I comme Inventaire

Inventaire et estimation de la borderie du Bêle à Melay

Voici la transcription d’un acte qui est une estimation de biens faite le 12 novembre 1844 pour une cession d’asociement (association) entre Jean NICOLAS et sa femme, Perrine ONILLON (ou AUNILLON), qui vivent à Melay à la ferme du Bêle avec leur fils et bru, Pierre NICOLAS et Jeanne PINEAU.

Contrat d'associement -
Première page du contrat – 12 novembre 1844 (Collection personnelle)

Quelques mots tout d’abord sur les vendeurs et les preneurs :

En 1844 Jean NICOLAS a 57 ans et sa femme, Perrine ONILLON, 66 ans. Il s’agit de mes aïeux paternels de la sixième génération. Leur fils Pierre NICOLAS, vient de se marier avec Jeanne PINEAU le 16 juin 1844. Le père cède donc à son fils la moitié de la borderie du Bêle dont il a la jouissance. Ce contrat porte la date du 12 novembre 1844 au début de l’acte et se termine par la date du  15 décembre 1853. Je n’ai pas compris pourquoi.

[Je vous le livre pour le moment tel quel.  Des commentaires et des ajouts suivront certainement, car j’ai d’autres contrats d’associement à transcrire… Je me suis bornée à chercher et essayer de comprendre tous les termes anciens de cet acte à l’aide du Glossaire Étymologique et Historique des Patois de l’Anjou de A.J. Verrier et R. Onillon, J’ai gardé l’orthographe d’origine qui est très mauvaise comme vous pourrez le voir. Les mots en caractères gras font l’objet d’une note dans le glossaire  situé en bas de l’article. Les mots que je n’ai pas pu identifier sont suivis d’un ?.]

« Le 12 novembre 1844

        Le douze novembre mil huit cent quarante-quatre estimation de cession d’asosiment faite par Jean NICOLAS et par Perrine AUNILLON son épouse demeurant au Bêles commune de Mélay, cest (?)que lesquelles à ce jour font, cède et vende et quitte et délaisse la moitié de jouissance qui forme la moitié de la grande communauté qu’il vend à Pierre NICOLAS son fils et à Jeanne PINEAU leur bru, don pour quoi qu’ils en seront appropriés de ce jour soit dans les prix de ferme et dans les autres dûe et droit du dite lieu la bordrie et portée à col. La présente estimation est faite par Pierre CHARBONNIER  de la Silinnerie [Saulnerie ?] commune de Mélay. Art. Premier.

Savoir

  • 1er leu – La cramaillère,  cramaillon,  pelle,  gril,  pinces, tien poiël estimés neuf francs cinquante centimes.
  • 2è – Le poiëllon, les poiëlles,  la marmitte estimés huit francs.
  • 3è – Les chandelliers de fer et fer blanc,  crochion  à pézé( ?) estimés trois francs soixante quinze centimes.
  • 4è – La pandule estimée six francs.
  • 5 è – La table,  des bans, estimés cinq francs.
  • 6è – Toute les chezes estimés quatre francs.
  • 7è – Deux charnier et lard sallé estimé quatorze francs.
  • 8è – Une huge,  mette,  un petit coffre,  les paillons,  pagnés, un thamy,  la baratte et une panne estimés dix francs.
  • 9è – Pour toute boutailles de verre estimé douze francs.
  • 10è – Six poches estimés six francs.
  • 11è – Un rouêt et les grellots estimé six francs cinquante.
  • 12è – Les deux lict ferrée estimés neuf francs.
  • 13è – Les boutailles de terre estimés trois francs cinquante.
  • 14è – Les pommes estimés vingt un francs.
  • 15è –  Les pommes de terre estimés cinquante francs.
  • 16è – Pour le son estimé quatre francs vingt centimes.
  • 17è – Pour toute poïes, feuvette estimés huit francs.
  • 18è – Pour foin cent vingt francs.
  • 19è – Pour  choux et naveaux estimé quatre vingt seize francs.
  • 20è – Pour toute paille de froment et d’avoine estimé trente huit. francs.
  • 21è – Pour toute chaume estimé seize francs.
  • 22è – Pour toute bois de chénes et fournilles estimé la somme de soixante francs.
  • 23è – Quatre bœufs estimés neuf cent trente six francs.
  • 24è – Deux vaches estimé deux cent francs.
  • 25è – Une jument, une selle, bride, estimé deux cent quatre vingt francs.
  • 26è – Un porc estimé cinquante cinq francs.
  • 27è – l$Les instruments de labour estimés ensemble la somme de sept francs.
  • 28è – Les ruêlles et une brouêtte estimé huit francs.
  • 29è – Deux charettes, leurs armures et deux autres houx estimé quatre cent francs.
  • 30è – Trois haies estimées vingt quatre francs.
  • 31è – Pour les flaux et un rateau ballay estimé deux francs.
  • 32è – Les prouilliérs, hardier, bacûe et prouillière estimé dix sept francs.
  • 33è – Pour toute pelles, fourche à deux et à trois doiêt, tranches, un pic, les serpes, un hacheron, les chaumêtes, six de main, estimé vingt un francs.
  • 34è – Pour tous fer, sac, coudre, coins, barre, landille, gauge estimé dix huit francs soixante centimes.
  • 35è – Les persages, un rateau de fer, les flaux, un godandard, forge et son marteau, les faucilles estimé douze francs.
  • 36è – Les cables et ce qu’il y a de cordage estimé quatre francs vingt cinq centimes.
  • 37è – Les en [trou]ges estimé un franc cinquante centimes.
  • 38è – Pour les chaudrons estimé quarante sept francs.
  • 39è – Le labourage d’avoine estimé quarente francs.
  • 40è – Pour tout le labourage du froment estimé cent dix francs cinquante centimes
  • 41è – Pour toute le mon [effacé] estimé soixante douze francs.
  • 42è – Pour angrais de chaud quatre vingt deux francs.
  • 43è – Treize double décalitres d’avoine et vesseau nue en terre estimé vingt trois francs vingt cinq centimes.
  • 44è – Trente cinq double décalitres de froment mis en terre estimé cent cinq francs.
  • 45è – Pour soixante double décalitres de froment pour la nourriture et pour vendre estimé cent quatre vingt douze francs.
  • 46è – Le moulin a passé la farine estimé vingt francs.

