Jacques PINEAU, soldat vendéen – #Genealogie30 (épisodes 5 à 8)

Voici un joli challenge proposé par Sophie Boudarel. Peut-être va-t-il me permettre d’en savoir davantage sur Jacques PINEAU, l’un de mes ancêtres vendéens…?


Épisode 5- Est-ce que j’ai toutes les informations sur son passé militaire ? Fiche matricule ? Invalide ? Légion d’honneur ?

Le dossier de demande de pension constitué par Jacques François PINEAU en 1824 nous donne de précieuses informations sur son passé militaire.

Il a combattu avec honneur et bravoure dans les Armées Royales, dès 1793 et jusqu’à la Restauration. Au cours des guerres de Vendée, il a été blessé deux fois, et c’est d’ailleurs en qualité de blessé qu’il réclame un secours. Il a aussi reçu un Brevet d’Honneur du Roi.

Il a été blessé une première fois lors de l’Affaire de Cholet, en octobre 1793, par une balle qui l’a atteint à la jambe gauche ; et une seconde fois, par une autre balle qui cette fois lui « perçat le bas-ventre ». C’était au village de Millé, situé sur la commune de Chavagnes. (Voir ici) La date n’est pas précisée.

Le maire de Melay, Auguste De La BERAUDIERE écrit pour lui « qu’il ne peut plus travailler à cause des douleurs causées par ses anciennes blessures et que l’age s’ajoutant à ses souffrances, il ne peut plus gagner sa vie ; que par ailleurs, il a beaucoup perdu pour la guerre et n’a pas cru devoir encore sacrifier trois francs pour une visite de chirurgien, craignant que ce ne soit en pure perte« .

Extrait d’un certificat établi par témoins – Dossier de pension de Jacques François PINEAU, 5/8 – (AD49)

« Lesquels nous ont declaré et certifié que le sieur Jacques *François PINEAU, métayer demeurant en la dite commune de Melay, a servi dans les rangs de l’armée Royale et Vendéenne et qu’à l’affaire de Chollet qui a eu lieu dans le mois d’octobre 1793, il reçut une balle à la jambe gauche et une autre au village de Milliers, commune de Chavagne qui lui perçat le bas ventre. »


Épisode 6-Est-ce que je peux trouver des informations sur lui dans la Presse ?

PINEAU-6-Doleances

Bon, ce n’est pas vraiment la presse, mais cela y ressemble !

Jacques PINEAU fait en effet partie des citoyens cités dans le cahier de doléances de Melay établi le mercredi 4 mars 1789.

Lui ne signe pas encore, mais on trouve au milieu de bien d’autres signatures, qui d’ailleurs ne me sont pas inconnues, celle de son frère aîné, Louis PINEAU.

Signataires-Melay
Signataires du cahier de doléances de Melay. En tout premier, Louis PINEAU, frère de Jacques François PINEAU – (AD49)

Voici quelques doléances des habitants de Melay :

  • Demandent les dits habitans que dans le nombre des députés du Tiers, il en soit nommé un du païs des Mauges.
  • La Gabelle étant de tous les impôts le plus désastreux en ce qu’il prive la majeure partie des gens peu aisés d’une denrée de première nécessité pour le prix énorme auquel on a fixé le sel, demandent que la vente de cette denrée soit libre ; ils ne diront rien des vexations des gardes, elles ne sont que trop connûes, ainsi que le brigandage des faux-sauniers.

Et encore :

  • Le Tiers attend des états généraux qu’ils prendront sa défense contre les prétentions de quelques seigneurs qui veulent s’emparer des arbres plantés sur le bord des chemins, et même dans les haies, qui lui appartiennent de temps immémorial ; si quelques arbres par leurs plantations, ou par l’étendue de leurs branches sont nuisibles aux voyageurs ou au dessechement des chemins, les Etats provinciaux à qui sans doute on en confiera la police pourront ordonner que les uns seront abbatus et les autres élagués.

Plus étonnant : 

  • Que les chirurgiens avant de pouvoir s’établir dans les petites villes, bourg et villages seront tenus de subir un examen faict par les médecins, chirurgiens et apothicaires des villes principales de chaque province en présence d’un ou de plusieurs députés des états provinciaux.
  • Qu’aucune femme ne se mêlera de l’état d’accoucheuse sans avoir subi un examen fait par les médecins et chirurgiens et être munie de certificats suffisant du curé et du syndic de chaque paroisse, auxquelles femmes il seroit accordé par le bureau une gratification annuelle proportionnée à leur travail.

7- Quels événements historiques a-t-il connus?

La bataille de Cholet (en réalité, la deuxième bataille de Cholet) s’est déroulée le 17 octobre 1793. Les Bleus y remportent une victoire décisive. Elle marque le début de la « Virée de Galerne », expédition au cours de  laquelle les Armées Royales traversent la Loire dans l’espoir de trouver plus au Nord des forces alliées.

(Pour en savoir plus, voir ici Wikipedia).


8-Quelle était son instruction ?

Jacques PINEAU savait au moins écrire son nom. Difficile d’en savoir plus sur son instruction. Sans doute a-t-il appris à écrire avec le curé GALPIN qui refusa de  prêter serment et continua à tenir ses registres pendant les Guerres de Vendée.

Un fait curieux : pour sa demande de pension, en 1825, il est dit dans son dossier, à plusieurs reprises, qu’il ne sait pas signer. Le maire de Melay  et des témoins parlent et écrivent en son nom. Il fallait peut-être en « rajouter » un peu dans l’indigence et la mendicité pour pouvoir espérer une pension, au demeurant bien méritée !

Sur la fin de sa vie, alors qu’il est bordier à Cerisier, sa signature s’est affinée. En voici une, peu de temps avant sa mort, en 1831, à l’enterrement de son frère Louis.

à suivre…

4 réflexions sur “Jacques PINEAU, soldat vendéen – #Genealogie30 (épisodes 5 à 8)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.