R comme RADEGONDE

RADEGONDE (13 août)

De Radegundis, femme de conseil, en langue germanique. – VariantesRagonde


Radegonde BERTRAND (~1590-1639)

Née aux alentours de 1590, Radegonde BERTRAND, épouse de François GUYON, est inhumée le 20 novembre 1639 à Saint-Lambert-du-Lattay.

Acte de sépulture de Radegonde BERTRAND, 20 novembre 1649, Saint-Lambert-du-Lattay – (AD49)

Le vingtiesme jour de novembre mil sis cens trente et neuf fust inhumé dans le cimetiere de ceans le corps de Radegonde BERTRAND femme en son vivant de François GUYON des Tailles.

Les Petites et les Grandes Tailles à Saint-Lambert-du-Lattay – (Carte Cassini).

Avec son époux, François GUYON, elle avait eu au sept enfants dont quatre filles, mais à aucune d’entre elles, elle n’a transmis son prénom qui reste peu fréquent, que ce soit à Saint-Lambert-du-Lattay ou ailleurs.

(Selon AGENA, Radegonde aurait été baptisé à Saint-Lambert-du-Lattay le 5 mars 1596. J’ai refait tout le registre [AD49B -1540-1613] mais je n’ai trouvé le baptême d’aucune Radegonde,néanmoins, si elle est bien la fille de Jean BERTRAND et de Jeanne ODIAU, elle aurait eu neuf frères et sœurs. Le temps me manque pour vérifier tout cela… Dès que j’aurai du nouveau, je le publierai ici… A suivre…)


« Mes » autres Radegondes… 

Toutes mes Radegondes, sauf une, sont nées au seizième ou au dix-septième siècle.

  • Radegonde LEROUX, fille de Michel LEROUX et de Mathurine LEDUC, baptisée le 9 octobre 1595 à Brain-sur-l’Authion. Sa marraine se prénommai Radegonde.
  • Radegonde HODEMON, fille de Pierre HODEMON et de Madelaine PROUST, baptisée le 19 mai 1630 à Seiches-sur-le-Loir, dont la marraine est Radegonde BABIN, femme de René PROUST, sa grand-mère.
  • Radegonde GODIN, fille de Michel GODIN et Perrine BLANVILLAIN, baptisée le 22 avril 1634 à Joué-Etiau, dont la marraine est Radegonde GUIGNARD.
  • La plus récente, Radegonde BRETON, fut baptisée le 29 avril 1756 à Mazé. Sa marraine était Radegonde BRETON sa cousine.

Sainte RADEGONDE

Le Dictionnaire des noms de baptême de Belèze écrit :

Reine de France, au sixième siècle, fondatrice du monastère de Sainte-Croix, patronne de la ville de Poitiers, honorée le 13 août.  – Dans l’année 529, Clotaire, roi de Neustrie, s’était joint comme auxiliaire à son père Thierri, qui marchait contre les Thuringiens, peuple de la Confédération saxonne. Les  Thuringiens furent défaits dans plusieurs batailles ; leur pays, ravagé par le fer et le feu, devint tributaire des Francs, et les deux rois vainqueurs se partagèrent le butin et les prisonniers. Dans le lot de Clotaire se trouvaient deux enfants de race royale, le fils et la fille de Berthaire, l’avant-dernier roi des Thuringiens. La jeune fille, nommée Radegonde, avait à peine dix ans ; ses larmes et sa beauté naissante touchèrent le coeur de Clotaire, qui l’emmena dans les Gaules et la plaça dans une de ses maisons royales, au domaine d’Athies, sur la Somme. Là, par les soins de Clotaire qui avait formé le dessein de la prendre pour épouse, elle reçut des plus excellents maîtres une éducation conforme au rang qu’elle devait occuper un jour. Elle fut instruite dans la religion chrétienne par saint Médard, évêque de Noyon, reçut de ses mains le baptême et elle puisa dans ses enseignements les principes de la foi la plus vive et la plus sincère. En même temps elle étudiait, avec une merveilleuse intelligence les lettres romaines et les ouvrages des Pères de l’Eglise. En lisant l’Ecriture et les Vies des saints, elle pleurait et souhaitait le martyre ; ce n’était pas sans terreur qu’elle voyait approcher le moment d’appartenir comme femme au roi dont elle était la captive et qui avait causé tous les malheurs de sa famille.

 

Cependant Radegonde, résignée à la volonté de Dieu, accomplit le douloureux sacrifice qui lui était imposé ; elle trouva Clotaire et devint reine. Mais l’attrait de la puissance et des richesses n’avait rien qui pût séduire son âme toute occupée de Dieu : le temps dont elle pouvait disposer après l’accomplissement des devoirs que lui imposait sa condition, elle le consacrait à des oeuvres de charité ou d’austérité chrétienne ; elle se dévouait personnellement au service des pauvres et des malades. La maison royale d’Athies où elle avait été élevée et qu’elle avait reçue en présent de noces, devint un hospice pour les femmes indigentes, et l’une des plus douces occupations de la reine était de s’y rendre pour remplir l’office d’infirmière dans ses détails les plus rebutants. Elle jeûnait fréquemment et assise à la table somptueuse du roi son époux, elle se faisait servir les mets le splus simples ; des légumes et des fruits secs composaient toute sa nourriture. Souvent la nuit elle se levait pour s’agenouiller dans son oratoire et offrir à Dieu ses larmes et ses prières.

Cependant Radegonde aspirait de toux ses voeux à la vie du cloître ; mais les obstacles étaient grands, et six années se passèrent avant qu’elle osât les braver. Un dernier malheur de famille lui donna ce courage. Son frère, qui avait grandi à la cour de Clotaire, comme otage de la nation thuringienne, fut mis à mort par l’ordre de ce prince. Dès que Radegonde apprit cet horrible meurtre, elle demanda à Clotaire l’autorisation de se retirer dans un monastère, et, ayant obtenu l’assentiment du roi, elle se rendit à Noyon, auprès de saint Médard. […]

Sainte Radegonde mourut en 587. Ses funérailles furent célébrées par Grégoire, évêque de Tours, au milieu d’un immense concours de peuple, et, suivant sa volonté dernière, elle fut inhumée dans l’église de Notre-Dame hors des Murs (aujourd’hui Saint-Radegonde), qu’elle avait fait construire.

En Anjou, il existe une église Sainte Radegonde à Mazières-en-Mauges.


IllustrationsVie de sainte Radegonde, XIème siècle. Bibliothèque municipale de Poitiers.

3 réflexions sur “R comme RADEGONDE

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.