Un acte de mariage inespéré !

Du nouveau chez les BOISDAUFRAY !

Quant un acte de mariage, que vous avez cherché pendant très longtemps, à tel point que vous ne savez même plus vraiment où vous l’avez déjà cherché, donc que vous ne savez plus vraiment où chercher et que, de toute façon, vous vous êtes fait (ou presque) une raison : bon, ben tant pis, de ce côté là, c’est mort, cela n’ira jamais plus loin…  Quant cet acte de mariage donc, se retrouve soudain, sans crier gare, devant vos yeux déjà tout embués de sommeil, un dimanche soir, alors que pour déjouer l’ennui, vous aviez négligemment ouvert, encore une fois, un registre susceptible de contenir cet acte insaisissable et que, de guerre lasse, vous vous apprêtiez à aller vous coucher …  Alors, devant cet acte de mariage, vous vous sentez, pendant une seconde, un peu désemparée…  Mais comment ….? Là … ?! C’est impossible…. !  Mais, très vite, vous vous reprenez, et, tout en réprimant avec difficulté un formidable cri de joie qui aurait réveillé toute la maisonnée, vous relisez plusieurs fois les noms dans la marge, vous vous frottez les yeux, et vous êtes définitivement  et irrémédiablement réveillé tandis que vous vous délectez à lire et relire l’acte tant convoité !

Décidément, Jacques BOISDAUFRAY, mon ancêtre numéro 900, m’aura donné du fil à retordre ! Tous les actes qui le concernent ont été très difficiles à trouver. J’avais d’ailleurs déjà écrit, il y a environ quatre ans, un article au sujet de la découverte inespérée de son acte de baptême (Voir B comme BOISDAUFRAY).

Il faut dire que sa vie, assez longue, ne semble pas avoir été un long fleuve tranquille. Pour résumer, Jacques a été baptisé à Sablé-sur-Sarthe, il a vécu ensuite à Saint-Denis-d’Anjou, puis à Précigné. Il s’est marié cinq fois avant de s’éteindre à l »Hotel-Dieu d’Angers.

Dans mon ancien article, j’écrivais :

Son premier mariage a dû avoir lieu vers 1685, il a alors 20 ans et sa première femme, Renée COSNARD avec laquelle il aura au moins trois enfants, doit être un peu plus âgée que lui. (Je n’ai pas encore trouvé ni l’acte de leur mariage, ni les actes de baptêmes de leurs enfants).

Je retrouve la trace de Jacques BOISDAUFRAY à Saint-Denis d’Anjou (53) où Renée COSNARD meurt le 14 juin 1697. Son mari a alors presque 30 ans. Il va pourtant se remarier encore quatre fois !

C’est d’abord Catherine BOUCHARD (dont je descends) l’heureuse élue.  Je sais peu de chose de Catherine, si ce n’est qu’elle aura quatre enfants dont deux décéderont en bas-âge. De son mariage, qui a dû avoir lieu vers le milieu de l’année 1697, pas de trace.

C’est ce mariage que j’ai trouvé… 4 ans plus tard, à Sablé, paroisse Notre-Dame. Le 4 août 1697, Jacques BOISDAUFRAY épouse donc en secondes noces, Catherine BOUCHARD, fille de Thomas BOUCHARD et de Catherine TESTU. Le mariage est filiatif ; quelques jours de recherche plus tard, une dizaine d’ascendants de Catherine prennent place dans mon arbre…

Voici les ascendants de Marie Françoise BOISDAUFRAY tels qu’ils apparaissaient dans mon arbre en 2014 :

Ascendants de Marie Françoise BOISDAUFRAY – Avril 2014

Et les voici, quatre ans plus tard.  Toutes les cases blanches sont désormais remplies.

Ascendants de Marie Françoise BOISDAUFRAY – Mai 2018

Ce n’est pas encore terminé. Le premier mariage de Jacques reste introuvable, mais … je garde espoir !

 

 

Publicités

3 réflexions sur “Un acte de mariage inespéré !

  1. Merci encore pour ces récits. Je partage votre émotion lors de cette découverte, ayant eu la chance d’en vivre quelques-unes au cours de mes recherches. Je vous souhaite plein d’autres belles trouvailles que nous aurons comme toujours le plaisir de lire.
    Bonne journée.
    Danielle Gengoux

    Aimé par 1 personne

  2. Bonjour
    Je partage votre enthousiasme.
    Durant une vingtaine d’années, j’ai désespérément cherché le mariage de mes ancêtres Nicolas CARRÉ et Marie Claude Rose BRUNOT (ou BRUNEAU et autres variantes, elle ne savait pas écrire), avant 1805, date de naissance de son fils Louis CARRÉ, mon ancêtre, qui eu la chance de survivre à 9 mois à la mort de sa mère. J’ai cherché dans les Tables Décennales sans succès dans la Marne et dans l’Aisne, car lors de son décès à 28 ans à l’hospice d’humanité de Reims, Marie Claude Rose BRUNOT est dite « native de Moineau (ou Monneau ?) dans l’Aisne ». J’ai cherché en vain dans l’Aisne à Monneaux près d’Essômes et même aux différents Monceaux, dans les tables décennales, donc à partir de 1802, entre l’Aisne et Ludes dans la Marne, en vain. Un jour en consultant un registre à Cormontreuil (près de Reims), j’ai eu la surprise de découvrir le mariage, qui était oublié dans la table du registre et introuvable dans les Tables Décennales, puisqu’antérieur à 1802 ! Marie Claude Rose y est dite native de Monthenault, ce qui est surprenant, mais exact ! La différence entre Moineau ou plutôt « Monneau » et Monthenault s’explique à mon avis verbalement : On a demandé oralement d’où était la défunte et le nom a été contracté en « Mont’nau » et mal compris, car les rémois ne connaissent pas les petites communes de l’Aisne, d’où mal orthographié.
    Nicolas CARRÉ s’est remarié 3 fois, a eu 11 enfants et a déménagé plusieurs fois, changeant de moulin du nord au sud de la Marne où il est mort à 79 ans, laissant une nombreuse postérité de meuniers baladeurs.

    Aimé par 1 personne

  3. Marié cinq fois en 55 ans !
    Là, tu nous recense les deux premiers mariages, avec 3 et 4 enfants.
    Et les trois autres mariages ? Tu as les infos ?
    Evidemment, tu nous donnes plein d’infos nouvelles… mais tu nous mets en appétit ! Merci !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.