btv1b8495811n

Relevé des actes paroissiaux des Tziganes, autrefois nommés Égyptiens, Éthiopiens ou même Sarrasins…

Il y a quelque temps, j’ai trouvé dans Gallica, un article de Fr. de Vaux de Foletier, paru dans Etudes Tsiganes en 1956, dans lequel il recensait un certain nombre de mentions concernant, sous diverses dénominations, les Tziganes. relevées dans les registres paroissiaux du Maine-et-Loire. Certaines des ces mentions m’étaient déjà connues (en particulier, celles de Seiches-sur-le-Loir : voir à ce sujet, quelques articles sur ce blog), mais d’autres m’étaient encore inconnues (celles de Brissac, par exemple). Comme par ailleurs j’ai découvert de mon côté quelques mentions supplémentaires au cours de mes recherches, j’ai décidé de les réunir toutes dans cet article que je compléterai au fur et à mesure de mes découvertes.

Des actes fascinants

Égyptiens, Éthiopiens ou même Sarrasins, ainsi étaient nommés les tziganes autrefois.

Quelques traces de leur existence se sont glissées dans les registres paroissiaux à l’occasion, c’est le cas le plus fréquent, d’un baptême, d’une sépulture ou, plus rarement, d’un mariage.

Fascinants à plusieurs titres, ces actes nous dévoilent quelques bribes de cette mystérieuse « nation ».

On y découvre, par exemple, que les parrains de leurs enfants sont quasiment toujours de prestigieux personnages : des princes, des marquis ou encore des seigneurs se penchent ainsi sur les berceaux de leurs enfants… Certains de ses Égyptiens d’ailleurs se disent nobles et portent le titre d’écuyer. On y croise aussi plusieurs capitaines,  et quand l’un d’entre eux est assassiné, une foule immense se presse à ses funérailles.  Enfin, parfois, l’un d’entre eux, épouse une princesse…

Leurs noms de famille sont souvent omis, mais lorsqu’ils apparaissent, ils ont parfois une consonance orientale  ( tel « Babalonne » qui n’est pas sans évoquer Babylone…) bien que, le plus souvent, ils soient très simples et n’évoquent rien d’autre que des lieux très banals tels De la Roche, De la Haie ou De la Tour…

 

Lieux des actes mentionnant des Égyptiens

Carte des Actes Egyptiens
(Cliquez sur la carte pour la lire)

Relevé des actes paroissiaux des Tziganes, autrefois nommés Égyptiens, Éthiopiens ou même Sarrasins… 

– En rouge, les actes signalés par Fr. de Vaux de Foletier dans Etudes Tsiganes (2ème Année –n°2- 15 avril 1956 – Recherches sur l’histoire des Tsiganes dans les anciens registres paroissiaux, par Fr. de Vaux de Foletier, pp. 3-11).

– En bleu, mes compléments.


  • 7 janvier 1536, Jarzé. « Le VII ème jour de janvier, l’an dessus dit, fut baptisé un égiptien nommé Pierre, par Messire Pierre Maillard prêtre chantre de l’église de Jarzé et Jehan Girard, parains, et Jacquette la Girarde maraine. »
Egyptien-Pierre-Jarzé-7-01-1536
Baptême de Pierre, Egyptien, Jarzé, 1536 – (AD49)

  • 24 octobre 1546, Cheviré-le-Rouge. « Le xxiiii jour d’octobre l’an comme dessus, fut baptizé Martin fils de Pierre FESTE et de Marie de [ ?] Egiptiens, ses parrains Missires Jacques PYNEAU et Mathieu BONGNE prêtre, sa marraine Marguerite FOUQUER femme de Jehan GOHORY sergent royal. »
Egyptien Martin - 1546 - Cheviré-le-Rouge
Baptême de Martin FESTE (?), Egyptien, Cheviré-le-Rouge, 1546 – (AD49)

  • 1er mars 1592, Seiches. « Le premier jour de mars 1592 a esté baptisé ung fils qui est aux égyptiens en l’église du Verger et a esté nommé Hercule par hault et puissant seigneur messire Hercules de ROHAN, duc de Monbason et pair de France, l’autre parain Alexandre de ROHAN, marraine haulte et puissante dame Madame de L’ISLE niesse dudit seigneur de Monbason. » [Voir sur ce blog, Un Bohémien au château]
Egyptien-Hercule-Seiches-1592
Baptême de Hercule, Egyptien, Seiches, 1592 – (AD49)

