S comme SERMENT de SAGE-FEMME

Capture22

Des serments de sages-femmes à Villevêque au début du XVIIe siècle

A la fin du plus ancien registre des baptêmes de Villevêque, on trouve des actes qui contiennent, non des baptêmes, mais des serments de sages-femmes. Cinq femmes ont ainsi prêté serment, quasiment à un mois d’intervalle – sauf une qui prête serment un an plus tard – au début de l’hiver 1617.

Ce laps de temps très court, semble indiquer que l’église tente de reprendre les rênes, peut-être, d’un pouvoir qui lui échappe et de « remettre » dans le droit chemin les accoucheuses de ses futures ouailles. Pour quelle raison à ce moment-là ? Je l’ignore. Peut-être à la suite d’une sombre histoire qui reste à trouver, peut-être tout simplement suite à une injonction de l’évêque… Toujours est-il que l’Église entend régenter tout, même les mystères de la vie.

Théoriquement, une femme ne pouvait, même en ce temps-là, devenir sage-femme qu’à l’issue d’un double contrôle : l’un effectué par la communauté de chirurgiens la plus proche, l’autre par le curé de la paroisse. Seul le second contrôle semble avoir été réalisé plus ou moins régulièrement. Par cet examen de moralité, le curé s’assurait que la future accoucheuse soit une bonne chrétienne, qu’elle sache, le cas échéant, pratiquer les rites de l’ondoiement sur le nouveau-né et qu’elle n’abuse jamais de ses fonctions pour favoriser un avortement ou un infanticide.

 

Villevêque, 27 octobre 1617, serment de Françoise ESNAUD

La première sage-femme « enregistrée » par le curé est une veuve, Françoise ESNAUD, qui demeure au bourg, sur le bord de la rivière du Loir.

Serment de sage-femme de Françoise ESNAUD-27 octobre 1617
Serment de Françoise ESNAUD, sage-femme, 27 octobre 1617- (AD49-Villevêque – B-1617-1650 – vue 289/291)
« Le vingseptième jour d’octobre mil six cent dix sept en l’église de Villevesque diocèse d’Angers et en la présence des tesmoins cy dessoubs nommés Francoise ESNAUD demeurant audit bourg sur le bord de la rivière du Loir, veuve de feu Mathurin GIN, a presté le serment de sage femme, entre nos mains , et a promis de bien et fidelement s’acquiter de sa charge, faict audit lieu et ledit jour et an comme dessus par nous curé de Villevesque soussigné. »
 
 Villevêque, 28 octobre 1617, serment de Jacquine LA BINACHE 
Le lendemain est enregistré le serment d’une certaine Jacquine LA BINACHE (je ne suis pas sûre de ce patronyme, ayant plutôt rencontré à Villevêque des « LIVACHE »), femme mariée à un vigneron, François PESCHART et demeurant au village du Boucher.
Serment de sage-femme de Jacquine LA BINACHE
Serment de sage-femme, Villevêque
 « Le vinghuitiesme jour dudit mois d’octobre an mil six cent dix sept, Jacquine LA BINACHE du village de Bouchet, femme de François PESCHART vigneron, a presté le serment de sage femme et a juré d’estre fidele en sa vacation, tout et ainsy qu’une femme de bien doit estre, faict à Villevesque dans l’église après le baptesme administré à Urban, fils de Jean CHALLET, environ sur les deux heures d’apres midy, es presences de messire GAIGNARD chappellain de Saint Mathieu et de Maistre Yves LE MESLE prestre demeurant audit bourg de Villevesque, curé dudit lieu, soubsigné avec nous ledit jour et an comme dessus, et ladite Jacquine a dit ne sçavoir signer. »
Villevêque, 4 novembre 1617, serment d’Etienette JOUBERT
Quelques jours plus tard, a lieu un troisième serment, celui d’Estienette JOUBERT, femme d’un vigneron, demeurant à La Girardière.
Serment de sage-femme de Etienette JOUBERT - 4 novembre 1617 - Villevêque« Aujourd’huy quatrieme de novembre mil six cent dix sept Estienette JOUBERT, femme de Jean QUILLET, vigneron, demeurant au village de la Girardière, parroisse de ce lieu de Villevesque, a presté le serment de sage femme comme les autres mentionnées en la page précédente, entre les mains de nous curé dudit lieu en l’église, en présence de Me Yves LE MESLE prestre, et Pierre GRIFATON, Perine JENOT vefve de deffunt Jullien GILLEBERT, Perrinne GOUPILLAU femme de Mathurin LAMBATÉ du Chesne Vert et autres qui ont dit aussy avec ladite JOUBERT ne sçavoir signer, ledit LE MESLE a signé icy avec nous ledit jour et an que dessus. »
Villevêque, 21 novembre 1617, serment de Perrine DE LAUNAY
Un dernier serment de sage-femme est enregistré au cours de l’hiver 1617 c’est celui de Perrine DELAUNAY qui demeure avec son mari, Symphorien PIOLIN, vigneron également,  à Ruigné.
Serment de Perrine DELAUNAY-21 novembre 1617-Villevêque

