Z comme ZEPPELIN ou ZOOM final sur les Poilus de Melay

Où l’on découvre la biographie des derniers Poilus de Melay Morts pour la France…

Je ne pouvais pas clore ce challenge sans rendre un dernier hommage aux Poilus de Melay. Voici donc les biographies des trois derniers soldats de Melay, village natal de mon père, Morts pour la France. Il s’agit de Pierre HUMEAU (1878-1918), Jean LEGUAY (1894-1918) et Anatole MOREAU (1879-1918).

Et je suis désolée, j’ai eu beau faire, je n’ai pas réussi à trouver un lien avec le dernier mot de mon alphabet. Il s’agissait de Zeppelin. Si quelqu’un a une idée, il aura droit à toute ma reconnaissance…


Pierre Constant Marie HUMEAU (1878-1918) 

Naissance

Pierre Constant Marie naquit le 15 mai 1878 à Melay à l’Enclose. Son père, Emile Eugène HUMEAU était cribleur et sa mère se nommait Anne MORINIERE.

Acte de naissance de Pierre Constant Marie HUMEAU, 15 novembre 1878, Melay – (AD49)

Sur son acte de naissance, une mention marginale stipule que Pierre s’est marié le 25 novembre 1907 avec Philomène Marie Louise GUITTET à Cossé.

Fiche Matricule

Pierre Constant Marie HUMEAU appartenait à la classe 1898 et portait le matricule 550. Sur sa fiche, on apprend qu’il était châtain, avait les yeux bleux, que son nez et sa bouche étaient petits, son menton rond et son visage ovale. Il faisait 1 mètre 62 et son niveau d’instruction avait été estimé à 3.

Fiche matricule de Pierre Constant Marie HUMEAU, première partie – (AD49)

Il avait accompli son service militaire dans le 18 ème Bataillon des Chasseurs à Pied. Arrivé au Corps le 16 novembre 1899, il avait été mis en disponibilité trois ans plus tard, le 20 septembre 1902, un certificat de bonne conduite en poche.

Lors de la mobilisation, il intègre le 77 ème Régiment d’Infanterie et devient caporal le 18 septembre 1915. Il intégrera par la suite le 114ème Régiment d’infanterie. Le 16 août 1918, il meurt des suites d’une grave blessure à la tête – plaie pénétrante du crâne est-il écrit sur sa fiche matricule – près de Fignières dans la Somme (60).

Fiche Mémoire des Hommes

Pierre Constant Marie est déclaré Mort Pour La France par Jugement rendu le 12 janvier 1922 par le Tribunal de Cholet.

Il est inhumé à Montdidier, à la Nécropole Nationale. Sa tombe, individuelle, porte le numéro 2599.


Jean René LEGUAY (1894-1918)

Naissance

Jean René Marie LEGUAY naquit le 9 avril 1894 à Melay à La Brosse. Son père, Jean-Baptiste LEGUAY, était cultivateur et sa mère se nommait Adèle Victoire AUGEREAU. Il était le neveu de mon arrière grand-oncle, Mathurin PINEAU, lui-même cultivateur à la Brosse, beau-frère de Jean-Baptiste dont il avait épousé la soeur, Rose LEGUAY. Mathurin est d’ailleurs témoin sur l’acte de naissance de Jean René Marie et il signe.

Acte de naissance de Jean René Marie LEGUAY, 9 avril 1894 – (AD49)

La guerre est déjà déclarée quand, le 25 octobre 1915, il épouse Marie Louise POISSONNEAU. Il lui reste trois ans à vivre. Combien de temps a-t-il pu rendre visite à sa jeune femme ? Ont-ils eu des enfants ?…

Mention marginale du mariage de Jean René Marie LEGUAY – (AD49)

Fiche Matricule

Jean René Marie appartenait à la classe 1914 et portait le matricule 179. Il était blond, avait les yeux gris et était assez grand puisqu’il faisait 1 mètre 70. En raison d’une déformation rachitique du thorax, il n’est pas mobilisé le premier août mais le 24 décembre 1914 et il intègre son corps, le 20è Régiment d’artillerie, le lendemain, 25 décembre 1914, jour de Noël !

Après avoir été blessé le 17 août 1917 à l’épaule droite par un éclat d’obus, il est promu caporal le 15 octobre 1917, puis sergent, le 14 septembre 1918, alors qu’il a intégré, après un passage au 3è Régiment de Zouaves, le 4è Régiment de Tirailleurs.

Il a reçu plusieurs citations :

Citation à l’ordre de la Brigade n°95 du 24 septembre 1915.

Le 20 août 1917 au cours de l’attaque d’une position, étant agent de liaison, a été superbe de courage […] en portant des ordres dans un terrain difficile et battu par l’artillerie ennemie. Modèle de dévouement.