  • 17 avril 1597, La Tourlandry. « Le dixseptiesme jour d’avril mil cinq cent quatre vingt six sept a esté baptizé Jehan filz de Jacques De La TOUR estranger de la Petite Egipte, pareins messire Louys BANCHEREAU prestre et Jehan GUINOYSEAU fermier, la marene Anne GOURDON. » [Voir sur ce blog, Baptesme d’un estranger de la Petite Egypte]
DE LA TOUR Jehan - B - 1597-04-17 - La Tourlandry - estranger de la petitte Egipte
Baptême de Jehan De La TOUR,  « estranger de la petite Egypte », La Tourlandry, 1597  -(AD49)

  • 24 septembre 1601, Jarzé. « Le vingt quatriesme jour de septembre mil six cens et ung fut baptizé Charles fils de Jehan La ROCHE et Marye BALTAZAR de la nation égyptienne, fut parain Messire Jacques LE CLERC sergent royal demeurant à Jarzé et marraine damoyselle Marye GOHIN espouse de Messire Pierre BEGUER sieur de la ? par moy Charles RIOBÉ tenu pour l’absence de Monsieur le viquaire de Jarzé. » [Voir sur ce blog E comme Etranger ou le baptême des enfants venus d’ailleurs]
Baptême-LAROCHE-nation-Egyptienne-1601-Jarzé
Baptême de Charles La Roche, Egyptien, 1601, Jarzé – (AD49)

  • 10 décembre 1607, Saint-Pierre-Montlimart. « Sur les six heures du soir, ledit jour mesme est arrivée une compagnie d’égiptiens ou sarrazins qui ont logé audit bourc et aussy au Petit-Montreveau, et avoient délogé du Grand-Montreveau, et de Vohardy. » [Mentionné à la fin d’un acte de mariage]
Arrivée d'une compagnie d'Egyptiens, Saint-Pierre-Montlimart, 1607 - (AD49)
Arrivée d’une compagnie d’Egyptiens, Saint-Pierre-Montlimart, 1607 – (AD49)

  • 21 février 1619, Seiches-sur-le-Loir. « Le vingt et ungiesme jour de febvrier l’an mil six cent dix-neuf, a esté baptisée une fille aegiptienne, nommée Perrine [fille de] Georges MALDONNOIER et Renée DELGADDE, parrain Artus De SAINCT-JOUIN par le commandement de Monseigneur le prince de Guéméné, marraine Magdelaine OGER, baptisée par moy soubssigné. » 
Baptême de Perrine MALDONNIER, fille égyptienne, Seiches, 1619 -(AD49)
Baptême de Perrine MALDONNIER, fille égyptienne, Seiches, 1619 -(AD49)

  • 1er mars 1620, Seiches-sur-le-Loir. « Le premier jour de mars l’an mil six cents vingt a esté baptisé Pierre, filz de Jacques de la HAIE. Madame Anthoynette de Bretaigne, princesse de Guéméné, mareine et Loys de la Tourlandry, haut et puissant seigneur, marquis de Villebour, parrain. Baptisé par moy soubzigné. » [Ecrit en marge Pierre Delahaie egiptian]
Baptême de Jacques DELAHAIE, Egyptien, 1620, Seiches -(AD49)
Baptême de Pierre DELAHAIE, Egyptien, 1620, Seiches -(AD49)

  • 2 juin 1621, Saint-Lambert-des-Levées. « Le mercredy deuxiesme jour de juin ou dict an fut enterré l’enfant d’un Egyptien, suyvant l’approbation de son baptistère. »

[Non trouvé]


  • 21 juin 1621, Saint-Lambert-des-Levées. « Le lundy 21ème jour de juin au dict an furent dictes deux grandes messes avec deux autres à basse voix pour le repos des âmes des dits deffuncts, Jean et Pierre MOURON, Aegyptiens. »

[Non trouvé]


