D comme DENISE

 DENIS, Denise (9 octobre)

Beau temps à la Saint Denis, l’hiver sera bientôt fini.

Denis est un prénom d’origine grecque via le latin Dionysius, nom du dieu du vin, de la vigne et de l’inspiration poétique chez les Grecs.


Denise COUET (~1590-1628)

Denise COUET, née vers 1590, mourut à Cheviré-le-Rouge, le dimanche 16 juillet 1628 à deux heures de l’après-midi. Elle était l’épouse de Louis RAVENEAU.

Inhumation de Denise COUET, Cheviré-le-Rouge, dimanche 16 juillet 1628 – [AD49]

Sans doute mariée aux alentours de 1617, elle eut au moins six enfants avant de disparaître prématurément peu après son dernier accouchement. Je descends de deux d’entre eux et Denise COUET est ainsi deux fois dans ma généalogie (G12 sosa 3425 et G13 sosa 6397).

1-Jean RAVENEAU (1618~-1678/), marié en 1648 avec Jacquine BEAUSSIER.

2-Pierre RAVENEAU (1619-1672), marié vers 1650 avec Marguerite HEURTEBISE. (Dont je descends).

3-Michelle RAVENEAU (1621-1685), mariée en 1647 avec Yves BERARD.

4-Louis RAVENEAU (1623-1623). Sans postérité.

5-René RAVENEAU (1624-1699), marié en 1650 avec Etiennette AUBRY. (Dont je descends aussi).

6-Louis RAVENEAU (1626- ), marié avec en 1669 Catherine MAUBERT.


Mes autres DENIS et DENISE

Ancêtres directs

Je compte 17 Denis et Denise parmi mes ancêtres directs : 15 Denis et 2 Denise.

Denise PASQUIER. Elle était l’épouse de François BRUNET. Je l’ai déjà évoquée dans un challenge précédent à la lettre P (P comme PASQUIER).

Denis ASSERAI, né vers 1620, mort avant 1684. Laboureur à bras à saint-Lézin. Époux de Perrine CHAILLOU.

Denis ASSERAI, fils du précédent, né vers 1670, il épousa à Chanzeaux, en 1697, Françoise LETHEULE.

Denis BESNIER, né vers 1631, inhumé à Bazouges-sur-le-Loir (72) en 1671, époux de Perrine LE MONNIER.

Denis BESNIER, fils du précédent, né en 1664 à Bazouges-sur-le-Loir (72), époux de Catherine POULAIN.

Denis GALLOIS, tissier en toile né vers 1600, époux de Renée NEPVEU et inhumé à Feneu en 1659.

Denis HAMELIN, né vers 1570, originaire de Morannes, époux de Marie TURQUAIS.

– Denis JOULLAIN, né vers 1593, vigneron à Villevêque, il mourut le 30 décembre 1663. Il s’était marié le 23 avril 1619 avec Symphorienne RIBOURG avec laquelle il vécut plus d’une quarantaine d’années. Cette dernière était sage-femme et elle procéda à de nombreux accouchements non seulement à Villevêque mais aussi dans les paroisses des alentours. Sans doute a-t-elle ainsi mis au monde bon nombre de mes ancêtres…

Denis LEFRANC, fils de Robert LEFRANC et de Marie LEMERCIER, né en 1733 à Brouains, dans la Manche. Il fait partie de l’ascendance de mon ancêtre normande, Adèle GAULARD.

Denis LEMERCIER, également ancêtre d’Adèle GAULARD. Il naquit vers 1653 à Beauchêne (50). Son épouse se nommait Marie VIGAN.

Denis LEMERCIER, fils du précédent, compagnon papetier, né en 1696 à Beauchêne. Il épousa en 1724 Michelle PALLIX. Il est le père de Marie LEMERCIER, épouse de Denis LEFRANC, cité précédemment.

Denis LENTAIGNE, marchand papetier qui fait partie également de mon ascendance normande. Il naquit à Sourdeval et mourut en 1827 à Saint-Barthélémy dans la Manche.

-.Denis PIGEON, né vers 1600, laboureur demeurant à Soucelles, mari de Macée TRILLOT, père d’au moins 8 enfants. Il mourut en 1686.

