Une très ancienne jumelle

Roberte COQUERY (1576-1627)

Initialement proposés par Sophie BOUDAREL, l’idée des Généathèmes a été reprise par Généatech qui invite, pour ce mois d’avril, à écrire sur les naissances multiples.

Voici l’occasion de me pencher sur la présence de jumeaux parmi mes ancêtres. Grâce à une recherche toute prête de mon logiciel préféré, j’ai découvert avec grand étonnement que 23 de mes ancêtres directs étaient des jumeaux.

Jusqu’à présent, le seul jumeau auquel j’avais prêté attention – mais qui restera à jamais le jumeau le plus célèbre de ma généalogie – était mon sosa numéro 2, c’est-à-dire mon père. Je crois en effet avoir toujours su que mon père avait une jumelle et que parmi ses onze frères et sœurs, il y avait aussi une deuxième paire de jumeaux. Dix grossesses et douze enfants pour ma grand-mère : voilà qui a toujours forcé mon admiration. (Même si Marguerite MORINIERE et ses 4 paires de jumeaux ont pulvérisé son petit record !)

Parmi mes ancêtres directs, 23 ont un frère ou une soeur nés le même jour !

J’ai découvert également avec grand étonnement que ma première ancêtre jumelle connue était née en… 1576 ! Une date bien lointaine ! Comment ? Il y avait déjà des jumeaux à cette époque ? (Je caricature, mais c’est un peu ce qui m’est venu à l’esprit : il me paraît toujours si incroyable que mes ancêtres aient accouchées quasiment seules, sans l’aide de la médecine moderne … Elles risquaient leur vie à chaque accouchement, et encore plus s’il s’agissait d’une grossesse gémellaire, ce que bien-sûr, elles ignoraient jusqu’à la fin…).

Voici donc l’histoire de Roberte COQUERY, ma jumelle la plus ancienne.

Baptisée à Noël

Le 24 décembre 1576, la veille de Noël, Jacquine MARTIN accouchait à Ecouflant de deux petites filles. La première fut nommée Noëlle, et la seconde, Roberte, du nom de son parrain, Robert SALMON.

(J’en profite pour faire une petite parenthèse : je trouve vraiment dommage que dans mon arbre sur Geneanet, Roberte COQUERY, pour des raisons – certes sans doute très justes mais sont-elles vraiment nécessaires ? – de correspondances calendrier Julien-Grégorien, vienne au monde, non plus le 24 décembre 1576, mais dix jours plus tard, le 3 janvier 1577. Cela n’a pour moi aucun sens et si quelqu’un a une petite idée pour résoudre ce problème, je suis preneuse.)

Actes de baptêmes de Noëlle et Roberte COQUERY, 24 décembre 1576, Ecouflant – (AD49)

Le vingt quatriesme jour de décembre l’an mil cinq cent soixante et sayze furent batisées deux filles, L’ugne nommé Nouelle QUOQUERY de Jehan QUOQUERY et Jacquine MARTIN sa mère, pour parrain Jehan MYESLE, Renée LA DOLEUX et Renée La PAPILLONE pour marraine, l’autre nommée Roberde fille dudit QUOQUERY et de ladite MARTIN sa mère, Robert SALMON pour parrain et Quaterinne La GENYN et Tieneste QUOQUERIE pour maraines.

Une petite marraine

Roberte grandit à Ecouflant. Dix ans plus tard, le 28 janvier 1587, on peut la découvrir marraine d’une petite fille qui se prénomme Fleurie. Puis, l’année suivante, du haut de ses onze ans, elle est à nouveau marraine d’une autre petite fille : il s’agit cette fois d’une jumelle et sans doute l’a-t-on choisie pour cela. Malheureusement, la jumelle de Roberte, Noëlle, est très certainement décédée en bas âge. On n’en trouve aucune trace nulle part.

La famille de Roberte se fait d’ailleurs très discrète. Je ne lui ai pas découvert d’autres frères et sœurs. Seule une certaine Jeanne COQUERY est citée dans quelques parrainages, sans que je puisse la rattacher correctement à Roberte. De la même façon, son père, Jean COQUERY, et sa mère, Jacquine MARTIN, disparaissent des registres vers 1590.

Un premier mari

Roberte COQUERY réapparaît en 1594 pour la naissance de son premier enfant, Etienne DUPONT, fils de Macé DUPONT, qu’elle a donc épousé aux alentours de ses quinze ans, en 1593.

Et les grossesses s’enchaînent :

  • Etienne DUPONT, 6 mars 1594.
  • René DUPONT, 7 octobre 1595.
  • Anne DUPONT, 30 juillet 1598.
  • Pasquier DUPONT, 1er avril 1600.
  • François DUPONT, 5 janvier 1603.
  • Sébastienne DUPONT, 9 juin 1605.
  • Michelle DUPONT, 14 novembre 1607.

Roberte n’a que 30 ans, mais, subitement, les naissances s’interrompent. En 1614, le 6 mars, Macé DUPONT meurt . Roberte est désormais veuve.

Une liaison dangereuse ?

