Les héritiers de Jean NICOLAS

Voici une troisième estimation de la ferme du Bêle datée du 18 mai 1860. Elle se situe entre celle de 1840, la plus ancienne et celle de 1881, la plus récente. Elle a été effectuée un mois à peine avant le décès de Jean NICOLAS, le 14 juin 1860, et dont l’acte fait mention à la fin par ces mots assez abrupts : « Plus le père NICOLAS est devenu mort » D’ailleurs cette estimation était faite, cette fois, non pour une association mais pour une cession, Jean NICOLAS étant devenu trop vieux pour exploiter la ferme.

(Pour tous les termes suivis d’un astérisque, se reporter au Glossaire.)

Estimation de la ferme du Bêle – 18 mai 1860

L’an 1860 le 18 mai

L’an mil huit cent soixante le dix huit mai, estimation de cession faite par Jean NICOLAS veuf de Perrine ONILLON demeurant au Bele en la commune de Melay, c’est que lesquelles à ce jour le père Jean NICOLAS veuf ONILLON il fait, cedent et vend et quitte et délaisse toute sa jouissance de la bordrie avec le consentement de François DENECHERE son gendre et de Mathurin NICOLAS son fils qu’il vend toute la jouissance de la bordrie qui forme la moitié de la grande communauté qu’il vend à Pierre NICOLAS son fils et à Jeanne PINEAU sa bru don pour quoi qu’il en seront apropriés de ce jour dans les objet designé ci après et dans les prix de ferme à partir du premier novembre prochain et les impot du premier septembre prochain de mil huit cent soixante. Vue que le père NICOLAS s’est réservé la récolte en terre en froment seulement avec la récolte des pommes et des poires, la présente estimation est fait par nous Louis SUPIOT metayer au Grand Village de Melay et par moi René RETHORE expert patenté n°25 du Role demeurant au Petit Aulnay, commune de Saint-Georges du Puy de La Garde.

1- Deux crémaillières, un crémaillon*, gril, pelle, pince, porte-poiel*, un triangle*, un souflet, un triangle, un chenet, un chandellier de cuivre, la lanterne estimé douze francs.

12 fr

2- La marmitte, deux poielles, un poiellon, deux chaudrons de fer, deux sieau à l’eau, un grand chaudron d’érain, une chaudière en fer blanc, le tout prisé cinquante six francs avec crochon et ballance.

56 fr

3- La table et cest bans, la pandulle et cest poies, toute [les] chese, la huge*, mette*, estimé la somme de trante francs avec un vieu coffre.

30 fr

4- Pour le double décalitre, grelle*, grelleau*, tous pagniers* et paillons*, le travoulle*, la baratte et jatte et les burgnes*, un rouette, le tout estimé quinze francs.

15 fr

5- Pour toute boutailles de terre et de verre estimé dix huit francs.

18 fr

6- Pour un charnier en terre et l’autre en gré et lard sallé, grèce, gembon fumé prisé la somme de trante cinq francs.

35 fr

7- Pour toutes poches et linges de pains estimé treize francs avec le bésac(?).

13 fr

8- Pour tous poies environ deux double décalitres, trois décalitres d’avoine prisé onze francs.

11 fr

9- Pour toute la potrie en terre et en gré, terrine, le pot à l’eau en étain, tous plat, assiettes, toute cuillières et fourchettes, soupière, saladier, masarine*, le pot à boullon, la cuillière du pot, un friquet* estimé douze francs.

12 fr

10- Pour quinze doubles décalitres de froment dans le grenier et dix en farine, le tout estimé quatre vingt sept francs cinquante centimes.

87 fr 50

11- Pour toute l’erbre des prés estimé comme en foin à la récolte, les fason déduit, le reste a estimé quatre cent francs.

400 fr

12- Pour le laboure du champ de la Gnêlle d’une environ une hectare estimé vingt un francs, dans le même champ environ huit metres de many* estimé quarante francs.

21 fr

40 fr

13- Dans le champ de l’Humeau, moitié de labouré environ 70 ares estimé avec environ vingt double de pomme de terre et un d’avoine d’été semée et environ quatre metres de many* le tout estimé cinquante six francs.

56 fr

14- Pièce du Bois en avoine d’hivers et lin et trèfle, une portion de consommé, le reste en jarrosse mellée d’avoine, le tout prisé trante francs.

30 fr

15- Pour le trèfle semé de présent dans la Pointe estimé dix francs.

10 fr

16- Dans le Petit Augéreau labouré et ensemancé environ vingt ares en ôrge et pomme de terre et pland de choux estimé vingt trois francs.

23 fr

17- Pour le labour du jardin et chollettière* et poies estimé soixante francs.

60 fr

18- Dans la Brande en coupage*, portion de consommé, le reste estimé cinquante francs.

50 fr

19- Un lot de chaûme dans l’aire et de foin et paille estimé quinze francs.

15 fr

20- Pour environ douze mètres de many* dans la cour estimé cinquante cinq francs.

55 fr

21- Pour moitié indivis avec GACHET dans la pelle du four, le fergot* et corde du puit estimé pour moitié avec deux ponne* à lessive et la souche prisé cinq francs.

