De mère en fille… (2)

De Marcé à Villevêque, quelques petits détours !

Je poursuis la « descente » de la lignée de mes grands-mères maternelles…

Pour aller de Françoise DURDON, ma grand-mère à la douzième génération et moi-même, il faut passer par sa fille Marie DAVY. Née en 1668 à Seiches-sur-le-Loir, à quelques kilomètres de Marcé, elle se marie en 1691 à Montreuil-sur-Loir, ceci pour mon plus grand malheur ! En effet, les archives de cette paroisse étant lacunaires de 1692 à 1732, j’ai dû prendre des chemins détournés pour retrouver sa fille Anne PILLIER, née vers 1700, qui donnera naissance en 1741 à Anne BOISARD à Tiercé.  C’est cette dernière qui sera la première de mes grands-mères à se marier à Villevêque en 1773.

Toutes mes futures grands-mères (encore six générations) seront désormais baptisées, mariées et inhumées à Villevêque.

carte centsmots3
De Marcé à Villevêque –  Soit une petit boucle d’une vingtaine de kilomètres accomplie en un siècle et demi environ… Voir à ce sujet l’article de Murmures d’ancêtres : « Combien de temps faut-il pour faire 50  km ? »

 

Advertisements

5 réflexions sur “De mère en fille… (2)

  1. La chapelle »fillette »de Montreuil(actuellement église paroissiale de Montreuil-sur-Loir.)
    Cette chapelle dépendait jadis de la paroisse de Seiches.Elle fut fondée par la prieure de Seiches,sous le vocable de Saint-Aubin,à l’exemple de l’église paroissiale,et pour la suppléer.La preuve en est donnée par un rapport de 1779 intitulé »Mémoire pour la dame Marie,Anne de Scépeaux,grande doyenne de l’abbaye royale du Ronceray d’Angers,prieure du prieuré de Seiches,et en cette qualité,dame châtelaine,haute justicière,patronne et fondatrice tant de la paroisse de Seiches que de la chapelle du bourg et canton de Montreuil son annexe »,Dans cette campagne,la plus éloignée de l’église paroissiale,les habitants étaient en effet souvent privés des services religieux dans les périodes d’inondations.
    Les sacrements administrés étaient transcrits,avant 1690,sur le registre paroissial,indistinctement sous les formules »Montreuil en Seiches », »Montreuil paroisse de Seiches », »Montreuil fillette de Seiches ».Le curé de Seiches y envoyait un ses vicaires,les dimanches et jours fériés,dire la messe.Ce desservant revenait le soir au bourg.Il avait cependant une maison à Montreuil,où il logeait lorsqu’il donnait les sacrements;celle-ci tomba en ruine,en 1463,et on y fit un jardin à sa place,qui touchait le cimetière.Voulant s’affranchir du paiement des honoraires,le curé en vint à s’opposer à la prieure.La contestation se termina par la transaction du 13 juin 1669,qui peut être admise comme la base d’une nouvelle paroisse.
    Une prestimonie,desservie dans la chapelle,fut fondée par Guillaume Marguet,prêtre chapelain qui demanda,par testament du 20 décembre 1620,a être inhumé dans l’oratoire.Furent chapelains avant lui Michel Boussin,et après Gilles Arrondeau,Hodemon(vers 1660) Dondeau(vers 1664).
    (Seiches-sur-le-Loir en Anjou.lieu de rencontre avec l’histoire de France .Louis Maucourt.)
    M@g.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s