Soulaire-et-Bourg – Dictionnaire Historique du Maine-et-Loire, Célestin Port (1878)

Soulaire-et-BourgDictionnaire Historique du Maine-et-Loire, Célestin Port (1878)

Soulaire – et –Bourg, canton de Tiercé (9 kil.), arrondissement d’Angers (17 kil.) – Commune formée des deux anciennes paroisses de Soulaire et de Bourg, V. Ces mots – dans la vallée et sur le coteau de la rive droite de la Sarthe – entre Briollay (3 kil. 1/2=) à l’Est, Cantenay (4 kil. ½) au Sud, Cheffes (6 kil.) et Ecuillé (4 kil.) au Nord, Feneu (4 kil.) à l’Ouest.

Le chemin d’intérêt commun d’Angers à Ecuillé monte du Sud au Nord par le centre et dans toute la longueur du territoire, – emprunté pendant 500 mètres par le chemin d’intérêt commun de Feneu à Briollay, qui passe de l’Ouest à l’Est, et s’en sépare au bourg, – et depuis Soulaire jusqu’à Bourg, par le chemin de Soulaire à Chemiré, qui se détourne sur les confins extrêmes vers l’Est.

En dépendent les villages et hameaux des Chapelles (40 maisons, 131 hab.), de Noyant (21 maisons, 62 hab.), des Courtinières (15 maisons, 43 hab.), des Marottières (5 maisons, 16 hab.), de la Brosse (4 maisons, 10 hab.), de la Mustière (7 maisons, 18 hab.), de la Moucherie (4 maisons, 10 hab.), des Reussières (9 maisons, 29 hab.), des Palluaux (4 maisons, 9 hab.), des Chaintres (5 maisons, 14 hab.)les châteaux de la Quérie et des Ruaux et 34 fermes pour la section de Soulaire – le bourg de Bourg (43 maisons, 128 hab.)n le village du Pavement (18 maisons, 49 hab.), les hameaux des Merceries (3 maisons, 14 hab.), du Château (3 maisons, 9 hab.), de l’Enauderie (6 maisons, 9 hab.), des Rouilles (6 maisons, 17 hab.), de Doussay (6 maisons, 15 hab.), de la Rougerie (3 maisos, 10 hab.), de la Jubaudière (5 maisons, 12 hab.), le château de la Roussellière et 31 fermes ou écarts, pour la section de Bourg.

Superficie : 1814 hectares, dont 160 hectares en vignes, et 5 en bois.

Population : 1199 hab. en 1831 – 1238 hab. en 1841 – 1219 hab. en 1851 – 1206 hab. en 1861 – 1196 hab. en 1866 – 1146 hab. en 1872 – 1110 hab. en 1876 – dont 171 hab. (52 maisons, 61 ménages) au principal bourg.

L’Eglise de Bourg a été rétablie comme succursale en 1818.

Perception et Bureau de poste de Feneu.

Trois Assemblées, dont la principale se tient le jour de l’Ascension.

Belle Mairie avec Ecole laïque de garçons au bourg de Soulaire. – Ecole communale de filles (Sœurs de la Salle-de-Vihiers).

Un legs de Mme Legris de la Pommeraie (1871) a fait don à la commune du château du Bois avec ses magnifiques dépendances, V. t. I, p. 388, pour la translation de l’Ecole libre de filles, tenues par les Sœurs de St-Charles.

D’immenses communs dans la vallée de la Sarthe représentent une fortune publique considérable, dont la propriété, contestée pendant deux siècles par les seigneurs de la Roche-Joulain, est restée à la commune. Les titres en sont conservés à la mairie dans un antique coffre, tout bardé de fer, à quatre serrures.

Maires :

Michel-Jean Parage, démissionnaire le 2 fructidor an VIII – Laboureau des Bretesches, 12 pluviôse an XII, † en 1823. – Urbain Cadeau, 23 avril 1823 – Jacques Roseray, 23 décembre 1833, démissionnaire le 28 juin 1839. – Pineau, 1839, novembre 1843. – Urbain Cadeau, 20 novembre 1843. – François Rozeray, 31 octobre 1848. – Mathurin Frétier, juillet 1852, † le 18 novembre 1853. – Julien Gourdon 29 novembre 1853, installé le 16 décembre. – François Rozeray, 1870 – Cadeau, 1872, en fonctions, 1877.

Publicités