La saga CHAUDET (1) : des signatures bien utiles…

Depuis plusieurs semaines, voire plusieurs mois, je suis plongée dans les registres paroissiaux d’Echemiré, de Fougeré, de Cheviré-le-Rouge et de Montigné-les Rairies, en passant par ceux de Rigné, du Viel-Baugé et même de Baugé. De ces paroisses sont issues un grand nombre de mes branches DELAVIGNE, mais aussi CHAIGNON. Tout ces bouts de branches se mêment, s’emmêlent, se ramifient, s’éloignent, bref ! Toute une série de bouts de branches dont cetains ont les mêmes patronymes. J’ai ainsi réussi à « traquer » les LEMOINE, mais aussi les RAVENEAU, les COTTEREAU et encore bien d’autres… Alors que j’allais me décider à quitter ce nid et à poursuivre mes recherches en d’autres lieux… je me suis penchée tout de même, sans trop y croire, sur les CHAUDET.

Trois branches de CHAUDET

Trois de mes sosas sont des « CHAUDET » : voici les branches telles qu’elles se présentaient « avant » :

CHAUDET-Branches-oct.2015
Les branches « CHAUDET » de mon arbre – Octobre 2015

Branche 1- Claude CHAUDET  x2 Simone BARILLER

Claude CHAUDET semble avoir vécu toute sa vie à Cheviré-le-Rouge. Ses enfants y sont nés. Certains se sont mariés à Montigné, mais l’une de ses filles, dont je descends, se marie à Précigné dans la Sarthe. Elle est une ancêtre de ma grand-mère maternelle CHAIGNON.

Branche 2- Gabriel CHAUDET x1 Renée RICHARD

Gabriel CHAUDET est paroissien de Montigné-les-Rairies. Ses descendants se déplaceront vers Jarzé, puis Corzé et enfin Villevêque. Il est un ancêtre de mon grand-père maternel DELAVIGNE.

Branche 3- Suzanne CHAUDET x René LE MONNIER

Suzanne CHAUDET et son mari ont laissé des traces à Bazouges puis à Cré-sur-Loir. Leurs descendants s’établissent à Fougeré avant de rejoindre Villevêque. Elle est également une ancêtre de la branche DELAVIGNE.

Première découverte : un mariage et un nouvel ancêtre

Par hasard, j’ai trouvé le mariage de Suzanne CHAUDET (branche 3) avec René LE MONNIER. Ils se sont mariés à Montigné, le 23 novembre 1622.

LEMONNIER René et CHAUDET Suzanne - M - 23_11_1622-Montigné_les_Rairies
Acte de mariage de Suzanne CHAUDET et de René LEMONNIER, Montigné-les-Rairies, 23 novembre 1622 – (AD49 – Montigné-les-Rairies – M – 1598-1664, vue 15/82)

Le vingt et troisiesme jour de novambre l’an mil six cent vingt et deux a esté espousé en l’esglise de Montigné par moy curé dudit lieu soubz signé, René LE MONNIER paroissien de Cré avecques Suzanne CHAUDET dudit Montigné, avecques le congé et certificat des bans faictz en l’église dudit Cré, et du consentement de Mathurin LE MONNIER père dudit René [deux mots ?] et Louis CRONIER parans dudit René et Jehan CHAUDET père deladite Suzanne, Me Robert HAVARD prestre curé de la Chapelle St Lo…

Je découvre ainsi que le père de Suzanne s’appelle Jehan CHAUDET. Je reconnais la signature du marié, René LEMONNIER, qui signera encore, quarante ans plus tard, en 1663. On devine également la signature de Robert HAVARD, prêtre de La Chapelle Saint-Laud, dont la présence m’étonne… Quant à la signature de droite, qui est lue clairement « J. Chaudet », sans doute est-elle celle du père de Suzanne, mais on ne peut en avoir la certitude absolue.

Seconde découverte : mariage de Jehan CHAUDET, frère de Suzanne, à Etriché

J’avais noté (merci Evernote !) le mariage d’un Jehan CHAUDET à Etriché, qui m’avait intrigué, mais que je n’avais pu rattacher. Ce mariage eut lieu le premier juillet 1625. Il unit Jehan CHAUDET, fils de Jehan CHAUDET, sieur de l’Aillerie, et de Catherine HAVARD, à Fleurie BEHIGNÉ.

CHAUDET Jean et BEHIGNE Fleurie - M - 1er_07_1625-Etriché
Acte de mariage de Jehan CHAUDET et de Fleurie BEHIGNÉ, 1er juillet 1625, Etriché – (AD49 – Etriché – BMS – 1606-1668, vue 12/192)

Le premier jour de juillet l’an mil six cent vingt cinq ont esté espouses en l’église de ceans Jehan CHAUDET filz d’honorable homme Jehan CHAUDET, sieur de L’Aillerie, et de défunte honorable femme Catherine HAVARD paroissiens de Montigné et Fleurie BOHIGNÉ fille d’honorable homme Macé BEHIGNÉ et de défunte honorable femme Renée PAVARD paroissiens de ceans, par moy prieur curé de la dite paroisse en présences des peres des espoux et de vénérable et discret missire Robert HAVARD curé de La Chapelle St Laud, oncle dudit CHAUDET et autres.

Plusieurs éléments permettent d’affirmer avec certitude que ce Jehan CHAUDET est bien le frère de ma Suzanne, et qu’ainsi, ses parents, Jehan CHAUDET et Catherine HAVARD sont également les parents de Suzanne, et donc mes ancêtres.

  • La signature de René LEMONNIER, tout d’abord, bien visible au bas de chaque acte de mariage, qui prouve que ce dernier était présent au mariage du frère de sa femme.
  • La présence, également dans les deux actes, de Messire Robert HAVARD, curé de La Chapelle-Saint-Laud, qui se révèle être l’oncle de Jean et de Suzanne et donc le frère de leur mère défunte, Catherine HAVARD ; raison pour laquelle il était présent au mariage de sa nièce, trois ans plus tôt, à Montigné.
  • Enfin la présence de la même signature, qui est donc celle de Jehan CHAUDET père, dans les deux actes.
CHAUDET Jean-Sieur de L'Aillerie-1622
Signature de Jehan CHAUDET, sieur de L’Aillerie, en 1622

 

CHAUDET Jean- Sieur de l'Aillerie-1625
Signature de Jehan CHAUDET, sieur de L’Aillerie, en 1625

 

Et voici la signature de Jehan CHAUDET, fils du précédent, très différente :

Signature de Jehan CHAUDET, fils - 1625

 

Jehan CHAUDET, sieur de L’Aillerie

Selon Célestin Port, il existait à Montigné-les-Rairies, L’Aillerie et l’autre La Petite L’Aillerie (parfois orthographiés en un seul mot Laillerie).

Montigné-L'Aillerie-Cassini
Carte générale de la France. 065, [Tours]. N°65. Flle 78e / [établie sous la direction de César-François Cassini de Thury] – (Source Gallica)

Mes trois branches CHAUDET sont toujours aussi distinctes et pour l’instant, rien ne permet encore de les réunir. J’ai d’ailleurs la nette impression, comme ce patronyme est extrêmement fréquent, aussi bien à Montigné que dans les paroisses des alentours, qu’il faudrait remonter bien plus haut dans le temps que les registres ne le permettent, pour pouvoir trouver des liens…

Mais qu’importe,  car  L’Aillerie, ce petit mot accolé au nom de Jehan CHAUDET, va m’offrir malgré tout de nouvelles découvertes…. (à suivre).

 

Advertisements

3 réflexions sur “La saga CHAUDET (1) : des signatures bien utiles…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s