« Le XXIe jour de novembre mil six cent dix sept Perrine DE LAUNAY femme de Symphorien PIOLIN vigneron demeurant à Ruigné, paroisse de Villevesque a presté le mesme serment de sage femme sellon les us et coutumes de l’église, en présence de Me Mathurin PELLART  et  ladite Launay  a dit ne sçavoir signer. »

 Villevêque, 5 décembre 1618, serment de Mathurine DOLIBEAU
Un dernier serment de sage-femme est enregistré en décembre 1618. (Peut-être à la suite du décès de l’une ou l’autre des précédentes sages-femmes…)
« Le Vè jour de décembre 1618 Mathurine DOLIBEAU femme vefve de Pierre MAUBERT demeurant au bourg de Villevesque a presté et fait pareil serment comme dessus et ce, présents  Messire Yves LE MESLE prestre ausmonier de nostre église,  Pierre MAUBERT maçon, Marie Le VEAU vefve de deffunt Guillaume MERCERON [suite en mauvais état, peu lisible] »

Des sages-femmes aux quatre coins de la paroisse

Cinq sages-femmes, cela peut sembler beaucoup, mais Villevêque comptabilise un grand nombre de naissances, il y eu par exemple, environ 70 baptêmes en 1618.
Il apparaît également qu’elles résident en des lieux différents de la paroisse, l’une au bourg, l’autre au village des Boucher, la troisième à la Girardière et la dernière à Ruigné.
Sur la carte de Cassini, voici la localisation de leur logis :
villevesque-cassini-jaune
Lieux de résidence des sages-femmes de Villevêque en 1617 – (Gallica BnF)
On s’aperçoit ainsi qu’elles « couvrent » une bonne partie de la paroisse ! Chacune devait sans doute s’occuper de son « secteur ». Ainsi, comme on le voit dans le deuxième serment, la sage-femme du village du Boucher prête serment après le baptême de Urban CHALLET, fils d’un vigneron du même village. De la même façon, Perrine DELAUNAY, qui demeure à Ruigné et qui a prêté serment le 21 novembre, est la marraine de Pierre POUPIN, enfant de Ruigné, le lendemain de son serment, le 22 novembre 1617. Il en est de même sans doute pour Etienette JOUBERT qui prête serment le 4 novembre et qui demeure à La Girardière ; en effet, ce même jour est baptisé Jacques MESNIER, fils de Jacques MESNIER et de Jeanne TROCHU qui demeurent… au village de La Girardière !
Une autre sage-femme est mentionnée à Villevêque en 1618 dans un acte de baptême, il s’agit d’Hardouinne MERCERON.

Faute professionnelle !

