export (7)

Z comme Zorobabel

J’ai rencontré Zorobabel en commençant ce Challenge à Saint-Lambert-du-Lattay. Sur une page vierge d’un vieux registre, on peut lire cette inscription isolée :

Zorobabel LUCAS-7 mars 1599
Saint-Lambert-du-Lattay- B -1540-1613, vue 386/512

 

Quelques années plus tard, en 1603, j’ai retrouvé ZOROBABEL. Voici l’acte de naissance de l’un de ses enfants, Maurice, issu de son mariage avec Jeanne LETHEULLE.
Zorobabel LUCAS-1603
Acte de Baptême de Maurice LUCAS, fils de Zorobabel, Saint-Lambert-du-lattay, 1603 – (AD49 – vue 383/512)
En 1606, un second fils de Zorobabel est baptisé, on le nomme Jacques.
Zorobabel LUCAS-1606
Acte de baptême de Jacques LUCAS, fils de Zorobabel, Saint-Lambert-du-Lattay, 1606 – (AD49 – vue 414/512)
En 1609, une petite fille, Jeanne, est baptisée.
Zorobabel-1609
Acte de baptême de Jeanne LUCAS, fille de Zorobabel, Saint-Lambert-du-Lattay, 1609 – (AD49- vue 457/512)

En 1613, un troisième garçon voit le jour. Mais hélas ! On le prénomme Michel et il n’y aura donc plus de petit Zorobabel ! Je dois dire que ce prénom devait être difficile à porter et surtout, je me demande bien pourquoi il avait été été choisi.

LUCAS Michel, fils de Zorobabel - 1613 - Saint-Lambert-du-Lattay
Acte de baptême de Michel LUCAS, fils de Zorobabel, Saint-Lambert-du-Lattay, 1613 – (AD49 – vue 16/205)

Vignette

  • Alphabet du petit villageois , A Paris, chez Locard et Davi. 1820. (GallicaBnF)

18 réflexions sur “Z comme Zorobabel

  1. C’estoit avecq joye

    Chacun des jours de cestuy mois de juin deux mil et seize, c’estoit avecq joie que, par devant nous, vostre cousine germaine, Rose à la Virgule, descrouvrions à notre connoissance tes histoires et tes accroire de nos ayeux.
    C’estoit curiosité d’avoit su qui ont esté espousés, d’avoit apris qui se chargeoit dudit enfant trouvé esposé à la porte le jour d’huy, et tant, et tant d’austres parents, parain et maraines.
    De meme, j’avois eu baucoup de plaisir à lire iceux et icelles de ces noms-là : Banchereau, Egreteau, Farineau, Horeau, Quoquereau, Serveau, Usureau… icelles familles avec leurs noms en « eau » estant toutes de souche angevine, pour sûr !
    Mais d’où c’qué qui vient cet’ Isambart, avec son nom qui cause l’allemand ? O dame, y doit ben être un cousin r’mu r’mu d’germain, dame oui !
    Tout d’même, quand qu’c’est qu’il a fallu lire toutes ces enfilades de prénoms de parains et de maraines à n’en pus finir : et des a’R’né, et des Françouèse, et des Jeanne, et des Pierre, et des Marie, et des Louise, iceux et icelles-là, on n’a en a trouvé une pleine berouettée.
    Mais où qu’c’est qui-z-ont été cherchés eux’autres, iceux et icelles-là qui s’appeloient : Aimery Rabier ? Macé, Isaïe et Fleurie Farineau ? Gallois Le Maistre ? Urbaine Vaugoyau ? Symphorienne Repoussard ? Mathurine Delacroix ? Et quoi dont encore : Maurille ? le cousin Basile : y d’vait pas être ordinaire c’cousin-là !… D’où c’qu’c’est qui-z-ont baptizé tous ces queniaux-là avecq tant de p’tits noms que je n’connaissions point ? Ah dame, quelle affaire que ce dernier repichon Zorobabel ? Estoit-y même baptizé cestuy-là ?
    A c’t’heure, j’te l’dis, j’ons eu ben du plaisir. Dame oui. Et j’men vas avec tes histoires plein mon boisseau.
    Ben, pis tu m’diras, pour l’gars Suplice Cramoisy : à quoi qu’il est devenu, le pov’gars.
    A t’ché’ fête !

    Aimé par 3 people

    1. J’adore ! Vraiment magnifique ! J’en suis toute émue !
      (Et j’ajoute, ayant retrouvé mes esprits – et mon ordinateur !)
      Très chère cousine,
      Ton texte est absolument fantastique. Cela m’a fait extrêmement plaisir et tu me fais trop d’honneur !
      Mais je suis ravie d’être l’inspiratrice d’un tel petit chef-d’oeuvre !
      Merci du fond du coeur, et encore bravo !

