Quel âge a la marraine ?

Dans un acte de baptême, les parrains et les marraines, on le sait, sont souvent des indices précieux. Choisis habituellement parmi les proches parents de l’enfant, ils permettent de tisser des liens, d’opérer des rapprochements et ainsi de débloquer parfois certaines situations inextricables. Je ne compte plus le nombre de fois où un acte de baptême m’a permis de poursuivre mes recherches dans la bonne direction, grâce à la présence fortuite d’un parrain qui était dit « de telle ou telle paroisse ».

Malheureusement, il n’est pas toujours facile de les identifier formellement. Il n’est pas rare, par exemple, de trouver parmi les marraines, des filles qui portent le même prénom, voire le même nom, que leur mère, leur tante ou leur cousine,  nous confrontant aini à des homonymies déconcertantes, aussi la connaissance de leur âge serait parfois bienvenue.

Voici un acte de baptême dans lequel le curé nous précise, non pas l’âge de la marraine, mais le fait que celle-ci, n’ayant pas encore 14 ans, est accompagnée de sa mère.

La Jumellière, 15 juillet 1630

Baptême_marraine_assistée_par_sa_mère-La_Jumellière-1630
Acte de baptême de Mathieu RICHOUST, 15 juillet 1630, La Jumellière – (AD49)

Le xv jour de juillet l’an mil six cent trante a esté baptisé en l’église de ceans Mathieu fils de Toussainct RICHOUST et de Jehanne MARCHAND sa femme demeurant en ceste paroisse, parain Me Mathieu RULIER prestre demeurant St Aubin de Luigné, maraine Françoise MARTIN assistée de Françoise GUILLAUD sa mere, attendu qu’elle n’a quatorze ans accompli, demeurant en cette paroisse, laquelle marraine a declaré ne scavoir signer. (Le parrain et la mère de la marraine ont signé)

Des consignes précises ?

Le curé obéit-il à un usage précis ? Il m’a semblé rencontrer assez fréquemment des parrains et des marraines bien plus jeunes, sans pour autant qu’ils ne soient assistés pour cela de qui que ce soit.

Du reste, je n’ai pas trouvé de consignes précises concernant l’âge des parrains et des marraines à cette époque. La raison et le bon sens semblent cependant être de mise.  Ainsi, comme on peut le lire ci-dessous, dans un extrait du Rituel du Diocèse de la Rochelle trouvé sur Gallica, un enfant de sept ans pouvait être parrain ou marraine à condition que son compère ou sa commère ait fait sa première communion.

Rituel du diocèse de La Rochelle, 1829 (Source Gallica)

En revanche, il existait un grand nombre d’interdictions et n’était pas parrain qui veut ! Arrière les « infidèles, hérétiques, schismatiques, comédiens, divorcés, concubinaires ; ceux dont le mariage n’a pas été béni par l’Eglise ; ceux qui n’assistent jamais ou presque jamais à la Messe ; ceux qui se font gloire d’impiété ; ceux qui méprisent ouvertement les usages de l’Eglise ou les pratiques de la Religion… » !


Voir aussi

Cliquez sur l’image (Merci Gallica !)

Publicités

15 réflexions sur “Quel âge a la marraine ?

  1. Il semblerait que le droit canon sur l’âge de la marraine n’est pas évolué depuis le Concile de Trente (1542). Le rituel du diocèse de la Rochelle disait en son temps, conformément au Concile de Trente « le parrain et la marraine doivent […] avoir l’âge de la puberté ». Et le droit canon aujourd’hui dit la même chose :
    http://www.vatican.va/archive/FRA0037/_P2V.HTM
    Can. 872 – Dans la mesure du possible, à la personne qui va recevoir le baptême sera donné un parrain auquel il revient d’assister dans son initiation chrétienne […].
    Can. 873 – Un seul parrain ou une seule marraine, ou bien aussi un parrain et une marraine seront admis.
    Can. 874 – § 1. Pour que quelqu’un soit admis à remplir la fonction de parrain, il faut:
    1 qu’il ait été choisi par la personne qui va être baptisée, par ses parents […];
    2 qu’il ait seize ans accomplis, à moins que l’Évêque diocésain n’ait établi un autre âge, ou bien que le curé ou le ministre n’estime devoir admettre pour une juste cause une exception;
    3 qu’il soit catholique, confirmé, qu’il ait déjà reçu le sacrement de l’Eucharistie […];
    4 qu’il ne soit sous le coup d’aucune peine canonique, légitimement infligée ou déclarée;
    5 qu’il ne soit ni le père ni la mère de la personne qui doit être baptisée.
    § 2. Un baptisé qui appartient à une communauté ecclésiale non catholique ne sera admis qu’avec un parrain catholique, et alors seulement comme témoin du baptême.

