Poissons bleus

Un énorme poisson… (Champtoceaux, 1778)

Pour fêter le premier avril, voici l’histoire d’un énorme poisson. Un vrai poisson. Pêché un jour de mai 1778 à Champtoceaux par Jacques BOLITEAU, pêcheur du village de la … Rivière ! La bête était si énorme que le curé – était-il pêcheur lui-même ? Dieu seul le sait – nota cette pêche extraordinaire dans ses registres.

Le monstre sorti de l’eau pesait 170 livres. Si l’on prend la livre actuelle, cela nous donne un poisson de 85 kilogs. Je pense que la livre de l’époque était un peu moindre. Il n’empêche, ce devait être un sacré morceau !

Capture d'un esturgeon, Champtoceaux, 1778
Champtoceaux, BMS 1777-1797, vue 18/333 – (AD49)

Jacques BOLITEAU pescheur du village de La Rivière en cette paroisse, acompagné d’un nommé DUBIN du village de La Charaudière, ont pesché le 31 may 1778 dans la Loire, à onze heures du soir, un esturgeon pesant aux pois du bureau du Sieur Des Marets BINET, receveur des traites du Roy, cent soixante dix livres, qu’il a vendu vingt cinq livres, n’en connaissant pas la valeur, à un mareieur qui s’est trouvé au moment de la capture qui l’a conduit sur un cheval à Paris le lundy pour arriver le vendredy au matin.

Noté par curiosité par moy curé actuel.

Soit quatre jours pour aller à Paris… J’espère qu’il était encore frais…

Cliquez sur l’image et retrouvez des milliers de poissons sur Gallica…

 

6 réflexions sur “Un énorme poisson… (Champtoceaux, 1778)

  1. Beau poisson pour un 1er avril ! Et wikipedia nous dit
    « Les esturgeons ont parfois été qualifiés … de « Mathusalems » des poissons d’eau douce. Ils sont parmi les plus gros poissons : certains béluga dans la mer Caspienne peuvent atteindre… 2 000 kg. Tandis que le calouga du fleuve Amour atteint un poids supérieur à 1 000 kg. « …
    … donc finalement, un esturgeon de 170 livres dans la Loire, c’est plausible, c’est finalement un tout petit esturgeon : ce n’est donc pas un poisson d’avril que tu nous racontes là ! Merci au curé de Champtoceaux d’avoir noté cette curiosité dans son registre !

    Aimé par 1 personne

  2. Selon Françoise de Person Bateliers et contrebandiers du sel, livre qui traite beaucoup de l’Anjou depuis la Bretagne libre de droits et du XVII et surtout XVIII siècle, la livre, mesure donnée pour le sel pèse 489 grammes. (page 261 Edition Ouest-France Rennes 1999)
    Donc 83 kilos et 130 grammes… De quoi faire un bon beurre blanc… Euh… ce n’est pas un brochet… pardon… Une petite friture de Loire ? Non plus… Pff ! Allez hop, à Paris !

    Aimé par 2 people

    1. Pas grave… ! Les mauvaises manips sont nombreuses pour moi aussi… Merci pour toutes ces précisions sur la livre, qui effectivement ne faisait pas encore tout-à-fait 500 grammes. Et merci pour le calcul, ça fait un beau poisson quand même !
      (Je ne sais pas pourquoi tu as reçu un mail, peut-être t’es-tu abonné aux commentaires ? Ce sont des mails automatiques sur lesquels je n’ai pas la main.)
      Bonne soirée

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s