Une tranche de vie dans un testament

 Calendrier de l’Avent 2016 – 7

Saint-Georges-du-Puy-de-la-Garde, 26 décembre 1711

Une note assez longue, insérée à l’envers dans les registres de Saint-Georges-du-Puy-de-la-Garde, fait état des dernières volontés qu’un certain Mathurin COSSON avait confiées au prêtre venu l’assister dans son agonie. Ce prêtre, afin de ne rien oublier sans doute, a écrit ce testament – ou plutôt ce mémoire – dans lequel on apprend quelques petites choses qui étaient le quotidien de nos ancêtres autrefois : ainsi ce Mathurin COSSON payait un loyer. Il effectuait certains travaux et réparations et vendait du blé,  mais on ne le payait pas toujours tout de suite. Il possédait quelques meubles qui seront vendus après sa mort, donc sans doute pas d’héritiers, et tout l’argent récolté devra servir à dire des messes pour le repos de son âme, « jusqu’à la concurrence de ce que la coutume d’Anjou permet« .

testament-de-mathurin-cosson-a-droite-ecrit-a-lenvers
Le testament de Mathurin COSSON, inséré à l’envers dans un registre paroissial de Saint-Georges-du-Puy-de-la-Garde – (AD49-BMS 1700-1720, vue 115/207)

Je soussigné prestre curé de la paroisse de St Georges du Puy de la garde certifie à tous à qui il appartiendra que ce jourd’huy vingt sixiesme de decembre mil sept cens onze, j’ay esté appellé dans la maison ou demeure Mathurin COSSON pour lui administrer les sacremens, que l’ayant trouvé gisant au lit malade, mais sain d’esprit et d’entendement, je luy ay adminsitré le Saint Viatique, après quoy le dit COSSON m’a prié et requis de faire un mémoire de l’état de ses affaires en présence des témoins soussignés comme s’ensuit. Premièrement il a reconnu et reconnoist devoir à Pierre MARTIN environ vingt quatre livres pour le loyer de son logis, plus ce qui se trouvera dû aux collecteurs, déclare que le procureur des Révérends Pères Augustins des Gardes lui doit vingt et quatre livres pour du travail, que Mathurin CHAILLOU de la Gagnerye lui doit quatre livres, que Pierre METAYER de nostre bourg lui doit autour de six livres pour du travail, qu’Etienne BERNIER lui doit trois bouesseaux de bled qu’il lui a vendu et livré à dix sols le bouesseau d’une part en environ sept [ ?], que François PLESSIS de la Bliardière lui doit environ sept livres, que Pierre MARTINEAU lui doit sept livres pour des réparations, que son intention et derniere volonté est que ce qui restera desdites sommes après ses dettes payées et le prix de ses meubles qu’il veut estre vendu après son décès, soient employé à faire des prières et dires des messes pour le repos de son ame jusqu’à la concurrence de ce que la coutume d’Anjou permet. Fait audit logis de Cosson, ledit jour et an que dessus en présences des témoins soussignés et de plusieurs autres.

Quatre jours plus tard, Mathurin COSSON décéde, le 30 décembre 1711. Il était âgé d’une cinquantaine d’années.


  • Illustration –  L’extrême-onction, Pietro Antonio Novelli, 1779.
Advertisements

5 réflexions sur “Une tranche de vie dans un testament

  1. Merci Françoise, pour ces pages que l’on feuillette jour à jour. Peut-on dire qu’il s’agit d’un feuilleton ? En tout cas, je comprends d’où vient ce mot feuilleton.
    Pages de petites histoires qui forment la grande histoire.
    Juste une petite coquille dans ton texte (mais ton texte d’aujourd’hui n’est aussi qu’une grande coquille insérée dans le registre paroissial) : à la première phrase, tu cites « les registres paroissiaux de Neuvy » alors qu’il me semble qu’il s’agit des registres de St Georges du Puy de la Garde.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s