    Les critères sont les critères d’une religion choisie par des adultes et il semble juste d’en référer aux dogmes de cette religion.

    Dans le cas de notre marraine, comme son compère le parrain était adulte, il n’aurait pas été nécessaire qu’elle soit assistée de sa mère. Est-ce pour la signature ? Cette anecdote vaut son paquet de dragées !!!
    Est-ce que la grippe (ou grippaille) existait à l’époque ?
    La grippe (qu’il faudrait peut-être écrire « l’agrippe ») : les enfants « agrippaient », attrapaient les dragées qui étaient lancées à la sortie de l’église, après le baptême. Etait-ce une coutume propre aux Mauges ?

    Aimé par 2 people

  2. Je fus marraine à neuf ans mais le parrain en avait 25, c’était en 1947, j’avais d’ailleurs effectué ma première communion à 7 ans (privée comme on disait). Récemment, un prêtre de Corrèze a précisé lors de son prône qu’il fallait avoir 17 ans pour que ce parrainage ou » marrainage » soit valide, mais après discussion à la sortie, il a convenu que seul un parrain ou une marraine suffisait. Ma signature quand j’avais neuf ans est donc valable mais c’est tout… et pourtant c’est la seule nièce avec laquelle j’ai autant eu de contacts… Pour moi, ma marraine que j’ai toujours avait 15 ans et malgré ses 92 ans… nous sommes toujours très proches… puisque son fils participe à un blog à la fois familial, historique et parfois d’humeurs…
    Néanmoins, je suis sûre que lors des baptêmes actuels, on est moins regardant même si quelques renseignements sont demandés.

    Aimé par 3 people

    1. C’est drôle, j’ai aussi été marraine à neuf ans (de mon petit frère…) ! J’avais pris mon rôle très au sérieux et j’étais très fière.

      J'aime

      1. Je me force toujours à essayer de traduire, mais honnêtement, quand je n’y arrive pas, je demande de l’aide sur des listes et des fora. Pour certains curés qui utilisent souvent les mêmes mots, c’est facile pour d’autres plus inspirés qui se lancent dans des exercices de style, je laisse cela aux pros. Après coup, j’essaye de les relire pour forcer l’adaptation visuelle. Mon objectif, embêter de moins en moins les bénévoles!

        Aimé par 1 personne

        1. Plus on lit en s’arrachant les yeux, plus ça marche : il y a quelque temps de cela, j’aurais été incapable de déchiffrer un acte comme celui de cet article, qui est pourtant bien facile comparé à certains actes !

          J'aime

  3. Nous disions « Aller à la grippe »,lors de la sortie du baptême sur la place du village.et ç’était « au plus fort la poche ».
    Les garçons,faisaient montre de leur force et bousculaient dur…
    Les filles étaient plus rapides,et ne laissaient pas leur place !
    Les dragées ramassées ,parfois dans le caniveau,poussiéreuses et sales,quelquefois bien écrasées par les galoches…
    Brièvement essuyées,elles faisaient notre bonheur !

    Aimé par 2 people

  4. Il me semble aussi qu’il faut ajouter aux interdictions le fait que la marraine et le parrain ne devaient pas être mariés ensemble.
    À Nice la coutume était de prendre systématiquement un des grands-parents de chaque côté (cela a été mon cas).

    Aimé par 2 people

  5. En faisant une recherche sur mes ancêtres marnais, je viens de trouver une marraine âgée de … 2 ans ! Pas de doute possible sur son identité, son père est mentionné (il est le parrain) et sa mère, bien que n’étant pas mentionnée dans l’acte, a signé en bas de celui-ci à la place de sa fille qui « a dit ne savoir écrire ni signer » !
    Cela m’a immédiatement fait penser à ton article 🙂
    Elise

    Aimé par 2 people

    1. C’est un joli record ! Ainsi l’interdiction d’avoir un parrain – marraine mari et femme est-elle habilement contournée… Merci de l’avoir signalé.

      J'aime

  6. Eh ben !
    Ce qui m’a tout suite interpellé, c’est le fait que la marraine est assistée par sa mère ! Décidément, les règles ont été bien strictes auparavant. En passant, je remarque une légère évolution de la langue française …

    Aimé par 2 people

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s