Y comme boYcott ou le refus du baptême constitutionnel

Un baptême forcé

Saint-Georges-du-Puy-de-la-Garde, 18 mai 1791

Ce jour-là, Joseph BOURIGAULT voit arriver chez lui un « commando » de soldats. Son fils est né la veille. Il ne l’a pas conduit à l’église. Il ne veut pas qu’il soit baptisé par ce nouveau curé constitutionnel, le « citoyen » MARTINEAU, qu’il ne connait pas !

Mais c’était sans compter sur les nouvelles lois de la République !  Quatre soldats lui intiment l’ordre de leur donner l’enfant pour qu’il soit conduit à l’église et baptisé incontinent !

« Le dix huit mai a esté par nous soussigné baptisé Michel né d’hier, fils de Joseph BOURIGAULT bordier et Jeanne GUINEBRETIERE son espouse,  ont eté parrain Michel VINCENT de cette paroisse et marainne Renée BOUTIN tante de l’enfant de la ditte paroisse, qui nous ont déclaré ne savoir signer. En présence de Messieurs GILOT, VALLET, SAMART, ADMYRAULT, en détachement aux Gardes qui ont été sommé le père de l’enfant qui avait fait baptisé cet enfant chez lui de le leur remetre pour etre porté à l’église et recevoir les cérémonies du baptême de moi soussigné, curé élu constitutionnellement de cette paroisse de St Georges du Puy de La Garde. »

Signatures du commando de baptême
Signatures du « Commando  » de baptême – (AD49 – Saint-Georges-du-Puy-de-La-Garde – BMS – 1779-1800, vue 225/280)

Membres du « commando » envoyé pour « réquisitionner » l’enfant de Joseph BOURIGAULT :

« GILLOT, Comendant détachement des Volontaires »

« VALLET Brigadier, SAMARD cavalier, tous deux au Régiment Royal-Roussillon cavalerie »

« ADMYRAULT fils, volontaire de la Garde Nationale de Cholet »

C’est la première fois que je rencontre ce genre de baptême forcé, mais je pense que nombreux devaient être ceux qui, comme Joseph BOURIGAULT, baptisaient leur enfant à la maison, ou encore dans la clandestinité (voir J comme JOUR ou le jour aux 53 baptêmes à Trémentines), pour ne pas avoir affaire au curé constitutionnel. (Pour faire simple, au début de 1791, tous les prêtres eurent l’obligation de prêter serment à la Constitution civile ; ceux qui refusèrent devinrent « réfractaires » et furent obligés de quitter leur ministère ; ceux qui acceptèrent furent appelés « constitutionnels ».)

Le Régiment Royal-Roussillon cavalerie

Lorsque j’ai lu ces mots pour la première fois, je n’y ai rien compris ! J’ai cru qu’il manquait quelques mots de liaison et je me demandais ce que le Roussillon pouvait bien faire en Anjou !

etendard_royal_roussillon_cavalerie
Etendard – Régiment Royal-Roussillon Cavalerie Taille réelle (hors franges) : 0,6 m x 0,55 m – (Tous droits réservés – Arnaud BUNEL – 1997-2011 http://www.drapeaux.org)

Ce régiment de cavalerie créé en 1668 pour servir le Royaume de France change de nom le 1er janvier 1791 lorsqu’il passe sous les ordres de la République. Il est renommé 11è Régiment de cavalerie. ( Mais, comme on le voit ici, ce changement dut mettre un certain temps avant d’entrer dans l’usage…).

En 1788, après être passé par Amiens, Maubeuge et Givet, le régiment est en garnison à Saumur.

bpt6k5801557r
Affiche de recrutement pour le Royal-Roussillon – (Source Gallica BnF)

La Garde Nationale et les Volontaires

Deux soldats du « commando » ci-dessus appartiennent au Régiment Royal-Roussillon cavalerie, les deux autres font partie soit de la Garde Nationale, soit des Volontaires Nationaux.

Là, je l’avoue, je craque un peu : ce n’est pas mon sujet favori… et je manque de temps ! Mais promis, je me pencherai un jour sur ces volontaires, d’autant plus que, peut-être, parmi eux se trouvent peut-être certains de mes ancêtres.

En attendant, vous pouvez lire les articles suivants :

– Votre ancêtre était-il membre de la Garde Nationale ou soldat dans les bataillons de volontaires nationaux ? (par Michel Guironnet, sur Histoire-Généalogie).

– Les corps spéciaux de la Garde Nationale (Archives du Nord).

– Chevalier Jean-Joseph. Les « Bleus » de Cholet en 1793.. In: Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest. Tome 99, numéro 4, 1992. Républiques & républicains d’Anjou. pp. 351-369. (Lire en ligne)


Sources, Notes et Liens

BOURIGAULT Joseph est un cousin issu de germain de mon ancêtre François BOURIGAULT dont le fils, Jean BOURIGAULT, fut tué à Melay, aux alentours du premier février 1794, et dont je reparlerai …

Régiment Royal-Rousssillon cavalerie. (Wikipedia)

– Armand-Joseph-Louis-Domithille Desmoulins, (frère de Camille Desmoulins), soldat depuis 1787 au 11è régiment, ci-devant Royal-Roussillon, cavalerie, fut tué dans la Vendée en 1793. (Lire ici)

– Général Suzanne, Historique du Régiment Royal-Roussillon. (Ancestramil).

Publicités

4 réflexions sur “Y comme boYcott ou le refus du baptême constitutionnel

  1. En vous relisant, je pense que le fils de Joseph baptisé par la force est l’arrière-petit-fils de mon ancêtre Pierre Bourigault (époux Françoise Viau), oncle de votre François. Nous avons donc maintenant des ancêtres communs de mon côté paternel, après avoir détecté il y a quelques mois des ancêtres communs en provenance de mon côté maternel ! et je fredonne une comptine de mon enfance quand l’hiver on se réchauffait « Bonjour ma cousi- ine ! »

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s