      J'aime

  2. Quelle trouvaille que ce Zorobabel ! Zorobabel Lucas !
    Zorobabel (livre d’Esdras Ancien Testament) signifie « le rejeton de Babylone », petit-fils du roi Jojakin et chef du premier groupe d’exilés de retour de Babylone. Il deviendra gouverneur de Juda et initiera la construction du deuxième temple de Jérusalem. Un grand homme du peuple juif. (cf. site enseignemoi.com)
    Comment ce prénom est venu jusque dans nos campagnes ? Après tout, cela reste de la même lignée qu’un Isaïe. Et tous ces prénoms comme Nathan, Ethan, Samuel, Joël, Noémie, Marie, Elisabeth, Eve, Deborah, Jean, Salomé, Rachel, Sara, Gabriel, Michel, Raphaël… (la liste est encore longue)… sont prénoms de la Bible. Et comme ils nous sont familiers, on ne se laisse plus surprendre.
    Quoique la « sonorité » de Zorobabel, ça pose son homme !

    Superbe cette finale !
    Tu peux signer d’un Z… comme Zoro…
    (qui ne doit être que le diminutif de Zorobabel) …

    Aimé par 3 people

  3. -Zorobabel.
    -Un nom d’origine Babylonienne= rejeton de Babel.
    -Babel signifiait « Porte du ciel ».
    -Petite fille,en classe, on nous lisait, la Bible,(l’Histoire Sainte),et j’étais impressionnée,(entre autres histoires fabuleuses), par cette tour de Babel, qui atteignait les cieux par sa hauteur,et permettait ainsi d’accéder directement au Paradis…
    -Mais, Dieu punit ces hommes orgueilleux et cela devint un lieu où régnait le bruit et la confusion des langues…

    Aimé par 1 personne

  4. Zorobabel est un nom assez fréquent en Guadeloupe où des prénoms chrétiens ont été donnés aux esclaves lors de l’abolition de l’esclavage après 1848 pour y figurer sur l’état-civil, conduisant à ce que de nombreuses familles antillaises ont pour nom un prénom tels que Jean, Louis mais parfois beaucoup moins classique

    Aimé par 2 people

  5. Merci à tous pour vos précisions sur ce cher et mystérieux ZOROBABEL.
    Merci également à tous ceux qui me suivent et me lisent, merci pour tous vos commentaires, pour toutes vos contributions, toujours enrichissantes… et à très bientôt !

    Aimé par 1 personne

  6. Zorobadel… ça c’est un Z original (et sans tricher en plus^^) !
    J’ai une question concernant la première inscription (pas sûre de bien avoir compris) : si je ne me trompe pas, je lis 1599, ce n’est donc pas le même Zorobadel dans les actes qui suivent, si ? (je suis du genre à beaucoup m’emmêler les pinceaux en ce moment donc je préfère vérifier)
    En tout cas merci pour ce superbe Challenge🙂 !

    Aimé par 2 people

    1. Bonne question ! je n’ai sans doute pas été assez claire pour ce dernier article.
      Dans la première inscription, il n’y a rien d’autre que ce nom « Zorobabel Lucas »accompagné d’une date (7 mars 1599). Pour quelle raison ils ont été écrits là, isolés de toute autre précision, mystère ! Mais il s’agit bien du même Zorobabel, cité quatre ans avant la naissance de son premier enfant. C’est peut-être la trace de son mariage, ou la trace d’un baptême d’un premier enfant…

      Aimé par 1 personne

  7. Et bravo pour le commentaire de ma presque homonyme Rose Virgule, je me suis régalée de sa rédaction en patois angevin (à peu près sans doute ?)car il ne me reste que quelques mots en provenance de ma mère, via son beau-père (mon grand-père paternel). Le week-end dernier, en Vendée j’ai pu entendre un maire d’une petite commune raconter une histo’ère en patois et avec l’accent merveilleux. C’était pour fêter la Saint-Jean, fête nationale du Québec où l’on retrouve encore les mots et l’accent des pionniers d’origines angevines ou vendéennes. Bravo à tout le monde.

    Aimé par 2 people

  8. -Merci Rose Virgule.
    -Je me surprends encore à utiliser les mots de »patoés »,entendus dans ma jeunesse.
    – Pour le plaisir, mais parfois aussi très naturellement…
    -« Vlà l’temps qui s’abernaudit, y va tomber eun r’napée ».
    -« C’est ben achalent ».
    – Embourez vous ben,mes p’tits quéniauds ».

    -Comme disait « l’Gars Mile ».
    -« J’pouvons tout dire en noût patoés,c’est ein mine ».

    Aimé par 2 people

  9. Merci Mag de parler du Gars Mile. La dernière sortie de ma mère fut pour l’entendre à la Ménitré (fête des coeffes et élection de la reine). Il avait connu mon grand-père, Alexis Turbelier, chanteur, conteur et acteur, et fut très content de rencontrer ma mère et moi de le connaître. J’ai une photo-souvenir dans la cabane sous laquelle il dédicaçait ses poèmes. Marc Leclerc fut aussi un grand auteur patoisan.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s