T comme THARRAULT

Histoire de l’Abbé THARRAULT

(1887-1973)

Louis Jean Joseph THARRAULT, fils de Louis THARRAULT et de Virginie NICOLAS, était un cousin germain de Jean NICOLAS, mon grand-père paternel. Lors des noces d’émeraude (40 ans de mariage) de mes  grand-parents, en 1967, il leur offrit un exemplaire des « Martyrs de Melay » , dédicacé de sa main. Cet exemplaire a été conservé dans les archives familiales et, avant d’écrire un article sur ce petit livret et sur les martyrs de Melay, j’ai eu envie d’en savoir plus sur l’Abbé THARRAULT, ami estimé de la famille NICOLAS. Je n’ai pas été déçue !

Page de garde - Martyrs de Melay - Dédicace de Tharrault Louis
Les Martyrs de Melay – Fascicule offert par l’abbé THARRAULT à la famille NICOLAS-MARTINEAU en 1967 (Archives familiales)

Page de garde du fascicule « Les Martyrs de Melay » offert par l’Abbé THARRAULT à Jean NICOLAS et ROSE MARTINEAU.

En haut de la page, l’abbé THARRAULT a écrit :

« Livre remis à la famille NICOLAS-MARTINEAU à l’occasion de ses 40 ans de mariage, par M. l’abbé Louis THARRAULT-NICOLAS, 13 mai 1967 »

et plus bas

« Ce livre appartient à la famille NICOLAS du Belle de Melay, 1881. (Ecriture de ma mère Virginie NICOLAS). »

Le livre date de 1876, Virginie NICOLAS (n°3 dans la généalogie ci-dessous) a donc dû le recevoir de ses parents (Pierre NICOLAS et Jeanne PINEAU) ensuite le donner à son fils.

Petit aperçu généalogique

Pierre NICOLAS et Jeanne PINEAU, métayers au Bêle à Melay et mariée en 1844 ( voir I comme INVENTAIRE) ont eu cinq enfants :

1- Pierre Jean NICOLAS (26/07/1845) marié à Marie DEFOIS  le 6 novembre 1899 à Chemillé. (J’ignore à ce jour leur descendance)

2- Jeanne Joséphine NICOLAS (26/12/1847)

3- Virginie NICOLAS (21/05/1850) mariée à Louis THARRAULT le 22 novembre 1881 à Melay, dont :

3-1 – Virginie THARRAULT (22/10/1883) mariée à Henri Joseph MARTIN le 22 septembre 1908 à Melay.

3-2 – Louis Jean Joseph THARRAULT ( 21/12/1887) qui deviendra l’Abbé THARRAULT.

4- Mathurin Jean NICOLAS (6/07/1852) marié à Eugénie Louise PINEAU le 13 mai 1899 à Melay, dont :

4-1 – Jean NICOLAS (18/08/1899) marié à Rose MARTINEAU le 4 mai 1927 à Melay, mes grand-parents.

4-2- Lucienne NICOLAS ( 13/01/1904) mariée à Louis MENANTEAU. (dont postérité)

4-3 – Anonyme NICOLAS ( 8/01/1911-8/01/1911).

5- François Auguste NICOLAS (30/07/1856 – 2/01/1893).

Louis THARRAULT et Jean NICOLAS sont donc cousins germains, et même si douze années les séparent, des réunions de famille ont dû souvent les réunir.

Naissance à La Bretonnerie, Melay (49)

Le père de Louis THARRAULT était cantonnier. Ses parents se sont mariés assez tard, son père avait presque 40 ans et sa mère 31 ans. Ils auront, à ma connaissance, deux enfants, une fille, prénommée Virginie comme sa mère, et un fils, prénommé Louis comme son père.

Louis nait le 21 décembre 1887 à la Bretonnerie à Melay. Voici la transcription de son acte de naissance :

« L’an mil huit cent quatre vingt sept le vingt deux décembre à trois heures du soir, – devant nous Pierre GASCHET Maire et Officier de l’Etat civil de la commune de Melay, canton de Chemillé, arrondissement de Cholet, département de Maine et Loire et à la mairie de cette commune, – est comparu – le sieur Louis Eugène THARRAULT, âgé de quarante cinq ans, cantonnier, domicilié à la Bretonnerie en cette commune, lequel nous a présenté un enfant du sexe masculin, né hier au soir à une heure en son dit domicile de son légitime mariage avec Virginie NICOLAS âgée de trente sept ans, sans profession, domiciliée avec son mari, auquel enfant il a déclaré donner les prénoms de Louis Jean Joseph. Ces présentation et déclaration faites en présence des sieurs Joseph THARRAULT âgé de trente huit ans, domestique, domicilié en Saint Pierre de Chemillé, frère du déclarant et Henri ROMPILLON âgé de cinquante quatre ans, tisserand, domicilié au bourg de cette commune, non parent et non voisin du déclarant; lesquels ainsi que le déclarant ont signé le présent acte de naissance avec nous, après lecture faite. »

Melay - La Bretonnerie - La Saunerie - Le Bêle - La Bottière
La Bretonnerie et le Bêle à Melay (49) – Géoportail

Fiche matricule Militaire

Je pensais ne pas trouver grand chose sur la fiche matricule militaire de Louis THARRAULT. Etant devenu ecclésiastique je m’étais dit qu’il n’avait pas dû faire la guerre ni même le service militaire. Je me trompais !