Total de la grande communauté :

Trois mille un cent quatre vingt neuf francs trente cinq centimes.

La moitié pour les preneurs est de mille cinq cent quatre vingt quatorze francs soixante sept centimes et demi que les preneurs doivent à leur père et à leur mère pour la cession ci-dessus. Au meme jour il faut diminuer la somme de quatre cent francs pour don de mariage, et pour gâge due à ce jour la somme de quatre cent cinquante francs. Reste nette plus que sept cent quarante quatre francs soixante sept centimes et demi. Plus il faut ôté cent quatre vingt francs que le père NICOLAS a receu en différentes fois. Le père NICOLAS a receu à ce jour quatre cent soixante francs de son fils Pierre NICOLAS à valloir sur son asosiment. Le père a aussi receu en plus cent quatre francs soixante sept centimes et demi, ce qui fait la somme totale de sept cent quarante quatre francs et soixante sept centimes et demi, donc que Pierre NICOLAS et son épouse sont bien générallement quittes avec leur père NICOLAS pour toutes comptes de leur asosiment ci-dessus.

Chemillé, le quinze décembre mil huit cent cinquante trois.
(Signé) Réthoré – thémoin. »


 GLOSSAIRE

Armures, s. f. – Ne s’emploie qu’au pluriel – Parties accessoires et mobiles d’une charrette, telles que ; fumeroles, échalons, harasses, etc.

Bacûe – Sans doute pour Bacul, s. m. – Pièce de harnachement des bêtes de trait formant une large croupière. (TLF)

Baratte – Récipient dans lequel on battait la crème du lait en beurre.

Borderie, s. m. – Petite propriété rurale, d’où bordier, cultivateur qui exploite une petite propriété rurale soit comme propriétaire, soit comme fermier.

Charnier, s. m. – Grand vase de grès ou de bois dans lequel est salé et gardé le lard.

Chaumête = ?

Cramâillon, s. m. – Petit crochet de fer, que l’on suspend par une boucle au crochet de la crémaillère pour la rallonger.

Doiët = doigt.

Feuvette, s. f. – Haricot blanc. Diminutif de feuve. Le haricot est l’image réduite de la fève. Synonyme de Mougette, Fayote, ou Févettes

Fournille, s. f. – Bourrées, bois propre à chauffer le jour ; fagot de brindilles, de ronces, d’aubépines, etc.

Godendart, s. m. – Grande scie à débiter les troncs d’arbres en billes. (Etymologie – Arme à hampe dont le fer porte une pointe, un croc et un tranchant. Du flamand Gooden, bon, et de Dac, jour : nom soldatesque de cette arme avec laquelle les Flamands donnaient le bonjour à l’ennemi.  – cf. Gutentag en allemand.)

Haies – ?

Hardier, s. m. – Chaîne de fer fixée à l’avant-train de la charrue et teminée à l’autre extrémité par une large boucle qui embrasse l’age, sur lequel elle est fixée plus ou moins loin, au moyen d’une cheville de fer appelée jauge. Synonyme de Prouillère.

Houx = Houe.

Huge, s. f. – Huche. (Ménage constate cette prononciation en Anjou.)

Mette s. f. – Maie, huche, pétrin.

Pagniés = paniers.

Paillon s.m. – A l’origine,  sorte de récipient formé de paille, et non d’osier, comme le définit HATZFEZLD, cousue avec des ronces fendues (avec de l’écorce d’églantier) dans lequel on met lever le pain. (Ensuite, toutes sortes de récipients divers fabriqués de la même façon. Mon père perpétue la tradition et en fabrique tous les hivers. J’ai, par exemple, sur mon bureau un paillon en forme de pot à crayons.)

paillon
Paillon – Réalisé en 2013 (Collection Personnelle)

Panne, s. f. – Grand vase ou cuvier de terre cuite, contenant au moins 200 litres, et parfois 5 à 600, dans lequel on entasse et on lessive le lige.

Proueil, s.m. – Pièce de bois suspendue qui sert pour l’attelage de la charrue. Le Proueil, Proil, ou Pervoil est une sorte de timon secondaire que l’on relie au timon principal au moyen d’une chaîne appelée prouillère, toutes les fois que l’on attelle une seconde paire de bœufs.

Prouillère, s. f. – voir Proueil.

Ruelle, s. f. – Roue de charrue à avant-train.

Tient-poële, s.m. – Ustensile de cuisine que l’on suspend à la crémaillère, et qui soutient la poële au-dessus du feu. (Syn. De Teint-poële) – Ecrit ici « tieu poiël ».

Tranche, s. f. – Espèce de bêche à deux branches pour soulever la terre. Synonyme Pic.

Vesceau, s. m. – Vesce, plante fourragère.


SOURCES

Glossaire Étymologique et Historique des Patois de l’Anjou, A.J. Verrier et R. Onillon.

Trésor de la Langue Française (TLF).

Advertisements

2 réflexions sur “I comme Inventaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s