5 fr

23- Deux charettes à boeuf, leur ermures*, le grand et petit pas*, la charrue, herault*, rabanne*, les echelles, rateaux à pré, le moulin à vanné les grains, la rivière à roux et à bras, le roulleau à battre, deux brès de bois et ferrée, le tout estimé la somme de quatre cent soixante quatre francs comprie le crochet de la herce.

464 fr

24- Pour le bois des émondes* et de chauffage dans les cours, en fagot et fournille* et bricle(?) et les émondes* comme à la Toussaint prochaine reporté par cinquième, vus le porté à col (?), le tout estimé d’après une portion déduite pour les réparations locative du lieu, reste a estimé deux cent francs.

200 fr

25- Pour toutes les houtie de main, soit piepelle, tranche, fourches à deux et trois doigt, persage, godandard* et six de main, faucilles, serpe et hachereau, forge et marteau, estimé vingt cinq francs avec fourches à deux et trois doigt.

25 fr

26- Pour tout fer, pézé et les cordages, soc, coudre, jauge*, coins, barre, landille, prouillière*, herdier*, cable, corde avert, le toute estimé vingt sept francs cinquante centimes.

27 fr 50

27- Pour sept poules et un coq estimé huit francs.

8 fr

28- Pour un porc estimé vingt francs.

20 fr

29- Pour quatre boeufs estimé avec goug et courois et oubier(?) leur chaines la somme de douze cent francs.

1200 fr

30- Deux vaches et une génisse d’une an et une de laitte estimé quatre cent soixante dix francs.

471 fr

31- Une vieil jument estimé avec un poulin d’une an estimé avec une celle, une bride, bridou, un collier à tiré et train, bacul*, prouillière* estimé la somme de deux cent soixante francs.

260 fr

Total de la grande communauté est de trois mille sept cent vingt neuf francs.

3729 fr

La moitié pour les preneurs est de

1864 fr 50

Report de la moitié de la grande communauté qui est de dix huit cent soixante quatre francs cinquante centimes que les preneurs doivent à leur père pour la cession ci-dessus.

1864 fr 50

En outre un bois de lit à quenouille et la paillasse, une ballée, une couette, un traversin, un mattelat de laine de bâs, une vergette* de fer et pointe estimé en total pour les preneurs cinquante un francs cinquante centimes.

51 fr 50

Total dix neuf cent seize francs.

1916 fr

Plus il faut déduire la somme de quinze francs soixante quinze centimes pour le clersage* du froment que les preneurs doivent faire.

15 fr 75

Reste nette plus que dix neuf cent francs vingt cinq centimes.

1900 fr 25

Il a été convenu que les preneurs feront la métive* que le père cent reservé en froment en terre ainsi que paille et chaume et des fruit en poires et pommes. La métive et battrie au septieme boisseau, clos et arrêté pour et mois et an ci dessus, en présence de François DENECHERE de La Saunerie et de Mathurin NICOLAS de La Confordière de La Tour Landrie et de Jacques NICOLAS de Limauge de Melay et de nous expert. Le sieur DENECHERE a déclaré ne savoir signé. Un renvoi approuvé.

M. Nicolas – Louis Supiot – Rethoré.


Plus le père NICOLAS est devenu mort, la somme qui étoit due par Pierre NICOLAS et son épouse est à divisé en trois ce qui leur fait chacun la somme de six cent trante trois francs quarante deux centimes.

633 fr 42

Don que François DENECHERE a reçu de Pierre NICOLAS la somme de six cent trante trois francs quarante deux centimes pour l’héritage de sa petite fille et fait, son frère NICOLAS quitte de l’estimation ci dessus.

Chemillé le 25 décembre 1860.

Réthoré, themoin.

Dernières lignes de l’acte de cession.

Les héritiers de Jean NICOLAS

Les héritiers de Jean NICOLAS sont au nombre de trois : Pierre NICOLAS, le fils aîné, Mathurin NICOLAS, second fils, qui exploite une ferme à La Tourlandry, et Eulalie DENECHERE, sa petite fille. En effet, François DENECHERE, gendre du « père NICOLAS » avait épousé Jeanne NICOLAS, sœur de Pierre ; mais elle est morte en 1849, âgée de 26 ans, après avoir eu deux enfants, un garçon et une fille. Le petit garçon est mort à son tour en 1851. Il ne restait donc plus que la « petite fille », c’est-à-dire, Eulalie Jeanne Hélène DENECHERE, née le 25 décembre 1847.

Les trois héritiers de Jean NICOLAS : ses deux fils, Pierre et Mathurin NICOLAS, et sa petite-fille, Eulalie DENECHERE.

Rappel des trois estimations de la ferme du Bêle effectuées au cours du 19ème siècle.

1844 – Jean NICOLAS et son épouse, Perrine ONILLON, s’associent avec leur fils, Pierre NICOLAS et leur bru, Jeanne PINEAU. (I comme Inventaire)

1860 – Jean NICOLAS cède son exploitation à son fils, Pierre PINEAU et à sa bru, qui achète les parts d »héritage de son frère, Mathurin, et de sa nièce, Eulalie DENECHERE. (Les héritiers de Jean NICOLAS)

1881 – Pierre NICOLAS et Jeanne PINEAU s’associent avec leur fils Mathurin Jean, non encore marié. (Estimation de la ferme du Bêle)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.