Mariage d’un vagabond et d’une demoiselle (Echemiré, 1650)

[J-4]

Un mariage de conte de fées… ou de Noël !

Mariage de Jean MARTIN, éthiopien de nation et de Marie TUFFÉE, fille naturelle du Seigneur François de Broc

Echemiré, 3 mai 1650
Le vagabond est dit « éthiopien de nation« , c’est-à-dire bohémien. Pour connaître l’origine de ce terme, voir les baptêmes d’enfants égyptiens dont j’ai déjà parlé ici et ici.
La demoiselle est la fille naturelle du seigneur d’Échemiré, François De Broc, celui-là même dont j’ai déjà parlé ici, et qui fut le mari de la Belle Fosseuse, Françoise de Montmorency.
Ethiopien-mariage-Echemiré-3juillet1655
Mariage de Jean MARTIN et Marie TUSSÉE, 3 mai 1650, Echemiré – (AD49 – MS 1622-1667, vue 64/126)

Le troisiesme jour de May mil six cent cinquante a espousé en l’Eglise d’Eschemiré par nous curé d’icelle soubz signé, Jean MARTIN Ethiopien de nation, homme veuf, et a prins pour espouse Marie TUFFÉE fille naturelle de deffunct Messire François DE BROC, vivant chevallier seigneur de Broc et d’Eschemiré, es presence de Mathieu PANNETIER sacristain, Marie MAGDELON aussy Ethiopienne de nation, haulte et puissante dame Marie Magdelaine du CHESNE, dame du dict Eschemiré.

 Seigneurs et tsiganes en Anjou,

des liens étroits ?

A plusieurs reprises, François de Vaux de Foletier, dans son livre Les Tsiganes dans l’Ancienne France, signale les rapports étroits entretenus par les seigneurs angevins avec les « Egyptiens », appelés également, mais plus rarement les « Éthiopiens ». Il écrit :
D’autres châtelains, en cette province, et des plus importants, parrainaient également des enfants tsiganes. Par exemple, à trois reprises, à Seiches, les Rohan, qui hâbitaient au château du Verger. […] En cette même province d’Anjou, les Tsiganes trouvaient également bon accueil auprès de divers membres de la famille du Bellay, et notamment de Guy du Bellay, seigneur de la Coubre et de Raguin, maréchal de camp, et de sa femme Marie de Pluvinel, qui menaient grand train au château de Raguin, près de Chazé-sur-Argos.
Plus loin, il cite ce mariage. Voici ce qu’il écrit à propos du père de Marie TUFFÉE, François de BROC :
François de Broc, seigneur d’Échemiré, baron de Saint-Mars-la-Pile, chevalier de l’ordre de Saint-Michel, avait eu, de son mariage avec Françoise de Montmorency dite la « Belle Fosseuse », sept enfants, dont un évêque d’Auxerre et un chevalier de Malte ; Marie-Madelaine de Broc était sa petite-fille ; elle devait épouser Sébastien de Broc, vicomte de Foulletourte, puis Charles de Maillé, marquis de La Tour-Landry. »
Je n’ai, pour l’instant, pas trouvé de descendance à ce couple hors du commun…
Advertisements

11 réflexions sur “Mariage d’un vagabond et d’une demoiselle (Echemiré, 1650)

  1. Bonjour Françoise
    Tu cites cet historien des Tsiganes : as-tu remarqué qu’il donne dans son ouvrage l’origine probable de l’anthroponyme Delavigne et autres noms de famille à consonnance bien française ? Les premiers Delavigne/Lavigne que je connaisse sont à Pellouailles mais d’où venaient-ils ? Grâce à l’AGeA j’ai repéré des Delavigne plus anciens ailleurs qu’à Pellouailles. Veux-tu que je te les indique pour voir si des liens de parenté pourraient être mis en évidence ? Il y a notamment un noyau sur les bords de la Loire, des mariniers, peut-être en rapport avec les gens du voyage qu’étaient les Tsiganes ?

    J'aime

    1. Bonjour Raymond
      Oui je crois bien avoir évoqué cette probabilité dans l’un des mes articles sur un baptême « égyptien ». Sinon, bien-sûr, je veux bien que tu m’indiques les Delavigne que tu as repérés. Pour ma part, j’en ai trouvé un certain nombre, sans pouvoir les rattacher, les plus anciens à Trélazé, Ecouflant, ou encore au Plessis-Grammoire…
      Nous avons par ailleurs des bouts de branche où apparaissent des Delavigne (à Andard et Sarrigné, si ma mémoire est bonne) qui ne sont pas rattachés (mais qui ont certainement un lien de parenté ancien).
      Il y aussi une famille « Desvignes » assez importante qui gravite autour de Baugé (mais qui n’a sans doute rien à voir).

      J'aime

  2. Moi j’ai des ancêtres Desvignes (vignerons) originaires de Rablay-sur-Layon, Thouarcé, Saint-Lambert-du-Lattay, des Vigneau aussi, mais pas des Delavigne ! Mais la vigne en Anjou poussait partout…

    Aimé par 1 personne

  3. -Pierre Delavigne d’Andard,né vers 1582 époux de Perrine Bouesteau.( ancêtres à la 13ème G.)
    -dont :
    – Symphorienne X à Andard le 16 10 1640 avec René Thiberge de la paroisse de Sarrigné (AM vue 255).

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s