En dessous, beaucoup de chiffres et de sigles, mais on peut lire malgré tout ces lignes :

Au cours des attaques des 28 et 29 septembre 1918 devant G…. et M….. a entraîné sa demi section avec un rare courage et malgré les feux violents des mitrailleurs ennemis. Sous officier d’un rare dévouement.

Fiche matricule de Jean René Marie LEGUAY, citations – (AD49)

Fiche Mémoire des Hommes

Jean René Marie LEGUAY est tué à l’ennemi le 17 octobre 1918, un mois à peine avant l’armistice, à Beaurepaire, dans les Ardennes. Son lieu de sépulture est inconnu. Il avait 24 ans…

 


Anatole Léon Marie MOREAU (1879-1918)

Naissance

Anatole Léon Marie MOREAU naquit le 19 avril 1879 à Jallais, village proche de Melay. Son père était René MOREAU, cultivateur à La Louettière, et sa mère Marie LIZÉE. Il se maria à Melay le 9 novembre 1909 avec Marie Louise Joséphine CHERBONNIER. Il avait alors 30 ans.

Fiche Matricule

Anatole portait le matricule 615 et appartenait à la classe 1899. Il avait donc 35 ans lorsque la guerre éclata.

Sa fiche matricule m’apprend qu’il habitait La Jumellière où il était domestique lorsqu’il fit son service militaire, puis La Gâtée à Melay. Tout d’abord dispensé, en raison d’un frère déjà au service, il est tout de même incorporé dans le 18ème Bataillon de Chasseurs à pied le 14 novembre 1900 et recevra un certificat de bonne conduite.

La suite est, comme à l’habitude, laconique et cruelle !

Moblilisé le 1er août 1914.

Pieds gelés le 28 février 1917.

Fait prisonnier le 27 mai 1918 au combat de l’Aisne.

Interné à Langensalza.

Décédé le 30 octobre 1918 au Lazaret de Langensalza.

Langensalza est un camp de prisonniers allemand. Lorsqu’il fut fait prisonnier, Anatole était alors au 214è RI.

(Source – Hier et Aujourd’huiLe camp de Langensalza.)

Fiche Mémoire des Hommes

Anatole Léon Marie MOREAU verra son acte de décès transcrit à Melay le premier août 1921. Sa fiche Mémoire des Hommes laisse entendre qu’il serait mort de la grippe espagnole

 

Publicités

10 réflexions sur “Z comme ZEPPELIN ou ZOOM final sur les Poilus de Melay

  1. Tous ces toponymes qui sont aussi dans mon arbre.
    Tous ces patronymes qui sont aussi dans mon arbre.
    Toutes ces personnes qui ne sont PAS dans mon arbre !
    C’est dingue tous ces ancêtres que tu as et que je n’ai pas : à force de se trouver des cousinages communs, je l’avais oublié ! 😉
    Merci pour ce beau Challenge et à l’année prochaine cousine.
    Mélanie – Murmures d’ancêtres

    Aimé par 1 personne

  2. Pierre Constant Humeau côtoie de loin mon oncle Alexis Turbelier enterré en deuxième endroit en 1920 à la nécropole de Montdidier sous le N° 4205. Mes grands-parents n’avaient pas fait revenir le corps à Angers, une tante avait de la belle-famille dans le nord et il paraît, d’après ma mère, qu’un voyage était offert par an afin de permettre à un membre de la famille de s’y recueillir.
    Toutefois en 2017 les anciens combattants n’ont pas souhaité s’y rendre le 11 novembre je crois faute d’entretien sérieux des tombes. J’avais dans le cahier à la sortie noté ma même chose en 2011. Il semble que des travaux ont été faits en 2018 et malgré quelques photos qui nous sont parvenues en octobre dernier, je ne sais si le centenaire a pu être célébré. Il manquait … les plaques… sur les photos !
    Voir aussi blog 6bisruedemessine que vous connaissez sans aucun doute.

    Aimé par 1 personne

  3. Jean René Marie Leguay est mort au lieu-dit Beaurepaire… Aussitôt j’ai pensé à ma patrie natale, Angers, où existe la statue qui fait référence au lieutenant-colonel Louis-Nicolas Beaurepaire, due à Maximilien Louis Bourgeois (1839 – 1901), et est présente sur le pont de Verdun, l’un des ponts de la ville d’Angers. Il y en avait une à Coulommiers du même artiste, mais elle a disparu pendant la Seconde Guerre mondiale. Beaurepaire s’était marié… à Joué et son nom figure sur la 8ème colonne sous l’arc de triomphe. Il est possible qu’il se soit suicidé car trouvé mort en 1792 dans son bureau, peut-être se sentant déshonoré d’avoir perdu une bataille.
    Quant au Zeppelin, je me suis souvenue (et j’ai vérifié) que mes parents parlaient des bombes tombées sur Paris les nuits du 20-21 mars 1915 et 29 – 30 janvier faisant 66 victimes dont 27 morts… un cousin habitait la région parisienne !

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.