Ces sages-femmes n’ont sans doute reçu aucun enseignement pratique. Même les conseils de Louise BOURGEOIS, dite « La BOURSIER », sage-femme de la reine Marie de Médicis, ne sont certainement pas encore arrivés en Anjou.
Cependant, l’une de ces sages-femmes, Perrine DELAUNAY est accusée, trois ans plus tard, d’avoir pratiqué un « rite ambigu » et surtout de ne pas pouvoir déclarer clairement si l’enfant a été baptisé ou non.
Il s’agit de jumeaux, l’un d’eux devait nécessiter un ondoiement qui, semble-t-il, n’a pas été réalisé correctement par la sage-femme. Le prêtre doit donc, dans ce cas, comme le prescrit l’église, baptiser l’enfant avec condition.
Acte de baptême des jumeaux LEGER - 21 juin 1621 - Villevêque
Baptêmes de Pierre et René LEGER, 26 juin 1621, Villevêque – (AD49)
« Le vingtsixiesme juin mil six cent vingt et un, en l’Eglise de Villevesque au diocèse du Mans, ont esté baptisés deux fils venus d’une mesme ventrée, appartenant à René LEGER vigneron demeurant à Ruigné en ceste paroisse et à Marie GRAFATÉ sa femme,  l’un desquels, sçavoir l’ayné, ayant esté baptisé sellon le rite de Perrine LAUNAY sage femme demeurant audit Rugné, mais le rite d’icelle ayant esté trouvé ambigu et surtout pour l’absence… [Je ne suis pas sûre de ce mot…] par lequel elle nous disoit ledit enfant avoir esté ondoyé, nous l’avons baptisé avec condition ainsy qu’il est ensigné en l’église, et a esté nommé Pierre par Pierre BEAUVAIS fils de Pierre BEAUVAIS sergent et Emerance DE LA NOUE sa femme demeurant à Bauné son parrain et ledit parrain demeurant chez Pierre DE LA NOUE, mareschal audit Ruigné, et Marie RIBOURG vefve de feu Toussaint LEGER demeurant au bourg de Soucelles quy a esté la marraine, et le second enfant a esté nommé René par Michel LE BAILLIF, fils de Simphorien [= Forien] LE BAILLIF, teinturier, demeurant audit Ruigné et de feu Jeanne MOYES sa femme, et par Magdelene HUBERT fille à marier de François HUBERT, mestayer demeurant audit Ruigné et de Jeanne HERPIN »
 premier cri

Notes, sources et liens

Gélis Jacques. Sages-femmes et accoucheurs : l’obstétrique populaire aux XVIIe et XVIIIe siècles. In: Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 32e année, N. 5, 1977. pp. 927-957. (Lire en ligne)

Montazeau Odile, Bethuys Jeanne. Histoire de la formation des Sages-femmes en France. (Lire en ligne)

Gélis Jacques. Louise BOURGEOIS (1563-1636), Une sage-femme entre deux mondes. (Lire en ligne)

Louise BOURGEOIS, dite « La BOURSIER » (1563-1636) – Sage-femme de la reine Marie de Médicis, « Observations diverses sur la stérilité, perte de fruict, foecondité… », 1617 – (GallicaBnF –  (Lire en ligne)

Illustration – Portrait de Louise BOURGEOIS (1563-1636) – GallicaBnF (Voir l’image en ligne)

IllustrationLivre d’heures de Neville, France, XVe siècle. Paris, BnF, département des Manuscrits, Latin 1158, fol. 74 v. (Voir l’image en ligne)


 

Mise à jour / 23 septembre 2015 – Notes de Raymond DELAVIGNE (Merci !)

  • Serment du 28 octobre 1617 – Messire Gaignard est chappellain de Saint-Mathieu. Cette chapelle, desservie par l’église de Villevêque, était également dite de Beaulieu, un leiu-dit de Villevêque.
  • Yves LE MESLE (ou LEMELLE) était chapelain de l’Aumônerie (voir acte du 5 décembre 1618), le véritable curé de Villevêque étant Nicolas de PARIS.
Advertisements

