Accouchement

X comme CODE SECRET ou les baptêmes codés des enfants illégitimes

Il y a tout juste un an, à la lettre X du CHALLENGE AZ 2014, je vous ai fait part d’un drôle de baptême où des chiffres remplaçaient le nom du père. (Lire ici).

Cela donnait ceci :

chiffres pour le nom du père - vue 127-146 Cheviré 1584
Cheviré-le-Rouge, B 1555-1593 , vue 127/146 – (AD49)

« Le treziesme jour du moys de may an mil cinq cent quatre vingt deux a esté baptisé Pierre fils de P2z99z 71574505 et de Louyse AUBRY, ses parains Pierre GAULTIER et Jacques LODIAU et la marayne Michelle BOUSSAY par moy BROSSARD. »

Ce très curieux phénomène s’explique en fait tout simplement par la volonté délibérée de ne pas écrire de manière explicite le nom du père car il s’agit du baptême d’un enfant illégitime.

Toutes les explications et une très belle illustration de cette curieuse coutume à lire ici sur le très beau site « Les actes insolites des registres d’Etat-Civil« 

La SOLUTION du CODE

Grâce à l’aide précieuse et efficace de plusieurs lecteurs, mais en particulier surtout grâce à M. Patrick Glo (voir ses commentaires sur mon article de l’année dernière), voici la solution du code, finalement relativement simple.

Chaque chiffre correspond à une lettre :

1 = a        2 = i         3 = e     4 = o         5 = u          6 = l               7 = m                8 = n           9 = r

Les autres lettres ne sont pas codées.

Chiffres

soluce code

Ce Pierre MAUCOUSU (ou MAUCOUZU) réapparaît quelques temps plus tard sur les registres de Cheviré-le-Rouge, comme père d’un autre enfant conçu cette fois légitimement … mais avec une autre femme !

Un autre exemple de baptême codé

Voici un autre exemple de baptême codé, (qui m’a également été signalé par M. Patrick Glo), cette fois-ci à Pontigné.

Acte de baptême codé-mai 1592-Pontigné-vue62
Acte de baptême codé, mai 1592, Pontigné – (AD49)

Voici la transcription littérale de cet acte :

May 1592

« Le troisieme jour de may et an susdit fut né et baptissé René filx de 748s2359 d3 64573is 3t d3 s1 ch18b9r3993 furent les parains Pierre RACIQUOT et Michel MORINEAU, la maraine Jehanne BAULLIN tous de Pontigné baptissé par Monsieur le curé. »

Qui sont les parents de René ?

748s2359 d3 64573is 3t d3 s1 ch18b9r3993

Je vous laisse le plaisir de chercher…

La solution dans quelques jours…


Sources, Notes et liens

Illustration –  Accouchement de la papesse Jeanne au cours d’une procession, Paris, Bibl. Sainte-Geneviève, ms. 1128, f. 325 – vue 2, Liber Floridus.

14 réflexions sur “X comme CODE SECRET ou les baptêmes codés des enfants illégitimes

  1. C’est très intéressant et je n’en avais jamais entendu parlé.
    Plus généralement je ne sais pas si un historien s’est déjà penché sur la perception des bâtards, enfants illégitimes, enfants nés avant mariage sous l’ancien régime et qui varie en passant de la Renaissance à la Révolution.
    Au vu des quelques recherches que je fais (par intermittence en plus) concentrées sur le Bas-Languedoc, j’ai le sentiment que
    • Jusqu’au début du 17e siècle les bâtards apparaissent dans les actes en tant que tels, avec le nom du père,
    • Ensuite on ne voit plus que des enfants de père inconnu,
    • Et que c’est au cours du 18e siècle que les pères réapparaissent.
    Pour les enfants nés avant le mariage, c’est rare au 17e siècle (et dans les rares cas que j’ai vu passer, le curé a imposé pénitence avant le mariage). J’ai rencontré plusieurs cas où l’enfant nait dans les semaines qui suivent le mariage ou même le lendemain du mariage, mais l’honneur est sauf !
    Après 1750, cela devient plus fréquent avec reconnaissance lors du mariage et sans commentaire particulier du curé. J’ai même dans mes ancêtres un couple qui a eu trois garçons avant de se décider à se marier vers 1780. Cela correspond à une région protestante quelques décennies avant et je me demande si les gens n’en ont pas gardé une dent sérieuse contre l’église ; les curé les plus lucides étaient les premiers au début du 18e siècle à s’inquiéter de ces conversions forcées qui faisaient surtout des incroyants.
    Encore merci pour ces recherches

    Aimé par 1 personne

  2. Merci pour ces très intéressants commentaires.
    J’ignore également si une étude historique a été faite au sujet des enfants bâtards, mais j’ai également repéré quelques faits récurrents selon les époques, (mais pour être plus précise, il faudrait que je me replonge dans certains registres…).
    J’ai remarqué tout comme vous que l’indulgence du curé vis-à-vis des enfants nés hors mariage varie, non seulement en fonction des époques mais aussi des lieux, et cela même quand on ne s’éloigne que de quelques kilomètres. Les curés étaient donc plus ou moins indulgents, plus ou moins sévères, tout en observant, bien-sûr, une « ligne de conduite » commune.
    Un fait me semble certain, c’est que plus la position du père « inconnu » est élevée, plus le curé est indulgent ! Ainsi, dans quelques vieux registres angevins, tandis que les bâtards anonymes sont baptisés la nuit, que leurs actes de baptêmes sont rédigés à part, voire même à l’envers, les bâtards issus de père « noble » sont transcrits quasi normalement, sans remarque particulière du curé et même avec bienveillance !
    Si l’on était bâtard, il valait mieux l’être d’un personnage important !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s