Sac de noeuds généalogiques !

Où un oncle devient un frère, où les frères sont dits « paternels » et où les grand-pères ne sont pas ce que l’on croit…

Cheviré-le-Rouge, 27 juillet 1621, Madelaine RAVENEAU, fille de Marin RAVENEAU et de Brandelise LEMOINE, se marie avec François DUPORT. Jusqu’ici, rien de bien original. Mais tout commence à la lecture des témoins présents à ce mariage. On découvre que la mariée, dont les parents sont décédés, est assistée de son curateur, Jean LEMOINE, qui n’est autre que son oncle, mais aussi son frère !

Extrait du mariage de Madelaine RAVENEAU - 27 juillet 1621 - Cheviré-le-Rouge
Extrait de l’acte de mariage de Madelaine RAVENEAU, 27 juillet 1621, Cheviré-le-Rouge – (Source AD49- MS 1618-1667, vue 13/302)

… et du costé de la mariee, Jacques RAVENEAU son frere paternel et Jehan LEMOINE son oncle et son frère acauze de Renée RAVENEAU sa femme, et encore comme son curateur

Comment un oncle devient-il un frère ?

Jean LEMOINE est un frère de la mère de Madelaine RAVENEAU, il est donc effectivement son oncle. Pour qu’il devienne son frère (attention, il faut prendre le mot « frère » au sens large, comme cela est souvent le cas dans les actes très anciens), il faut qu’il ait épousé la soeur de Madelaine. Cependant, comme il n’est pas possible pour un oncle d’épouser sa nièce, cela veut dire que Renée RAVENEAU n’est pas la soeur de Madelaine, mais sa demi-soeur. Elles ont le même père, Marin RAVENEAU, mais pas la même mère, ainsi Jean LEMOINE et Renée RAVENEAU n’ont-ils aucun lien de parenté. (De même, l’appelation « frère paternel » utilisée pour Jacques RAVENEAU et Pierre RAVENAU, signale que ces derniers sont ses demi-frères.)

Un petit schéma pour résumer trour ça :

JeanLEMOINEoncle de Madelaine RAVENEAU
Liens de parentés entre Jean LEMOINE, Renée RAVENEAU et Madelaine RAVENEAU – (Réalisé grâce à Geneanet et Evernote)

Les enfants de Jean LEMOINE et de Renée RAVENEAU seront donc à la fois les neveux et nièces de Madelaine RAVENEAU, puisqu’elle est leur tante, mais aussi ses cousins et cousines, puisque sa soeur devient en quelle sorte sa tante !

Mais ce n’est pas fini !

A ce mariage, est également présent le grand-père de Madelaine RAVENEAU, Jean BEAUMONT. Les parents de Madelaine s’appelant respectivement RAVENEAU et LEMOINE, il ne peut donc s’agir que d’un « grand-père d’adoption », par remariage de l’une ou l’autre de ses grands-mères.

Sa grand-mère paternelle, la mère de Marin RAVENEAU, ne m’est pas connue, mais elle est sans doute née aux alentours de 1520, il est donc peu vraisemblable qu’elle soit concernée. En revanche, Madelaine GUYON, sa grand-mère maternelle, est veuve dès 1593. Elle se retrouve seule avec plusieurs enfants en bas-âge, dont l’ainée, Brandelise, est alors âgée d’à peine 15 ans. Elle s’est donc vraisemblablement remariée à Jean BEAUMONT, comme le montre, d’ailleurs, de très nombreux parrainages.

Et pour terminer…

Un dernier témoin assiste Madelaine RAVENEAU, il s’agit de son beau-père. Brandelise LEMOINE, veuve de Marin RAVENEAU, s’est en effet remarié avec François LAILLER, qui lui a survécu. (Heureusement qu’il n’est pas cité comme « père » de la mariée !)


Advertisements

6 réflexions sur “Sac de noeuds généalogiques !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s