  • 27 novembre 1628, Jarzé. « Le vingt septième jour de novembre mil six cens vingt et huict décéda, en la paroisse de Jarzé, Marye LA FLOTTE, vivante femme de Pierre OLLIVIER, ainsy que nous en a assuré George OLLIVIER, père du dit Pierre, estre tous de nation Egiptienne et avoir tousjours fait profession de la foi et religion catholique, apostolicque et romainne et seu son progez par serment affin d’optenir la sépulture pour ladite deffuncte LAFLOTTE, laquelle luy avons perminse au moyen de plusieurs certificats tant de leurs baptesme que sépultures et sauf-conduit de Monsieur l’evesque de Malgin, curé de Brellant en Gastinoys et curé de Chasseron, au grand cymettière de Jarzé, par moy curé, à la prière aussy de leur capitaine [dit Moulin ?]. » [Ecrit en marge Une bohémienne égiptienne.]
Sépulture de Marie LAFLOTTE, Bohémienne égyptienne, 1628, Jarzé -(AD49)
Sépulture de Marie LAFLOTTE, bohémienne égyptienne, 1628, Jarzé -(AD49)

  • Mai 1629, Brissac. « Le […] 1629 par moy curé dudit […] ensépulturé dans l’église de céans noble homme, Charles de La Grave, capitaine d’une compagnie d’Aegyptiens, au funéraille duquel assistèrent plus de trois cent personnes : il fut tué sur le chemin de ce lieu tendant au Pont de Cé, sa veufve a donné à la fabrice de céans une escharpe de tafetas blanc et une taurielle. A cause de cet assassinat j’obtenu un cadaver de Monseigneur d’Angers en ces mots :

« Claudius de Rueil, Dei et sanctae sedis apostolicae gratia episcopus Andegavensis, dilecto nostro rectori ecclesiae parochialis de Brissac nostrae dioecesis, salutem in Domino. Si tibi constiterit defunctum Carolum de La Grave bohemorum nuncupatorum conductorem ut asserit sicut videmus catholicum vixisse, tibi permittimus et mandamus quatenus illius cadaver si sit in tua parochia ecclesiasticae tradatur sepulturae licet idem defunctus immatura et violenta morte preventus absque sacramento confessionis decesserit. Datum Andegavis vicesima septima mensis maii anno Domini MVICXXIX subsignalus Claudius episcopus. »

Sépulture de Charles de La Grave, Capitaine d'une compagnie d'Egyptiens, Brissac, 1630 -(AD49)
Sépulture de Charles de La Grave, Capitaine d’une compagnie d’Egyptiens, Brissac, 1630 -(AD49)

  • 1er janvier 1630, Longué. « Le premier jour de janvier a été baptisé par nous vicaire soubzsigné Hiéraume, fils de Charles de La HAYE, égiptien et de Marie BABALONNE aussy égiptienne, a esté le parrin Louis de Brossard, escuier de la Rigauderie et la marraine dame Marguerite MARCHANT, femme espouse de hault et puissant seigneur messire Charles de Chambes de Maridort, seigneur marquis d’Avoir, et ont signé avec nous les présentes. » [Ecrit en marge Délivré à Charles de La Haye, egiptien. ]
Baptême de Jérôme DELAHAYE, égyptien, Longué, 1630 - (AD49)
Baptême de Jérôme DELAHAYE, égyptien, Longué, 1630 – (AD49)

  • 4 juillet 1645, Brissac. « Le quatriesme de juillet 1645 a esté ensepulturé dans l’église de céans le corps de René, fils de Jean CHARLES, escuier, capitaine d’une compagnie d’Egyptiens, et de demoiselle Marie De La PRADE, son espouse. » [Ecrit en marge René Charles, Egyptien.]
Sépulture de René CHARLES, fils d'un capitaine égyptien, 1645, Brissac - (AD49)
Sépulture de René CHARLES, fils d’un capitaine égyptien, 1645, Brissac – (AD49)

  • 23 mai 1650, Echemiré. « Le vingt troisiesme jour de may mil six cent cinquante a espousé en l’église d’Echemiré, par nous curé d’icelle soubzsigné, Jean MARTIN, Ethiopien de nation, homme veuf, et a pris pour espouse Marie TUFFIER, fille naturelle de deffunct messire François de Broc, vivant chevalier, seigneur de Broc et d’Echemiré, en présence de Mathieu PANNETIER, sacristain, Marie MAGDELON, aussy Etiopienne de nation, haulte et puissante dame Marie Magdelaine de BROC, dame dudit Echemiré. » [Voir sur ce blog Mariage d’un vagabond et d’une Demoiselle]
Ethiopien-mariage-Echemiré-3juillet1655
Mariage de jean MARTIN, éthiopien de nation, et Marie TUFFIER, Echemiré, 1650 – (AD49)

  • 10 octobre 1661, Ecouflant. « Le dixième octobre 1661 a esté baptisé Claude, fille de Pierre Gabriel et de Marie Valliene, Egyptiens, a esté parain discret messire Joachim CHEVERUE, curé d’Ecoufant, par moy prestre soubsigné.»

