T comme THOMASSE

THOMAS, Thomasse (21 décembre)

A la Saint-Thomas, cuit ton pain, lave tes draps, dans trois jours, Noël t’auras.

Ce prénom signifie jumeau – VariantesTomas, Tomasse, Thoumasse…


Thomasse FLOCEAU (~1560-1620)

Thomasse FLOCEAU mourut il y a 400 ans, le jour de Noël de l’an 1620… C’était en Anjou, à Échemiré.

Voici son acte de sépulture, ou plutôt la mention de son décès.

 

Thomasse Floceau – Le XXV deceda Thomasse FLOCEAU veufve de deffunct Clode CHARDON.

Son mari, en effet, est mort depuis quelques années. Il a été inhumé à Echemiré le 13 juillet 1612, âgé de 80 ans. Thomasse lui avait donné au moins quatre enfants, trois garçons et une fille.

Les enfants de Thomasse FLOCEAU.

C’est par les actes de mariage de ses enfants, et en particulier de ses trois fils, que l’on peut reconstituer quelques bribes de la vie de Thomasse FLOCEAU.

  • Claude CHARDON le Jeune, marié le 3 juillet 1612 à Echemiré avec Nicole GOURBEILLON.
  • Pierre CHARDON, marié le 5 juillet 1617 toujours à Echemiré avec Macée DUSAULE.
  • René CHARDON, marié le 5 novembre 1619 à Echemiré avec Jacquine GUIGNON, mariage auquel assiste Haute et Puissante Dame Françoise de MONTMORENCY, femme de messire François de BROC, dite La Belle-Fosseuse, qui fut une favorite du futur roi Henri IV et dont voici la signature. J’imagine que Thomasse devait être bien fière de son fils ce jour-là !

deMONTMORANCY Françoise - 1619 - Echemiré
Signature de Françoise de MONTMORENCY apposée au bas de l’acte de mariage de René CHARDON avec Jacquine GUIGNON, le 5 novembre 1619 à Echemiré – (AD49 – Echemiré – BMS -1578-1621, vue 76/95)

La vie de Thomasse se résume donc à bien peu de choses, mais, heureusement, son prénom, si particulier de nos jours, la sort quelque peu de l’oubli…


Mes autres THOMASSE

J’ai un certain nombre de Thomas parmi mes ancêtres (12 exactement), mais une seule autre Thomasse. Il s’agit de Thomasse LOISON pour laquelle je possède encore moins d’informations que pour Thomasse FLOCEAU ! Ainsi je n’ai aucun acte la concernant. Son existence ne m’est connue qu’au travers de l’acte de mariage de son fils unique – du moins est-ce le seul qui ait laissé des traces – Jean LEMERCIER dit le Jeune. Ce dernier épouse Renée AMONNET le premier octobre 1615 à Notre-Dame-d’Allençon. Sa mère, Thomasse LOISON est dite défunte.

Mariage de Jean LEMERCIER sur lequel on découvre que Thomasse LOISON, sa mère, est déjà décédée. (AD49)

Le premier jour d’octobre mil six cent quinze feut espouzé en l’églize de ceans Jehan LEMERCIER Le Jeune fils de Jehan LEMERCIER et de deffuncte Thomasse LOISON ses pere et mere avec Renée AMONNET fille de deffunct Pierre AMONNET et de Marye CHAUVEAU ses pere et mere en la présence dudit Jehan LEMERCIER père et de ladite CHAUVEAU et plusieurs autres.  Signés – Amonnet – Georges –  Lemercier.

En réalité, Thomasse LOISON est sans doute morte alors que son fils était encore très jeune, puisque Jean LEMERCIER père s’était déjà remarié en 1603.


Baptisés un 21 décembre,  jour de la Saint Thomas

  • Thomas NOGUETTE, baptisé le 21 décembre 1641, à Briollay, fils de Julien NOGUETTE et Renée MONGODIN.
  • Thomas FLON, baptisé le 21 décembre 1715, à Trémont, fils de Nicolas FLON et de Françoise LEBLANC.
  • Et une mention spéciale à Catherine Thomasse AUBRY, baptisée le 20 décembre 1700, à Ecouflant, fille de Pierre AUBRY et Marie DUPONT.

Saint THOMAS

Selon de Dictionnaire des noms de baptême de Belèze :

THOMAS (Saint), apôtre, martyr en Asie, au premier siècle, honoré le 21 décembre. Saint Thomas, né en Galilée, d’une humble famille de pêcheurs, est nommé dans l’Évangile le huitième des douze apôtres choisis par Jésus-Christ. Il suivit le Sauveur pendant les trois dernières années de sa prédication, et lui montra le plus tendre attachement. Le jour de sa résurrection, Jésus apparut à ses apôtres, mais Thomas, qui ne se trouvait point avec eux, leur dit : « Je ne le croirai point, si je ne vois la marque des clous dans ses mains et celle de la lance dans son côté. » Huit jours après, les apôtres étant encore assemblés, et Thomas avec eux, Jésus-Christ leur apparut une seconde fois, et s’adressant à Thomas : « Portez-ici votre doigt, lui dit-il, voyez mes mains et mon côté, et ne soyez pas incrédule, mais fidèle. » […] Après la descente du Saint-Esprit, Thomas alla prêcher l’Evangile aux Parthes, à d’autres peuples de l’Orient et jusque dans les Indes. Il est constant qu’il souffrit le martyre et que son corps fut transporté à Édesse, où il était honoré d’un culte particulier dès les premiers siècles du christianisme.

L’incrédulité de saint Thomas, Le Caravage – (Source Wikipedia)

 

6 réflexions sur “T comme THOMASSE

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.