Baptisés un 9 octobre

Denis COSNARD, baptisé le dimanche 9 octobre 1701 à Brouains (50).

René Denis GÂTÉ, baptisé le mercredi 9 octobre 1737 à Melay (49).


Saint Denis

Denis (Dionysius), venu d’Italie vers 250 ou 270 après J.-C. avec six compagnons pour évangéliser la France, aurait été le premier évêque de Paris (Lutèce). Il fonda plusieurs églises en France et fut martyrisé avec Rustique et Éleuthère, ses compagnons, vers 272, pendant la persécution de Valérien.

D’après les Vies de Saint Denis, écrites à l’époque carolingienne, Denis, décapité, aurait marché vers le nord pendant six kilomètres, sa tête sous le bras, traversant Montmartre par le chemin qui sera nommé rue des Martyrs. A la fin de son trajet, il aurait donné sa tête à une femme pieuse originaire de la noblesse romaine et nommée Catulla, avant de s’écrouler. On l’ensevelit à cet endroit précis et on y édifia une basilique en son honneur. La ville s’appelle à présent Saint-Denis.

En Anjou, on pense bien évidemment à l’église Saint Denis à Saint-Denis-d’Anjou, en Mayenne. Dans le Maine-et-Loire, des églises dédiées à Saint Denis existent aussi, par exemple à Aubigné-sur-Layon, à Baugé-en-Anjou, Candé, Cizay-la-Madeleine et Doué-en-Anjou. Une église Saint Denis existait aussi, semble-t-il, à Angers.

Église Saint Denis, Saint-Denis-d’Anjou – (Wikipedia)

On honore également une Sainte Denise le 15 mai, vierge et martyre, torturée et décapitée à Lampsaque vers 250 avec ses compagnons, les saints Pierre, André et Paul.


 

Publicité

5 réflexions sur “D comme DENISE

  1. Denis Pigeon X Macée Trillot (anc à la 11 g).
    dont: Denis Pigeon,boucher, qui aura une fille Anne ,mariée a Soucelles le 20 8 1709 avec Estienne Nigleau Me chirurgien,veuf de Jeanne Loispault (vue 135)

    Notes: Le 18 7 1679 à Soucelles,Estienne Nigleau ,fils de NH Jacques Nigleau et de Damoiselle Marie Bertrand de la paroisse de Laval ,pays du Maine,et Jeanne Loispault,veuve de cette paroisse.( vue 19)

    Jacques Nigleau ,escuyer,sieur de la Rambergerie,Prévôt Général des maréchaux de France à la résidence de Ste Suzanne,époux de Marie Bertrand de Lavré (sources Abbaye du Perray-Neuf).

    J’aime

  2. L’EGLISE PAROISSIALE DE ST DENIS A ANGERS .

    Cette église est située dans la rue St Julien,mais son entrée est au commencement d’une rue voisine,qui porte le nom de cette église.Elle était bâtie avant le septième siècle:l’on n’en peut fixer l’époque;ce qu’il y a de certain,ç’est que S Mainboeuf,évêque d’Angers,environ le commencement du septième siècle,ayant fait bâtir l’église de S Saturnin,qu’on nomme aujourdhui S Mainboeuf,y mit des religieux de St Benoit,auquels il donna l’église de S Denis,ou ils exercèrent en commun les fonctions curiales.Dans la suite des temps,cette église fut desservie par un chapelain ou vicaire perpétuel,en exécution du concile de Clermont,comme on le voit dans une bulle d’Adrien IV,qui est dans les archives du chapitre de S.Mainboeuf
    La cure est en la présentation de l’évêque d’Angers depuis la réunion du chapitre de S Mainboeuf au Séminaire,et auparavant elle était présentée par les chanoines.
    René le Devin ,sieur de Villettes,enquêteur d’Anjou,né à Angers le 19 juin 1520,est enterré dans l »église S Denis,ou l’on voit son épitaphe en vers français:d’argent à trois croisilles de gueules.
    (Description de la ville d’Angers .Péan de La Tuillerie.)
    Réédition de 1845.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.