[Non trouvé]


Bibliographie

David D. Boutera, « Les Bohémiens en Bretagne sous l’Ancien Régime », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 113-4 | 2006, mis en ligne le 30 décembre 2008.

Vaux de Foletier, F., Les Tsiganes dans l’Ancienne France, Paris, Connaissance du Monde, 1961.

Vaux de Foletier, F.Etudes Tsiganes (2ème Année –n°2- 15 avril 1956 – Recherches sur l’histoire des Tsiganes dans les anciens registres paroissiaux, par Fr. de Vaux de Foletier, pp. 3-11).

Asséo, Henriette, Le Traitement administratif des Bohémiens au xviie siècle, Paris, Klincksiek, 1974

-Voir aussi sur le blog de Madame Odile HALBERT  MODES de VIE aux 16e, 17e siècles, plusieurs articles taggés « Egyptiens »…


J’ai réuni également tous ses actes sur une page spéciale intitulée Page des Égyptiens, sur laquelle j’ajouterai désormais les nouvelles découvertes que je pourrais faire à leur sujet…

9 réflexions sur “Relevé des actes paroissiaux des Tziganes, autrefois nommés Égyptiens, Éthiopiens ou même Sarrasins…

  1. La relative rareté de ces actes ainsi que le caractère souvent prestigieux des parrains et marraines semble suggérer que les baptêmes n’étaient pas fréquents. Était-il possible qu’un certain nombre de ces Tziganes soient restés païens ?

    Aimé par 1 personne

    1. Difficile de répondre rapidement… Sans doute la plupart des tziganes se fichaient-ils comme d’une guigne d’être baptisés à l’église, encore moins venaient-ils s’y marier (cette cérémonie était sans doute organisée en « famille », sous la houlette et avec l’assentiment des chefs des compagnies tziganes, les Capitaines.

      Il existe cependant un élément très important (dont je n’ai pas encore parlé) qui pourrait expliquer ces parrainages prestigieux : ce sont les multiples décrets et ordonnances royales, publiés très tôt, dès la fin du 16è siècle, pour bouter hors des villes et hors de France toutes ces bandes « inquiétantes », « sales » et « dangereuses ».
      Ces injonctions se feront de plus en plus dures au cours du temps.
      Pour y échapper, les tziganes – dont certains d’ailleurs se disaient descendants de Princes exotiques, lointains et mystérieux – cherchèrent donc la protection de grands seigneurs. Ces derniers les prirent sous leurs ailes, à la fois sans doute par esprit de fascination, mais aussi très certainement par esprit de contradiction (dans un contexte historique « pré-frondeur », pour en quelques sorte, affirmer leur pouvoir et contrecarrer les ordres du Roi…)

      J'aime

  2. Au hasard des recherches.
    En marge » Egyptien ».
    -Le 26 4 1656,a été baptisé,un enfant ,lequel nous a esté représenté par François Lefebfre et Renée Lorsière ?,qui ont été parains et maraine,lesquels nous ont asseuré lavoir trouvé sur la pavé entre les mains d’une Egyptienne qui les a prié le faire baptiser et asseuré estre de légitime mariage.
    -Angers St Martin B-M 1617-1668 (vue 216).

    Peut-être l’avez vous déja relevé ?

    Aimé par 1 personne

  3. Non je ne connaissais pas du tout cet acte. Très intéressant car différent des baptêmes que j’ai pu trouvés jusqu’à maintenant. Merci pour cette contribution que je vais m’empresser d’ajouter à la liste !

    J'aime

  4. Dans un épisode de Zorro que l’on voit toujours sur france3 le samedi et dimanche soir, Don Diégo de la Véga parle de l’origine des tsiganes venant d’Egypte.
    De plus, s’ils avaient la protection des puissants, c’est aussi qu’ils faisaient les lignes de la main, les femmes surtout diseuses de bonnes aventures. On le voit dans les films de cap et d’épé.
    Ils servaient aussi de messagers ou de 007 auprès d’eux.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s