Sa fiche matricule nous apprend tout d’abord qu’en 1907, il résidait au Thoureil (49) au Nord d’Angers et qu’il était « étudiant ecclésiastique ».

Notons au passage qu’il était moyennement grand (1 m 71) et qu’il avait les yeux roux ! Il est exempté du service militaire en 1909 en raison de sa « faiblesse générale ». Tout aurait pu s’arrêter là, mais non.  Il s’engage en tant que volontaire et,  le 28 août 1914, il reçoit son accréditation comme aumônier militaire. Il est affecté à l’ambulance 7/3 du G.B.C. du 3 ème corps où il restera jusqu’au 15 décembre 1914.

GBC signifie « Groupe des brancardiers de corps », quant à la fraction 7/3, elle permettait d’identifier les ambulances : le numérateur représente un numéro d’ordre, et le dénominateur, le numéro de la grande unité de corps. Par exemple ici, 7/3 signifie, ambulance n°7 du troisième corps.

Au moment de la mobilisation, on attribua, du moins théoriquement, une ambulance par division de cavalerie, deux ambulances par division d’infanteries et seize ambulances par corps d’armée.

Campagnes militaires

Les affectations et déplacement de l’aumônier volontaire Louis THARRAULT sont nombreux et difficiles à suivre. Néanmoins, on peut noter de façon certaine qu’il a d’abord rejoint la CHR (Compagnie Hors Rang) de la 124ème division d’infanterie (du 29 janvier 1915 au 24 juillet 1916 – Je n’ai pas trouvé de JMO correspondant à ces dates) ; puis la CHR du 53è Régiment d’Infanterie (unité combattante) du 25 juillet 1916 au 15 novembre 1916.

Il arrive le 16 novembre 1916 dans le Groupe de brancardiers divisionnaires de la 163ème division.  Son arrivée est notée dans le JMO correspondant. ( Memoire des Hommes –  163e Régiment d’Infanterie – Groupe de brancardiers : JMO – cote 26 N 455/9 – vue 4/70)

THARRAULT - Arrivé le 16 novembre 1916THARRAULT - Arrivé le 16 novembre 1916 (2)

Un autre passage mentionne son nom. Le 22 février 1917, il est écrit :

« Monsieur l’aumônier THARAULT s’installe au poste de Bois-Joli. » (op.cit. – vue 12/70)

Enfin, le 13 avril 1917, un message téléphonique prévient l’Abbé THARRAULT qu’il est nommé aumônier titulaire. Il quitte la formation et rejoint Limoges.

THARRAULT - Départ comme aumônier Titulaire
Mémoire des Hommes – 163e division d’Infanterie – Groupes de brancardiers : J.M.O. – Vue 13/70

A partir du 15 mai 1917, il est alors affecté comme aumônier titulaire dans la 76e division de l’Armée d’Orient jusqu’au 16 juillet 1919. Finalement, en vertu d’une note de service du sous-secrétaire d’Etat du service de santé en date du 31 mai 1919, il est rapatrié et débarque en France le 17 mars 1920.  Le 24 janvier 1922  Louis THARRAULT retrouve son statut militaire d’avant-guerre (« exempté« ).

CITATIONS

Louis THARRAULT est cité à l’ordre de la 124 ème division du 7 septembre 1915 :

« Par son entrain et la noble simplicité de son dévouement s’est imposé à l’attention de tous. Pendant les nuits du 25-26 et 27 lors de l’ouverture d’une parallèle à proximité de l’ennemi et sous de fréquents et violents bombardements, s’est fait remarquer en première ligne par son zèle, l’abnégation de son attitude et son empressement à secourir les blessés. »

Il a obtenu la Croix du combattant volontaire.

Croix_du_combattant_volontaire_1914_18

De retour au pays, Louis THARRAULT résidera tout d’abord à Saumur, au 27 de la rue Waldeck-Rousseau, puis à partir de 1938, à Coutures dont il sera le curé de nombreuses années.

Il décédera le 6 janvier 1973 à Brissac-Quincé (49), âgé de 85 ans.


Sources, Notes et Liens

– Pour en savoir plus sur la classification des ambulances de la guerre 14-18, voir le site «  Hôpitaux Militaires Guerre 14-18 Overblog« .

Publicités

4 réflexions sur “T comme THARRAULT

    1. Je crois que toute famille angevine a des hommes d’église dans sa famille, et aussi des femmes ! J’aimerais bien retrouver des renseignements sur mes deux grandes-tantes qui ont été religieuses, l’une du côté de ma mère, l’une du côté de mon père …

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s