Rég_de_Languedoc_1672

Sans-Chagrin, Soldat de sa Majesté (Neuvy-en-Mauges -1766)

[J-15]

Certificat de Bonne conduite

Neuvy-en-Mauges, 8 juillet 1766

Au milieu d’un acte de mariage, celui de René HALBERT, auparavant soldat du Régiment de Languedoc, se cache un certificat de bonne conduite établi à Bastia en Corse, par le major du Régiment de Languedoc. Le certificat original, attaché au registre, a disparu, mais heureusement l’officiant l’avait recopié.

Le huit juillet mil sept cent soixante six apres la publication des bans faitte canoniquement par trois dimanches consecutifs au prone de notre grande messe en cette paroisse et en celle de Notre Dame de Chemillé, comme il appert par le certificat de Monsieur BARRÉ en datte du sept juillet mil sept cent soixante six signé COGNARD, curé de Notre Dame de Chemillé, sans opposition ni empechement venus à notre connoissance, ont eté epousez par nous vicaire soussigné René HALBERT agé de trente un an, fils de deffunt Pierre HALBERT et de Julienne BLOUIN ses peres et meres, actuellement employé dans les fermes du roi de la brigade de Neufvy, cy devant soldat au régiment de Languedoc de la compagnie de Merole et revenu avec un congé absolu et en bonne forme, revetu de touttes les signatures necessaires, légalisé et approuvé par Monsieur de la Marsanlaye, subdelegué de cette province en datte du deux juillet mil sept cent soixante six, signé de la Marsenlaye, de plus ledit HALBERT nous a fait voir un certificat conçu en ces termes :

« Infanterie régiment de Languedoc, nous lieutenant colonel major et capitaine soussigné, certifions à tous ceux qu’il appartiendra que le nommé René HALBERT dit Sans Chagrin, a servi sa majesté pendant l’espace de neuf ans et six mois en qualité de soldat avec toutte l’exactitude et probité possible, qu’il est de bonne vie et mœurs et qu’il n’a contracté aucun engagement de mariage qui soit venu à notre connoissance, en foi de quoi, nous lui avons délivré le present certificat pour lui servir et valloir en ce que de raison. Fait à Bastia, île de Corse, le 26 septembre 1764, certifié par nous major dudit régiment, Morangies Saint Albans, approuvé par nous lieutenant colonel dudit régiment de Merolle. »

Ledit certificat est attaché à la feuille de notre registre, d’une part ; et Catherine BERTHAUT agée d’environ vingt six ans, fille de Jacques BERTHAUT serrurier present et consentant et de deffunte Catherine MAUGAN d’autre part. Ont été presents de la part de l’epoux Joseph QUILLET garçon lieutenant dans les fermes du roi de la brigade de Neufvy et Joseph PICHERIT laboureur de cette paroisse et Pierre JALLIER aussi employé dans les fermes du roi de la meme brigade, ont esté presents de la part de l’epouse Pierre MAUGARS chapellier de la paroisse de Jallais, oncle de laditte epouse, Etienne, Anne et Perrine les MAUGARS frere, cousin et cousines germaines de l’epouse, aussi de la paroisse de Jallais et plusieurs autres qui ont tous declares ne scavoir signer fors les soussignes de ce enquis.

[AD49-Neuvy-en-Mauges, vue 283/319]

Le certificat est signé MORANGIES, sans doute s’agit-il de Jean-François Charles de Molette, Comte de Morangiès, Baron de Saint-Alban qui fut colonel du Régiment de Languedoc dès le 8 mai 1748.

53RI_Languedoc1762

9 réflexions sur “Sans-Chagrin, Soldat de sa Majesté (Neuvy-en-Mauges -1766)

  1. Les pionniers du Québec qui étaient soldats avaient aussi tous un surnom, leurs descendants ont parfois gardé le vrai patronyme, d’autres ont continué en gardant le surnom, même dans la même fratrie. A la seconde génération, ils ont le plus souvent gardé comme patronyme… le surnom. je pense aux « Vadeboncoeur », aux « Dufresne » qui eux étaient des Bouin à l’origine de Montrelais (en 44).

    Aimé par 1 personne

  2. C’est étonnant, ce soldat n’est pas recensé dans le projet Montcalm du Québec, or s’il avait servi 9 ans dans le régiment de Languedoc avec le Sieur Monrangies on devrait le voir apparaitre dans le service du Régiment lors de la guerre de 7 ans, le régiment de Languedoc est venu en Nouvelle-France de 1755 à 1760. Il y a 77 Sans-Chagrin recensés aussi mais lui n’y est pas. Un oubli dans le projet Chagrin Montcalm ?

    Aimé par 1 personne

  3. Le Sans Chagrin ne fait pas partie non plus des pionniers des Pays de Loire relatifs aux Lieux de Mémoire franco-québécois auxquels j’ai participé y compris pour la relecture. Normal puisqu’il n’est pas resté là-bas, mais y est-il allé véritablement ? Sait-on ce qu’il est devenu depuis son mariage ?

    Aimé par 1 personne

  4. Ce René Halbert semble être le douzième enfant de Pierre Halbert et Julienne Blouin, né le 08 juin 1735 à Saint-Melaine-sur-Aubance. Ses parents, le 3 décembre 1717, avaient eu des triplés décédés deux jours après. Les parents s’étaient mariés le 05 février 1715 dans cette paroisse. Le père est décédé à l’âge de 47 ans le 29 novembre 1740 et la mère la même année mais le 12 mai 1740 à l’âge de 42 ans, toujours même paroisse. Orphelin à cinq ans ceci peut expliquer son engagement… Pour le projet Montcalm j’attends quelques éventuelles explications de la part des chercheurs le plus souvent passionnés mais bénévoles…

    Aimé par 1 personne

  5. Après avoir questionné le responsable du projet Montcalm, un ami, Marcel Fournier, celui-ci vient de me faire savoir que le régiment du Languedoc a eu un seul bataillon qui s’est rendu au Canada, les trois autres sont restés en France. C’est la raison pour laquelle ce soldat Sans Chagrin ne figure pas dans le projet Montcalm. Ceci confirme l’hypothèse que j’avais avancée le 12 décembre.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s