6 réflexions sur “S comme SERMENT de SAGE-FEMME

  1. -Le 18 1 1622 à Villevêque,a été baptisé un fils soubs condition,ne me voiant ? fier à la simplicité d’une sage femme des champs,qui a dit l’avoir baptisé en la maison le voiant en hazard ? de mourir,lequel fils appartient à Michel Lestrye,vigneron et à Jeanne Moutardeau du village du Port-Erault et a été nommé Pierre par Pierre Estrye,vigneron mari d’Ambroise Poyrier,demeurant au lieu du Bois-Lambert,paroisse du Plessis au Grammoire,qui a esté le parain et par Symphorienne Alard,femme de René Chauvau,vigneron du village du Port-Erault,qui a été la maraine.
    (Villevêque AM- B 1617-1650 (vue 59).
    Pierre Estrye dit Bois-Lambert,époux Ambroise Poyrier.(ancêtres à la 11 G.)

    Merci de bien vouloir corriger les erreurs de lecture…

    J'aime

  2. -Le 18 1 1622 à Villevêque a été baptisé un fils soubs condition ne me voiant fier à la simplicité d’une sage femme des champs qui a dit l’avoir baptisé en la maison le voiant en hazard ?de mourir lequel fils appartient à Michel Lestry vigneron et à Jeanne Moutardeau du village du Port Erault et a esté nommé Pierre par Pierre Estrye,vigneron mari d’Ambroise Poyrier demeurant au lieu du Bois Lambert paroisse du Plessis au Grammoire qui a ésté parain et par Symphorienne Alard femme de René Chauvau vigneron du village de Port Erault a été la maraine.
    Villevêque AM B 1617-1650 (vue 59)
    Pierre Lestrye dit Bois Lambert x Ambroise Poirier (Anc à la 11 G.)

    Merci de bien vouloir corriger ma mauvaise lecture.

    J'aime

  3. Merci pour ce passionnant tour d’horizon sur les sages femmes de l’époque et que c’est agréable d’avoir les sources pour aller s’y plonger si l’envie nous prend… un grand bravo à toi pour cet articles et les autres !

    Aimé par 1 personne

  4. Choix d’une sage-femme – extrait de Châtellerault – Châteauneuf (par. St-Jean-l’Evangéliste) (paroisse de beaucoup de mes ancêtres car mon arrière-grand-père est né d’un veuf maître-coutelier âgé de 60 ans, et d’une Angevine Virginie Denou qui regagna sa patrie, devenue veuve rapidement, avec son fils âgé d’un an.

    « Le sixiesme may mil six cent soixante dix huit, nous Florent Ragot prestre bachelier de Sorbonne et Curé de céans, paroisse de St-Jean-l’Evangéliste de Châteauneuf, fauxbourg de cette ville de Chastellerault, après avoir pris l’advis de plusieurs femmes de cette paroisse pour le choix d’une sage femme, en la place d’Angélique Grangy veufve de feu Jean Grelault qui en faisait les fonctions lorsqu’elle vivait, l’affaire mise en délibération et soigneusement examinée, on aurait jetté les yeux sur la présence de Jeanne Boyé femme de Pierre Dubois mre sergettier, qu’on nous aurait assuré estre de bonnes vie et moeurs, et avoir les qualités requises pour bien fidellement et chrestiennement saquitter de cette charge, sur quoy nous aurions pris publiquement son serment, et l’aurions receüe pour en faire cy-après les fonctions en foy de quoy nous avons signé ces présentes le jour et an que dessus. Signé Ragot curé de Chasteauneuf »
    Note : le temps conditionnel usé doit s’expliquer par le fait que cet acte est inscrit à la fin de l’année 1678 mais écrit à l’envers et sans douter a posteriori ?

    J'aime

  5. J’ai rencontré à plusieurs reprises un emploi similaire du conditionnel. Il faudrait que je me replonge dans mes vieilles grammaires de l’ancien et du moyen français ou dans le bon vieux Grévisse… Mais je pense que cet emploi peut s’expliquer par le fait que le curé rapporte des faits auxquels il n’était pas présent et des propos qui ne sont pas de lui ; sans mettre en doute leur véracité, il se protège (et surtout protège l’Eglise) d’une éventuelle erreur…
    (A suivre)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s