Quelque chose d’assez surprenant se produit alors dans la vie de Roberte. Au mois de mai 1616, alors qu’elle est veuve depuis deux ans, elle met au monde une petite fille, Perrine. L’acte n’omet pas de préciser que cette enfant est une bâtarde !

Le quatriesme jour du mois de may 1616 fut baptisée Perrine fille bastardizée [Je ne suis pas très sûre de ce mot…] qu’a faict baptisée Pierre HERBELOT, sa mère se nomme Roberde COQUERY, fut parrain Jullien CHEVALLIER et marainne Renée HUBERT, par moy prestre demeurant audit Ecoufant.

Un second mari

Quelque temps plus tard, Roberte se remarie. L’histoire ne dit pas si la petite Perrine était la fille de son second mari, Mathurin MARQUIS, ni si l’enfant fut reconnu « sous le voile« , selon la coutume angevine.

Acte de mariage de Pierre MARQUIS et de Roberte COQUERY, 3 juillet 1618, Ecouflant – (AD49)

Pierre [erreur pour Mathurin] MARQUIS espousa Roberde COQUERI veufve de deffunct Mathieu DUPONT le 3iesme jour de juillet 1618.

Roberte aura encore un dernier enfant, Mathurin, le 30 avril 1620. Elle a alors 42 ans. Il ne lui reste plus que sept ans à vivre… Le 15 juillet 1627, Roberte COQUERY est inhumée au cimetière d’Ecouflant, sans doute non loin de ses prédécesseurs…

Acte de sépulture de Roberte COQUERY, 15 juillet 1627, Ecouflant – (AD49)

Le jeudi quinsiesme juillet 1627 j’ai curé d’Escouflant administré la sépulture à Roberde COQUERIE espouse en seconde nopces de Mathurin MARQUIS mestaier demeurant à Escouflant, faict le jour et an ci dessus.

Postérité de Roberte COQUERY

Des neuf enfants de Roberte, je ne connais le sort que de 3 d’entre eux.

François DUPONT, qui meurt en 1626, âgé de 23 ans, peu de temps avant sa mère.

Pasquier DUPONT, dont je descends, qui épouse vers 1620, Marie BUSSON (Voir ici). Il aura plusieurs enfants avant la disparition de Roberte ; cette dernière aura donc eu la joie d’être grand-mère. ( A noter qu’il n’y a aucun jumeau dans sa descendance de Pasquier DUPONT).

Et enfin Mathurin MARQUIS, qui épouse en 1655 à Corzé, Marguerite GUIBERT, dont postérité.


Et pour terminer sur le thème des naissances multiples, vous pouvez retrouver toutes les naissances multiples de mon blog sur cette page.

13 réflexions sur “Une très ancienne jumelle

    1. Oui c’est beaucoup et paradoxalement, il y en a plus du côté de ma mère (17) qui est non jumelle, que du côté de mon père (6 seulement) qui est jumeau lui-même. (Nombre d’ancêtres distincts trouvés à ce jour : 4572)
      Dans ma généalogie élargie, j’arrive à 204 paires de jumeaux et 3 « paires » de triplés, mais ce n’est pas représentatif d’un arbre, c’est plutôt une base, avec certains individus non rattachés (32 000 individus).

      Aimé par 1 personne

  1. Pour moi.
    Jehan Coquery X Jacquine Martin (ancêtres à la 13 g ).
    dont Roberte X Macé Dupont.
    dont Pasquier X Marie Busson.
    dont: Renée X Charles Tardif . etc…
    Merci Françoise pour les enfants de Macé Dupont X Roberte Coquery.
    Bon dimanche à vous.

    Les Marquis de Corzé, sont miens par Pierre Marquis X Mathurine Hamard (12 g)

    Aimé par 1 personne

    1. Merci M@g. Bon dimanche également. Ici le soleil est de retour après la pluie… On va en profiter !

      Même descendance pour moi jusqu’aux TARDIF…

      Et je descends aussi de Pierre MARQUIS x Mathurine HAMARD par Pierre HAMARD x Françoise BOISARD.
      Avez-vous réussi à rattacher ce Mathurin-Pierre MARQUIS, second époux de Roberte, aux MARQUIS de Corzé ? Il y a un lien de parenté, c’est évident, mais lequel ?…

      J'aime

  2. Pierre Marquis X Françoise Boisard ( A 11 g).
    dont:
    Mathurine Marquis X Martin Drouchaud (A 10 g) le 24 11 1664 à Corzé.(vue 70)
    Signent: René Launay ,René Bournan, Lois Besnard, Tessé ?, Malville ?
    et plusieurs autres parants de part et d’autre….
    Intriguée par les signatures Tessé et Malville ,qui est qui ?

    PS: Je n’ai pas rattaché ce Mathurin Marquis, époux en secondes noçes de notre ancêtre Roberte.

    Aimé par 1 personne

  3. Je descends de Françoise MARQUIS, soeur de Mathurine, mariée à Jacques CHEDANNE, Corzé, 22 octobre 1669.
    (Il faudra que je me penche sur cette famille MARQUIS plus longuement).

    Ps aussi : Je viens de trouver le remariage de Mathurin MARQUIS veuf Roberte COQUERY avec Marie DUPIN, Ecouflant, 1er février 1628.
    A suivre…

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.