, ça peut être une originalité familiale si les femmes avaient l’habitude de se marier plus tôt.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.