B comme BARBARE ou l’enfant aux bras coupés !

Capture2B comme BARBARE

Andard, 11 mai 1725, un accouchement difficile tourne au cauchemar… Louise TREGUIL, femme de René COUSIN, ne peut expulser son enfant. Ce dernier ne se présente pas de façon habituelle, et l’accouchement traîne en longueur. L’enfant, qui est alors encore vivant, selon le témoignage de trois personnes, est baptisé en toute hâte sur une main, le reste de son corps étant inaccessible. Pour sortir l’enfant, le chirurgien sera obligé de lui couper les deux bras…

« L’onziesme jour de may mil sept cent vingt cinq a esté inhumé dans le cimetiere de la paroisse d’Andart par nous archiprestre d’Angers et curé dudit Andart soussigné le corps du fils de René COUSIN et de Louise TREGUIL son épouze, le dit enfant baptizé sur une main sortie du sain de la mère par Me DAVY maistre chirurgien, le reste du corps y estant encore renfermé et vivant suivant le témoignage du dit chirurgien de la paroisse de Corné, de Marie OUDOUIN femme d’André DOUAMIER et de Marie MENOU veufve de Jean GOUJEON, et né de ce jour après qu’on lui a eu coupé les deux bras pour le tirer du sain de la mère, la ditte MENOU et la ditte OUDOUIN ont déclaré ne sçavoir signer, la ditte sépulture faite en présence du dit René COUSIN et d’Urbain LE BRETON de cette paroisse. »

Baptême sur une main- Enfant aux bras coupés - Andard -1725
(Andard – BMS – 1716-1736 – vue 133/223)

 

Fort heureusement, la pauvre mère, Louise TREGUIL, se remettra de ce terrible accouchement et elle mettra au monde, l’année suivante, le 28 juin 1726, un nouvel enfant, une petite Louise, cette fois sans aucune difficulté.


 Illustrations
Vignette – Paroisse d’Andard, Extrait de Carte Générale de France, n°98 [Angers] – Carte CASSINI numérisée par GallicaBnF.
Publicités

21 réflexions sur “B comme BARBARE ou l’enfant aux bras coupés !

    1. Oui. Lorsque je l’ai découvert, je l’ai relu plusieurs fois avant de vraiment comprendre… C’est quelque chose de totalement inimaginable pour nous, à notre époque (fort heureusement), mais qui ne devait pas être si rare autrefois. Sans doute le chirurgien a-t-il posé au père la fameuse question : « La mère ou l’enfant ? » Ici, il a choisi la mère…

      J'aime

  1. C’est horrible ! Je viens d’être maman et je n’ose même pas imaginer à quel point ça a dû être terrible pour la mère !
    Je n’ai jamais vu ça ailleurs non plus !

    En tout cas, ça a le mérite de nous remettre les idées au clair sur la facilité d’accoucher de nos jours, même en cas de problème pour le bébé !

    Eline

    Aimé par 1 personne

  2. La rédaction de l’acte est impressionnante ! Aucun sentiment, rien que les faits les plus horribles dans le détail ! On a le sentiment qu’il n’y a là rien d’étrange ! J’aurais aimé connaître les pensées de la mère, des témoins, de l’archiprêtre et du curé….

    J'aime

    1. Oui, hélas, les mots sont brutaux et sans fioritures. Mais le fait même de raconter cet acte « barbare » est une petite preuve de l’intérêt qu’il a sans doute suscité… , peut-être même le signe d’une compassion…

      J'aime

  3. Merci pour cette archive que la collectionneuse d’accouchements (dans la littérature et les archives), que je suis, apprécie. L’embryotomie est fréquente, mais rarement racontée, car seul le chirurgien la pratique, et il faut trouver un chirurgien (vient-il de loin ?)… Celui-ci aurait-il pu sauver cet enfant ou au moins éviter ce geste, en pratiquant une version grande extraction ? Connaissait-il la manoeuvre ? On me dit dans mon oreillette qu’il aurait fallu qu’il arrive très très vite sans quoi la manoeuvre est impossible et l’embryotomie nécessaire dans un monde sans césarienne.
    Il choisit de sauver la mère, quand combien d’autres l’auraient laissée mourir… L’enfant était-il encore vivant comme le prétendent tous nos curés pour administrer le baptême… On a du attendre très très longtemps (parfois plusieurs jours) avant de se résoudre à une telle intervention. Il fait avec soin cette sale besogne, puisqu’il préserve sa fécondité, et évite les complications infectieuses
    Etait-ce son premier accouchement ?
    Quelle est part des mauvaises manoeuvres éventuelles de la matrone dans cette présentation de la main ? Elles n’ont pas encore d’enseignement.

    Aimé par 1 personne

  4. Un de mes ancêtres de Châtellerault paroisse St-Jean-Baptiste (x 1658 + 1689) ainsi que son frère avaient pour patronyme : REQUIEM. J’ai toujours pensé qu’ils faisaient passer ses « patients » de vie à trépas mais je n’ai jamais trouvé de tel compte rendu d’accouchement.

    Aimé par 1 personne

  5. Y a-t-il eu barbarie, l’enfant abandonné a-t-il été agressé par une bête ? En tous cas, à Châtellerault (paroisse St-Jacques) une petite Marie fut baptisée le 22-03-1772 et on la dit
    « TOUTE MEURTRIE ET ENSANGLANTEE.
    Ses père et mère étaient bien sûr inconnus.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s